AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(ches, fb) the wolf and the lolita

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
gorgeous, violent, vulgar
APARECIUM : 01/07/2017
HIBOUX : 122
CREDITS : @killer from a gang, alaska
AVATAR : Peltz
DOUBLE COMPTE : bbphanès
PSEUDO : ☆☆☆ Perséphone
AGE : The sour age of twenty, but her body has more battle scars than anyone else's.
SANG : Not the brightest, not that filthy either.
ANCIENNE MAISON : Never studied that wizarding shit.
SITUATION : Sweet gf waiting for her, night after night.
IDÉOLOGIE : Her own sake.
MÉTIER : Fortune teller, full-time liar, worst mommy alive.
ROLE PLAY : (fr+eng) places illimitées //nate, sirius, neva, leo, chessy


MessageSujet: (ches, fb) the wolf and the lolita Mar 1 Aoû 2017 - 12:31

"And the man sat down upon the rock, and leaned his head upon his hand, and looked out upon the desolation. He looked down into the low unquiet shrubbery, and up into the tall primeval trees, and up higher at the rustling heaven, and into the crimson moon. And I lay close within shelter of the lilies, and observed the actions of the man.   (@poe // beerus)
the wolf and the lolita
☆ Cheslav & Beylon ☆
C'est pas le Queens ici, c'est bien différent. Les murs n'ont pas les broderies et les dessins qu'elle a mis tant de temps à réaliser dans sa petite bicoque où elle a longtemps tiré les cartes. Ici ça sent les fleurs et pas le renfermé. Y a pas non plus des fuites d'eau, ni de la poussière poussée sous le tapis. Beylon non plus, ne ressemble plus trop à cette jeune fille. La posture est pas vraiment différente – la petite qui se tient toujours avec fierté peu importe son apparence, et une aisance parfaite qu'elle ne parviendra à maîtriser que quelques années plus tard. Les cheveux ne sont plus sombres comme ils ont été porté toute sa vie, les boucles brunes se sont troquées pour une couleur un peu plus claire – pas encore le précieux platine qu'elle arborera une fois en Angleterre et sa robe est bien plus chère que tout ce qu'elle a pu dépenser en dix-sept ans. Évidemment que ça lui plaît, car enfin la sorcière en carton est au milieu de ce monde avec l'illusion d'y appartenir, et la promesse d'un jour y accéder complètement. Pas encore une baguette dans le creux de son boléro en fourrure, ni une réelle formule sur le bout de la langue – tout ce qui sort de sa bouche ne sont que des mots d'excuses pour avoir été dans le passage, et des salutations maladroites. Alors les verres sont portées à ses lèvres pas encore réellement habituées à l'alcool, et les mets qui passent sous ses yeux sont aussitôt engloutis – jamais son estomac ne saurait se lasser des merveilles qu'on peut servir lors des banquets. Mais c'est quand même la solitude, sa voix s'enroue d'être si peu utilisée. Son généreux amant est toujours introuvable, passe toujours un bras autour de sa taille avant de lui promettre de revenir au plus vite. Généralement c'est à la toute fin de soirée, et elle ne lui demande rien. Rien à faire. Sorcière qui papillonne d'un visage à un autre, d'un air à scruter pour se distraire : inventer des vies trépidantes à des inconnus mornes est devenu son passe-temps de prédilection.

Alors Beylon est l'inconnue, l'étrangère, à qui on n'adresse pas un mot – de toute façon elle ne les comprendrait pas. Les sonorités slaves sont bien trop exotiques pour qu'elle puisse les saisir et finir par les reconnaître. Ses petites mains jouent avec le bas de sa robe, le tissu virevolte un peu. Un peu d'ennui, un peu de tout ça. Petit sac en perle qui lui tombe sur la hanche, lèvres colorées mordues par l'impatience et la petite envie de partir d'ici. « That mine ! Saw it first. » Le ton est indigné quand elle arrache des mains d'un inconnu le dernier petit-four d'un plateau. La perpétuelle affamée le fourre dans sa bouche, sans lui laisser le temps de répliquer. Sur le visage rond de la sorcière en carton il y a un air de victoire – petite gamine qui ne connaît rien de la politesse et du savoir vivre. « Offer me a cigarette, cutie. »

_________________
the love witch
My memory of The Forest is kind of like waking up the day after, where all the days merge into one and you don’t know what day you’re in anymore. It’s either one memory, or it’s like 37, of standing in a forest in the dark, trying to negotiate the cold and the mosquitoes - which seem like they should not be in the same place at the same time - running around and screaming a lot. I have that recurring memory because it happened.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Why is a raven like a writing desk?
APARECIUM : 03/07/2017
HIBOUX : 143
CREDITS : balaclava (av) ; indochine (sign)
AVATAR : jack falahee
DOUBLE COMPTE : bb vic
PSEUDO : pupu
AGE : 28 ans (17.03.53)
SANG : la pureté des karkaroff n'est un secret pour personne
ANCIENNE MAISON : il n'a jamais connu poudlard, ayant fait ses études à durmstrang ; serpentard l'aurait très certainement accueilli, même s'il ne manquait pas de qualités plaisant à serdaigle
SITUATION : éternel célibataire, il dit qu'il se fiche de trouver chaussure à son pied mais il a surtout peur d'être déçu ; il collectionne les relations sans lendemain
IDÉOLOGIE : mangemort, aujourd'hui et à jamais, il a infiltré l'odp sur l'injonction du maître ; il fait croire à ses collègues phénix qu'il a été déçu par igor, son frère, ce qui l'a poussé à renier les idéaux de sa famille
MÉTIER : romancier sans le sou ni trop de succès, il arrondit les fins de mois difficiles avec des services au chaudron baveur ; ce n'est pas tellement qu'il n'a pas de talent, c'est surtout qu'il a du mal à toucher un public assez large pour gagner convenablement sa vie
ROLE PLAY : libre (illimité)


MessageSujet: Re: (ches, fb) the wolf and the lolita Mer 2 Aoû 2017 - 0:44

☆ Beylon & Cheslav ☆

“Down, down, down. Would the fall never come to an end? "I wonder how many miles I've fallen by this time?" she said aloud. "I must be getting somewhere near the centre of the earth. Let me see: that would be four thousand miles down, I think-" (for, you see, Alice had learnt several things of this sort in her lessons in the school-room, and though this was not a very good opportunity for showing off her knowledge, as there was no one to listen to her, still it was good practice to say it over) "-- yes that's about the right distance -- but then I wonder what Latitude or Longitude I've got to?" (Alice had not the slightest idea what Latitude was, or Longitude either, but she thought they were nice grand words to say.)” (@lewiscarroll // beerus)

Les rires résonnent autour de lui tandis que les flûtes s'entrechoquent et que la musique emplit l'air de sa mélodie. Tchaïkovski, reconnait-il. Adossé au manteau de la cheminée, son propre verre dans les mains, il laisse ses prunelles courir sur les convives, esquisse un sourire poli lorsqu'il croise un regard. Cela va-t-il donc durer encore longtemps ? Il y a bien d'autres choses qu'il aimerait faire, en cet instant précis, comme continuer d'écrire son roman - son secret - ou commencer une nouvelle lecture, voire même aller faire un tour dans le jardin de l'immense propriété, mais il n'a pas d'autre choix que de rester ici. Un soupir d'ennui lui échappe. Si seulement il pouvait être ailleurs. Son regard dérive vers le buffet, non loin de là et il se redresse sans même y penser, ses pas le menant automatiquement vers la seule source de distraction qui lui paraît abordable sur l'instant : la nourriture. Beaucoup de plats ont été touchés et il ne reste plus grand-chose de ce que les cuisinières ont passé la journée à préparer ; peut-être pensera-t-il à aller leur glisser un mot de remerciement, plus tard. Peut-être même qu'il offrira à la jeune Olga ce qu'elle semble lui réclamer depuis qu'elle a rejoint la maisonnée - lui-même. Un léger sourire ourle ses lèvres à cette pensée et à celles qui suivent et il ne peut retenir un sursaut quand on lui arrache son petit-four des mains.

Ses sourcils sont hauts sur son front quand il pose son regard sur l'effrontée. Sait-elle seulement à qui elle vient de voler ce petit-four ? Elle a d'ailleurs de la chance qu'il ne s'agisse que de lui et pas de son père ou d'Igor. Elle n'aurait pas revu la lumière du matin. Cheslav prend son temps avant de lui répondre. Il prend son temps pour la détailler du regard, il prend son temps pour graver ses traits et son anglais cassé dans sa mémoire et ce qu'il voit ne peut que lui plaire. Les cheveux clairs, le teint légèrement bronzé, les grands yeux verts, la bouche pleine. Si semblable à toutes ces filles qu'il connaît et a connues et pourtant si différente. Si exotique. Ses traits se détendent finalement et sa bouche à lui s'ourle en un sourire charmeur tandis qu'un éclat indéfinissable s'allume dans ses prunelles. « Sure thing, love. » gronde-t-il avec son accent de St Pétersbourg et il enfonce une main dans la poche de son costume pour en sortir un porte-cigarette. Elle fait mine de vouloir attraper l'objet mais il lui fait signe d'attendre ; il prend une gorgée de son verre qu'il dépose sur la table à côté d'eux avant de tirer une cigarette qu'il lui glisse entre les lèvres et quelques instants plus tard, de la fumée s'élève entre eux deux. Il s'en allume une également et prend le temps de tirer dessus avant de reprendre la parole. « So, vhere are you from, beautiful? It is the first time I've seen you around, because I vould have remembered such a beautiful face if I had seen it before. » Il est satisfait de voir ses joues rosir de plaisir sous le compliment et il se surprend à penser que celui-ci n'était pas complètement creux, au final. Au moins sa soirée a pris un tournant plutôt agréable.

_________________
Les assassins
Le parti des météores
Les orphelins dans la poussière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t988-the-world-is-my-runway-cheslav#20588

avatar
gorgeous, violent, vulgar
APARECIUM : 01/07/2017
HIBOUX : 122
CREDITS : @killer from a gang, alaska
AVATAR : Peltz
DOUBLE COMPTE : bbphanès
PSEUDO : ☆☆☆ Perséphone
AGE : The sour age of twenty, but her body has more battle scars than anyone else's.
SANG : Not the brightest, not that filthy either.
ANCIENNE MAISON : Never studied that wizarding shit.
SITUATION : Sweet gf waiting for her, night after night.
IDÉOLOGIE : Her own sake.
MÉTIER : Fortune teller, full-time liar, worst mommy alive.
ROLE PLAY : (fr+eng) places illimitées //nate, sirius, neva, leo, chessy


MessageSujet: Re: (ches, fb) the wolf and the lolita Jeu 3 Aoû 2017 - 0:47

"And the man sat down upon the rock, and leaned his head upon his hand, and looked out upon the desolation. He looked down into the low unquiet shrubbery, and up into the tall primeval trees, and up higher at the rustling heaven, and into the crimson moon. And I lay close within shelter of the lilies, and observed the actions of the man.   (@poe // beerus)
the wolf and the lolita
☆ Cheslav & Beylon ☆
Les hommes la regardent comme ça, avec les yeux qui se perdent un peu sur ce qui se dévoile, avec gourmandise un peu. Et Beylon soutient les prunelles de l'inconnu, les cherche quand le petit four est mâché lentement. C'est un bien heureux coup du sort que la victime de sa faim et de ses mauvaises manières ait un si doux visage – faut bien admettre que celui-là est bien plus joli que Jeremiah. Jeremiah qui est plus américain que russe comme son prénom le laisse entendre, et qui parcourt avec ironie les terres de sa mère, s'entrelace des familles qu'il n'a jamais réellement côtoyés. Mais c'est pas à cette sorcière en carton de lui reprocher ça, car elle même est une étrangère qui n'a rien à réclamer de la Russie – juste l'asile, juste une nouvelle vie. Love. La peau est un peu rougie par le surnom donné, bien qu'elle en ait vu des plus effrontés. Comme on se souvient jamais de son prénom, on lui donne toujours des surnoms – et puis c'est jamais bien difficile d'en trouver un quand on la regarde bien. Petite tête blonde qui se penche sur le côté, observe le verre se vider par en dessous. Puis enfin, la cigarette est délivrée juste entre ses lèvres. L'inconnu a le don pour être en tout point délicieux – le choix des gestes, l'attente entre réponse et question est parfait. Des refus calculé. Le bâton de cigarette est enfin entre ses doigts, quand elle finit par poser le bout de ses fesses sur la table du buffet. Les ongles rouges font écho à sa bouche, et la fumée est recrachée sur la question posée. « The russian boy over here got a sweet tongue. » Un rire, car elle aime la séduction. C'est sans doute l'une des seules choses qui vaut la peine d'engager la conversation – tout le reste, la politique, les problèmes, les banalités ne sont rien une fois en face du désir et d'un cœur joueur. Et Beylon est tout ça à la fois – malice, jeu et impatience. « You right, not from here – that a long way home... » Les fautes qui se bousculent dans sa bouche carmin, la tête qui dodeline et le regard qui soutient toujours celui de son interlocuteur. « From Texas mostly. » Pas un mensonge pour une fois, la dernière fois qu'elle dira la vérité durant les trois années à venir. Après elle se dira simplement que ça ne vaut pas la peine d'être honnête, que ça complique encore plus les choses. Faut mieux broder – le reflexe est pas encore pris. « Wanna get that cute girl a drink or not ? » Elle se désigne avec un sourire et un index tendu. « Or maybe just grab a bottle or two, and gimme a tour of that fancy place. »

_________________
the love witch
My memory of The Forest is kind of like waking up the day after, where all the days merge into one and you don’t know what day you’re in anymore. It’s either one memory, or it’s like 37, of standing in a forest in the dark, trying to negotiate the cold and the mosquitoes - which seem like they should not be in the same place at the same time - running around and screaming a lot. I have that recurring memory because it happened.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Why is a raven like a writing desk?
APARECIUM : 03/07/2017
HIBOUX : 143
CREDITS : balaclava (av) ; indochine (sign)
AVATAR : jack falahee
DOUBLE COMPTE : bb vic
PSEUDO : pupu
AGE : 28 ans (17.03.53)
SANG : la pureté des karkaroff n'est un secret pour personne
ANCIENNE MAISON : il n'a jamais connu poudlard, ayant fait ses études à durmstrang ; serpentard l'aurait très certainement accueilli, même s'il ne manquait pas de qualités plaisant à serdaigle
SITUATION : éternel célibataire, il dit qu'il se fiche de trouver chaussure à son pied mais il a surtout peur d'être déçu ; il collectionne les relations sans lendemain
IDÉOLOGIE : mangemort, aujourd'hui et à jamais, il a infiltré l'odp sur l'injonction du maître ; il fait croire à ses collègues phénix qu'il a été déçu par igor, son frère, ce qui l'a poussé à renier les idéaux de sa famille
MÉTIER : romancier sans le sou ni trop de succès, il arrondit les fins de mois difficiles avec des services au chaudron baveur ; ce n'est pas tellement qu'il n'a pas de talent, c'est surtout qu'il a du mal à toucher un public assez large pour gagner convenablement sa vie
ROLE PLAY : libre (illimité)


MessageSujet: Re: (ches, fb) the wolf and the lolita Sam 5 Aoû 2017 - 14:33

☆ Beylon & Cheslav ☆

“Down, down, down. Would the fall never come to an end? "I wonder how many miles I've fallen by this time?" she said aloud. "I must be getting somewhere near the centre of the earth. Let me see: that would be four thousand miles down, I think-" (for, you see, Alice had learnt several things of this sort in her lessons in the school-room, and though this was not a very good opportunity for showing off her knowledge, as there was no one to listen to her, still it was good practice to say it over) "-- yes that's about the right distance -- but then I wonder what Latitude or Longitude I've got to?" (Alice had not the slightest idea what Latitude was, or Longitude either, but she thought they were nice grand words to say.)” (@lewiscarroll // beerus)

Il laisse échapper un léger rire en écho au sien, pour une fois à peu près sincère - voilà bien longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Il ne se donne pas la peine d'essayer de comprendre la raison de cette sincérité, il ne doit sûrement pas y en avoir ; depuis qu'il a posé les yeux sur ce brin de jeune femme, il a l'impression qu'une bulle s'est formée autour d'eux, les mettant à l'abri de l'espace et du temps : ce qui se passera dans les prochaines minutes voire heures n'aura aucun impact sur le futur alors il n'a aucune raison de se torturer l'esprit. Elle l'Américaine et lui le Russe n'auront aucune raison de se recroiser, après tout, n'est-ce pas ?

Elle ne lui laisse pas le temps de répondre que déjà elle prend les choses en main ; aurait-elle été n'importe qui d'autre qu'il n'aurait pas apprécié son audace, en cet instant il n'est qu'un peu plus charmé par le personnage et un sourire carnassier étire le coin de ses lèvres tandis que ses prunelles brillent d'un éclat plein de sous-entendus. « I vouldn't mind getting away from here, vat about you? » Il s'est penché à sa hauteur, les lèvres frôlant son oreille et glisse un baiser sur le coin de sa mâchoire alors qu'il se redresse. « Grab a bottle, I'll show you the place. » Lui-même attrape une bouteille au passage - vin de sureau millésime 1889 il lui semble - et glisse une main dans le bas de son dos, ses doigts tout juste à la limite de ce que la bienséance permet, afin de la guider en-dehors de la pièce. Personne ne fait attention à eux sur leur passage et bientôt ils sont sortis de la pièce et de sa chaleur étouffante ; les doigts plus légers qu'une plume s'aventurent un peu plus loin et la douceur du tissu lui tire un frisson de délice tandis qu'ils avancent en silence le long du couloir. « So, you're from Texas? » lance-t-il finalement sur le ton de la discussion. « Vat made you come here? You're vith Jeremiah, right? » Il ne peut empêcher une pointe de jalousie de percer dans sa voix, malgré ses efforts. « That guy doesn't deserve such a nice lady like you. » Il est parfaitement conscient qu'il ne connaît absolument rien d'elle, si ce n'est sa nationalité, contrairement à Jeremiah - ce très lointain cousin dont il ne sait absolument rien non plus - mais c'est plus fort que lui. Ce soir, elle est à lui.

_________________
Les assassins
Le parti des météores
Les orphelins dans la poussière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t988-the-world-is-my-runway-cheslav#20588

avatar
gorgeous, violent, vulgar
APARECIUM : 01/07/2017
HIBOUX : 122
CREDITS : @killer from a gang, alaska
AVATAR : Peltz
DOUBLE COMPTE : bbphanès
PSEUDO : ☆☆☆ Perséphone
AGE : The sour age of twenty, but her body has more battle scars than anyone else's.
SANG : Not the brightest, not that filthy either.
ANCIENNE MAISON : Never studied that wizarding shit.
SITUATION : Sweet gf waiting for her, night after night.
IDÉOLOGIE : Her own sake.
MÉTIER : Fortune teller, full-time liar, worst mommy alive.
ROLE PLAY : (fr+eng) places illimitées //nate, sirius, neva, leo, chessy


MessageSujet: Re: (ches, fb) the wolf and the lolita Dim 6 Aoû 2017 - 14:44

"And the man sat down upon the rock, and leaned his head upon his hand, and looked out upon the desolation. He looked down into the low unquiet shrubbery, and up into the tall primeval trees, and up higher at the rustling heaven, and into the crimson moon. And I lay close within shelter of the lilies, and observed the actions of the man.   (@poe // beerus)
the wolf and the lolita
☆ Cheslav & Beylon ☆
Beylon aime le nouveau monde, aime les visages qu'elle ne connaît pour la simple raison qu'elle ne sait rien sur eux – dès que le mystère est effrité, toute relation perd son sens. Y a plus rien de délicieux dans les mots, y a plus rien qui fait plaisir. Pour l'instant,  avec l’expansif et généreux Jeremiah, c'est encore au stade où les secrets se dévoilent sans qu'on s'en rende compte. Où l'un perçoit chez l'autre des bribes de passé – elle sait par exemple qu'il a eut des problèmes avec sa mère. En même temps c'est pas difficile à deviner – tout le monde en a. Et la sorcière se dit que moins elle en sait sur l'inconnu en face d'elle, qui se penche à son oreille pour confirmer son invitation précédemment formulée, plus elle adore. Les fausses proximités qui ne durent que quelques instants sont merveilleuses, et elle espère vivre toute sa vie que de ça. Alors avec ses doigts fins elle s'accapare une bouteille de mousseux et de deux coupes vides qui seront trop vite remplies. Le geste cavalier de l'inconnu la fait sourire, et par l'envie de jouer à la jeune femme effarouchée, elle repousse les doigts baladeurs avec une mince hilare et choquée. « Oh boy, I'm not that easy ! » Les lourds cils battent, le regard est adorable. « Do I look like I'm some easy girl ? » Question rhétorique, car c'est ce qu'elle est. Une fille facile qui y voit se lettres d'or, toute sa gloire à être une amoureuse sauvage. Les bonnes mœurs condamnent, mais elle s'y lance avec joie. C'est peut être bien parce que ça ne se fait pas que c'est si délicieux, parce que les autres jugent que le goût des bouches d'inconnus sont si divines. Le joli brun lui demande pourquoi elle est là, si loin de chez elle, à l'autre bout du monde. C'est d'ailleurs bien plus loin qu'elle n'aurait jamais cru parcourir, une distance qui lui fait tourner la tête quand elle y pense. « America was borin' as fuck. Nothin' there fo'me, no opportunity, no real magic – well not magic magic, but ya know, nothing to make me happy. » La mention de Jeremiah la fait sourire, cet homme qui s'accroche à des origines fuyantes dont il ne porte plus rien – même pas le nom. C'est un chic type par contre, faut pas lui enlever ça. « What ? You have somethin' againt ma boy ? » Sourcil relevé, sourire agrandit et air légèrement moqueur. La jalousie est ce dont elle se nourrit, c'est comme un bain de jouvence. « He's a real nice guy, Jeremiah. Not the cutest, but he has his heart on his palm ya know, he gives me much, many ? things. » Hésitation sur la syntaxe, tentative de bien parler qui se solde toujours par ses erreurs enfantines. « See that dress ? He has good tastes, right ? » D'un mouvement de main elle joue avec la longueur de sa robe, dévoilant la peau de ses jambes – tout est fait exprès. « And what's your name, cutie ? » Qu'elle lui assène finalement, la cigarette dans le coin de sa bouche, les cendres volant derrière elle – sans vraiment savoir où elle va. Sa course s'arrête pour s'adosser à une porte, la bouteille toujours entre ses doigts. « Or maybe it's funnier if you don't tell me. » Clin d'oeil, envie de jouer. Car c'est une joueuse Beylon.

_________________
the love witch
My memory of The Forest is kind of like waking up the day after, where all the days merge into one and you don’t know what day you’re in anymore. It’s either one memory, or it’s like 37, of standing in a forest in the dark, trying to negotiate the cold and the mosquitoes - which seem like they should not be in the same place at the same time - running around and screaming a lot. I have that recurring memory because it happened.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(ches, fb) the wolf and the lolita

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Confiture de pêches de vigne à la lavande
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: walking around the world :: great britain and the world :: Autour du monde-