AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(we could be heroes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 22:28


- Emmeline "Milly" Blue Vance -
"There must be those among whom we can sit down and weep and still be counted as warriors."



› Identity Card
NOM › des sillons de terre parsemant les courbes de son nom...des lettres simplement alignées sans écho lointain d'une renommée fantasque. c'était presque sauvage la brutalité et la simplicité de la résonance qui faisait vibrer la gorge lorsqu'on le prononçait : vance. cinq lettres alignées sans écho lointain. cinq lettres que l'on oubliait facilement. PRÉNOM › ça sonnait doucereusement au creux de l'oreille, comme une berceuse familièrement étrangère. des rondeurs dans l'accent, des sons qui s'entrechoquaient, se dévoraient entre eux. emmeline, le plaisir d'une mère française. blue, celui d'un père anglais. "milly", jamais emmeline, le caprice d'une enfant détachée. AGE › elle avait traînée ses godasses bousillées, vingt-et-un ans...une femme-enfant, un bout de jeunesse rongé, la maturité qu'elle explosait contre les murs. OCCUPATION › sa voix embrume les tympans, informe les venants, apaise les démons, une fréquence volée : propriétaire et animatrice d'une radio pirate indépendante du nom de Sunny Ways au compte de l'Ordre du Phoenix. Mettant son don de stratège et sa vigoureuse ingéniosité au service des membres, elle filtre les informations sous des flots de musique et de codes cachés. Elle n'a pas sa langue dans la bouche, elle pend, traîne au sol, tâche leur visage de ses crachats impétueux. Sa colère repeint les murs d'une touche plus sombre de rébellion, ses croyances pleuvent sous forme d'affiches dans les ruelles, elle pointe du doigt, accuse indéfiniment l'injustice qui l’horripile. Et c'est l'adrénaline qui anesthésie son esprit, engourdie ses pensées, enclenche l'euphorie de ses cris et ses rires. La furie voile ses activités traîtresses sous les traits d'une vendeuse de vinyles dans une petite boutique moldue à Londres. Emmeline est notamment une bénévole dans un refuge pour les abandonnés, orphelins et victimes de ces conflits magiques. SANG › la lie de l'humanité reposant sous le flot vineux d'un sang enchanté, elle portait les veines bleutées de ceux qui n'avaient que leurs prières pour enchantements, que leurs mots pour incantations. des artères pulsant la sorcellerie dans tous ses membres, des atomes crochus entre les légendes et leur réalité. ANCIENNE MAISON › les battements de son cœur sonnant comme des rugissements, le rouge et l'or réfléchirent le courage de son petit être. CAMP › éperdue dévouée de l'Ordre du Phoenix. STATUT › indomptable bête que le battant d'une enfant perdue. ORIENTATION SEXUELLE › la lèvre pincée, le regard fuyant sous ses lunettes de soleil face aux formes rudes des hommes. PARTICULARITÉ › la cervelle rebelle, les sourires provocateurs, les genoux ensanglantés, les phalanges croûtées, le chewing-gum s'enroulant autour de sa langue, la petite Vance parait trop grande pour son corps, trop étroite dans ses os...elle aurait préféré pouvoir voler, au loin dans le ciel et brûler ses ailes dans les rancœurs du soleil. Etre aviatrice et se libérer de ces chaines dévorant ses articulations, cette pesanteur tyrannique qui l'affaissait souvent au sol, elle, essoufflée par ses courses contre la mort et ses mangeurs. Elle semble être inconsciente, et sans peur véritable, à crier au loup comme si l'ivresse de l'alcool de sa vie avait prit possession de ses pensées. Elle parait parfois trop pâle sous le charbon de ses cils, trop triste pour la jeunesse de son âge...Trop. Milly est trop, tout simplement.



› You cannot teach an old dog new tricks

J'accuse.

indépendante ☄ sarcastique ☄ curieuse ☄ rêveuse ☄ insouciante ☄ rusée ☄ passionnée ☄ sensible ☄ loyale ☄ impétueuse ☄ émotive ☄ étrange ☄ franche ☄ provocatrice ☄ révolutionnaire ☄ débrouillarde ☄ protectrice ☄ imprévisible ☄ stratège ☄ déterminée ☄ ardente ☄ audacieuse ☄ courageuse ☄ activiste ☄ vulgaire ☄ originale ☄ novatrice ☄ ingénieuse ☄ excentrique ☄ casse-cou ☄ révoltée
Des petits bouts de rien

keep on haunting me ≈ dans les tréfonds de ses souvenirs reposaient les cendres d'une enfance poisseuse d'un génie noir. Ça s’agglutinait sur ses doigts, les collant entre eux d'une manière à en arracher sa peau lorsqu'elle tentait de s'en débarrasser. C'était crasseux et sale, obscur et effrayant...c'était ses paumes se plaquant contre le torse de son frère, électrifié par ses démons...c'était les cris de son père enfouis dans la cave de la maison, lui proférant de le retenir, le temps qu'il trouve une solution à ce mal...c'était les larmes dévalant ses pommettes rougies, et puis l'incompréhension qui secouait son petit être. Un obscurus, elle n'en a connu le mot que bien plus tard. Lorsque des étrangers vinrent l'arracher à sa famille, à ses paumes à elle, lorsqu'ils effacèrent leur présence et son existence de la mémoire de la mère Vance, lorsqu'ils promirent de s'en occuper et le laissèrent finalement exploser sous le chaos régent dans son cœur. Milly s'en souvenait très bien, malgré ses multiples tentatives d'oubli...elle n'arrivait à lâcher prise, à faire son deuil, elle ne l'a jamais véritablement fait, prétendant ne pas avoir eu de frère. Puis la réminiscence avait prit de la place dans sa poitrine, la tombe inexistante qui y avait été creusée demeurant vide, à jamais d'un cadavre bien-aimé. Ça restait un trou de terre humide de sanglots et de rage qu'elle rebouchait d'une ivresse obsessive pour l'adrénaline, pour les traits de la Faucheuse et les rires qui s'entrechoquaient à l'intérieur de la fosse. Ça restait un obstacle qui l'empêchait d'avancer, d'évoluer clairement, oh elle avait prit goût à la peine et finalement la douleur en était anesthésiée par le temps et l'habitude. Il était plus facile de déranger la plaie que de la laisser cicatriser, car au fond, ne voulait-elle pas oublier ce qu'ils avaient dit, et laissé faire. Des sorciers hautains se pensant maîtres de tout, lorsqu'ils n'arrivaient à sauver leurs semblables. Milly en souriait, discrètement, à leurs ridicules paroles et leur besoin de supériorité. Elle, une pauvresse, venant d'une graine cracmol avait réussi à aider plus de gens dans sa maigre vie d'humaine qu'eux dans toute leur vie sorcière. Alors n'enterrait-elle jamais ses morts...vilaine dans ses mots, violente dans ses émotions, brutale dans ses gestes, elle courbait l'échine au poids des cadavres s'entassant sur ses épaules et continuait son cheminement incertain. C'était ces fantômes qu'elle continuait de hanter de son ingrate présence, de déranger dans ses mémoires, les rappelant lorsqu'elle se sentait ignoblement seule dans le noir de l'arrière-boutique. C'était ces fantômes-ci qui absorbaient la magie de sa baguette, la bloquant dans ses sorts...serrant son cœur à l'échec, désolant son esprit de son incapacité. Ce furent des moqueries qui jaillirent lorsqu'elle n'arrivait à produire de magie en première année, lorsqu'on la fit redoubler...une première fois, puis une seconde plus tard, la laissant deux ans de retard par rapport aux jeunes enfants de son âge. Ce fut l'harcèlement parfois, qui inscrivait des marques obscènes sur ses poignées brisées. Et aujourd'hui c'est sa propre haine qui réveillait la furie en elle quand elle censurait inconsciemment ses sorts la rendant vulnérable aléatoirement. Elle n'avait jamais été stupide la jeune Vance, au contraire, une élève brillante pouvait-on dire...mais atteinte d'un mal auquel on ne pouvait remédier : une peur affreuse pour ce mot, cet exact mot qui implosa dans sa bouche et dans ses nerfs : obscurus. and despite everything I'm still human ≈ dans les artères de sa jeunesse reposait les autres fragments de son existence. Il y avait l'odeur des tartes à la confiture de myrtille, de l'earl grey tea voilé de lait, celle du tabac froid et de la poussière. Il y avait le vent caressant ses cheveux, l'immensité d'une mer grise, s'échouant aux pieds de la falaise, des pâturages verts émeraudes s'étendant vers l'horizon brouillé de brume. Il y avait le sel s'incrustant dans ses pores, et son goût sur sa langue lorsqu'elle la passait sur ses lèvres alors même qu'elle ne s'était pas baignée. Puis des mèches noires s'attachant à la pâleur du robinet, une frange farfelue et la froideur du métal mordant ses petits doigts. Elle se coupait toujours les cheveux toute seule depuis qu'elle avait commit la bêtise de le faire une fois à ses neuf ans. Jamais ne les avait-elle eu longs après cela...elle les préférait courts et moins encombrants, s'accrochant à ses cils charbonneux et caressant la ligne de sa mâchoire. Garçonne aux salopettes et genoux déchirés, courant dans le village le sourire s'agrippant à ses lippes rosées alors qu'elle venait de voler une pomme à l'étalage d'un marchand. On la connaissait, là-bas, à Staithes, la maison de ses grands-parents, comme la petite française au drôle d'accent et aux yeux malicieux. La "gamine" ou la "mangeuse de grenouilles" comme on l'appelait communément qu'on rapportait à la grand-mère par le bras, qu'on disputait après un enfantillage, qu'on s'amusait à occuper avec une sucrerie ou deux, le temps que le grand-père finisse ses courses. Elle avait un drôle d'air la Emmeline Vance parlant français à des gens qui faisaient semblant d'en comprendre les mots, à écorcher légèrement l'anglais de sa prononciation revêche. On pouvait penser qu'elle était une morveuse turbulente, battant des pieds lorsqu'on lui demandait d'aller se coucher, à piquer toujours la dernière part du gâteau avant d'avoir déjeuné. Elle semblait toujours errer bredouille, le nez sale où s'était accroché les crasses de ses mains à cause du sucre, les iris reflétant l'immensité du ciel, les poings dans les poches ou s'amusant avec un yo-yo vert...toujours planer dans les maquettes d'avions qui occupaient son temps en compagnie de son grand-père. Elle connaissait déjà beaucoup de choses malgré son jeune âge et sa face barbouillée. La mioche était éduquée sans spécificité particulière sur son sexe et préférait nettement plus les jeux de mains. Mécanique, stratégie de guerre, aviation, elle s'allongeait souvent par-terre pour feuilleter les livres ou albums photo de son grand-père, héros de guerre. Toutes ces choses occupaient ses dix doigts et son esprit développant en elle un sens aigu de l'ingénierie. La petite Vance inventait beaucoup de choses avec les pièces perdues des machines de son "pépé", mettant en action son imaginaire agité. Elle aidait ce dernier à la réparation de voitures, télévisions, antennes et autres, se débrouillant même seule par la suite. Cela lui fit de bonnes épaules et de bons bras sur lesquels on pouvait compter. C'était grâce à ce "pépé", figure vraisemblablement paternelle pour elle, qu'elle su mêler son ingéniosité mécanique à la magie sorcière créant à Poudlard une radio indépendante secrète qui se débrouillait pour laisser fuir les questions et réponses d'examens, pour organiser des paris de Quidditch qui la plaçaient souvent dans des situations délicates par la suite pour des questions d'argent, ainsi que pour baigner le château de sons humains qu'elle collectionnait sous forme de vinyles. C'est aussi ainsi qu'elle réussit à lever seule une même radio pirate par la suite pour le compte de l'Ordre du Phoenix. Car avant d'être sorcière, Milly avait appris à être une humaine et à se débrouiller comme telle. let nothing be lost upon you ≈ espiègle moldue aux tendances infernales, Emmeline était un cadavre exquis vivant dans une folie décadente. Surréalisme couronnant sa chevelure de jais, des plumes de corbeaux à la place de ses mèches, elle était de ces gamines qui vivait sous l'impulsion de ses désirs. Des souffles de songes gonflant sa poitrine comme un voilier de plaisirs égoïstes, ses pieds, écorchés, la menaient dans des tréfonds plus curieux les uns que les autres. Milly voulait vivre tout simplement...imposer sa silhouette à l'astre doré, caresser les recoins tranchants des étoiles, puis faire voler des pétales aux bourrasques terrifiantes. Elle hurlait du haut de ses falaises...crachant ses poumons à chaque fois, rugissant, par provocation à des dieux immortels. Elle aussi pouvait l'être, voilà ce qu'elle semblait vouloir dire dans ses bonds de rires. Et ils perçaient les cieux, agaçant les divinités qui tentaient par tous les moyens d'étrangler la démone. Lucifer qui avait toujours accès aux jardins paradisiaques, elle ne se gênait jamais de mordre les plus beaux fruits, en offense et sacrilège. Pourvu qu'on remarque sa transgression, pourvu qu'elle abreuve son éternelle soif de savoirs. Au diable les bouquins, elle les envoyaient valser. Au diable les professeurs, elle faisait taire leurs paroles...ils pensaient tellement savoir ce qu'elle vivait lorsque personne ne pouvait avoir un semblant de son existence. Elle ne la laissait à personne si ce n'est à elle-même. Au diable tous ceux qui tentaient de dicter sa raison et ses gestes, elle leur tirait la langue et lançait des injures. Sauvageonne, on ne pouvait calmer la tempête en elle...c'était comme vouloir contenir l'océan dans une bouteille de verre, voilà ce qu'avait déclaré Dumbledore...elle continuerait de décevoir, que l'on répliquait. Et le silence pesait alors dans le bureau du directeur. On ne pouvait se résoudre à lui tracer un avenir, électron libre, elle semblait déranger les règles par des questionnements offensants, embrouiller les esprits dans un jeu qu'elle seule maîtrisait. Elle était de trop. Une pièce de trop qu'Albus sut malgré tout placer savamment dans son armée, déjouant son espièglerie et attachant les monstres vivant entre les parois de son crâne. C'était son problème : on lui avait donné la vie. C'était son autre problème : elle souhaitait la pousser aux limites, aux extrêmes, l'expérimenter et apprendre de la sorte. Une roulette russe attendant que la balle transperce sa cervelle. Audacieuse ou suicidaire on ne faisait plus la différence. doing the right thing ≈ bestiale aux doigts allumettes, ils s'accrochaient à toutes les parois et enflammaient tout ce qui l'entourait. Tout ce qu'elle touchait se consumer dans des démences virulentes...rugissantes. Elle éveillait les désirs interdits de ses sourires amusés, éveillait les enfants perdus dans tous les adultes de ses regards malicieux, éveillait la révolution dans leur esprit tyrannique. Anarchiste avait-elle été plus jeune, lorsque l'adolescence torturait son corps comme un élastique que l'on abusait. Gardant toujours cette idéologie au creux de son être, Milly avait pourtant grandi plus paisiblement en apparence. Il suffisait que l'on en fasse quelque-chose, de cette masse informe d'énergie et de folie. Dumbledore sut y voir un potentiel lorsque beaucoup de professeurs avaient abandonné la tâche, la plaçant comme l'âne de la génération. C'était indirectement grâce à la confiance qu'il avait su placer en elle qu'elle réussit à maîtriser sa magie et à conquérir aisément tous les examens. Débarrassée d'une scolarité en patchwork, Milly n'avait pas réellement déterminé ce qu'elle souhaitait être dans cette société qui ne voulait pas d'elle et de son sang. Avait-elle eu véritablement le choix ? Lorsqu'on lui proposa de rejoindre l'Ordre ? Lorsqu'elle s'investit entièrement dedans, s'engloutissant dans une idéologie qu'elle portait manifestement avec beaucoup trop de fierté ? Comme une étoile sur la poitrine, son nom balançait l'impureté de ses veines à tous ceux qui l'entendaient...animant la haine et l'animosité qu'ils pouvaient éprouver. Non Milly n'avait pas eu d'autres choix que de survivre...c'est ce qu'elle avait toujours fait dans le monde sorcier. Survivre aux coups qu'elle recevait de ses camarades dans l'ombre d'un couloir quand elle les arnaquait suite à ses paris; survivre à ses excursions interdites lorsqu'elle se ratait lamentablement et fuyait les conséquences de ses actes; survivre à la mort d'un frère, le suicide d'une mère, la dépression d'un père...survivre, elle ne savait faire que cela. C'était son instinct animal qui la poussait à se mouvoir, à parler, à lever le poing. Son besoin d'appartenir et de façonner son futur de ses propres mains...son besoin de vivre de liberté et de passions, de droits et d'ambitions. Elle était persuadée d'être invincible, avec de telles positions...elle avait cru pouvoir gagner. Après le meurtre de Harry Potter et de Neville Londubat néanmoins, fut-elle assommée d'un coup porté à l'arrière de sa tête. Un événement qui la rendit d'autant plus totalitaire dans ses idées...elle se fichait bien des noms et des histoires que pouvaient tenir en leur sein les mangemorts, elle se fichait bien de leurs visages et de leur famille, tout ce qui importait était la destruction totale de leurs traits. De la lumière jaillissant de sa baguette, elle apporterait dans sa course furieuse la désolation et le malheur sur tous ceux qui se levaient contre elle ou l'Ordre. Une protection que certains jugent excessive, des propos qui peuvent secouer l'échine lorsqu'elle présuppose que ceux ne portant pas leurs opinions aident inconsciemment le Mage Noir et ses suppôts et ne sont donc pas mieux que la sale vermine. C'est l'excès des sentiments qui la caractérise...les frontières qu'elle repousse toujours plus loin. Elle brise les conventions et fait un autodafé de leur moral à deux balles, dansant au murmure des flammes. Taguant les murs de la cité, accusant ces injustices, balançant des propagandes du haut des toits, créant des affiches contre les mangemorts, encapuchonnée de ténèbres et de secrets, élaborant des plans pour coincer des ennemis au-dessus de multiples cartes, apprentissage de la médicomagie, Milly ne recule devant rien mettant en avant sa capacité de sacrifice. C'est aussi dans cette optique qu'elle s'engagea à porter de l'aide à toutes les victimes de ces combats mais plus particulièrement aux orphelins rescapés. no below ≈ il y a tellement de petites choses gravitant autour de sa personne...ses clopes en sont une. Envoyées la première fois par son grand-père à ses seize ans, la jugeant assez grande pour les "choses d'adulte", elle n'a jamais pu s'en détacher. Certes avait-elle tenté de cesser cela, remplaçant les cigarettes par des sucreries diverses comme les chewing-gums et les sucettes cependant tout ce que cela produit fut une addiction au sucre en plus. De même pour le café : elle souhaita le remplacer par du Coca-Cola, sans grand succès...elle y retomba avec plus de plaisir encore. Particulièrement après avoir rejoint l'Ordre, elle passa ses nuits à surveiller toutes informations pouvant lui parvenir, à étudier les différents moyens d'attaquer les mangemorts, à apprendre la médicomagie tout en fredonnant sur les musiques de ses vinyles, sa dose de caféine fut donc nécessaire. Une photographie de son grand-père en tenue d'aviateur auprès de son avion, ainsi que la baguette magique de sa grand-mère qu'elle lui a légué sont d'autres choses également. Une baguette qui étrangement l'a choisi sans caprice n'ayant plus été utilisée depuis des années. Aussi peut-on entrevoir les initiales de sa grand-mère lorsqu'elle était jeune fille, ainsi que quelques gravures artistiques réalisées par l'ancienne propriétaire. Cette dernière fut d'ailleurs connue durant sa jeunesse à Poudlard pour son tirage aux cartes de tarot résolument parfait...c'est aussi de cette manière qu'elle gagna sa vie dans le monde humain afin de boucler les fins de mois difficiles. Elle tenta bien d'inculquer la discipline à sa petite-fille mais Emmeline n'était pas aussi douée à sa grande déception. Des livres historiques portant sur les stratégies guerrières ou des romans policiers, ceux d'Agatha Christie, ainsi que l'intégralité des livres de Tolkien sont entassés dans son petit monde dans l'arrière boutique où repose la station radio. Elle possède également deux carnets, l'un où elle reporte tous les événements majeurs du conflit contemporain (étant persuadée que tel le journal d'Anne Frank, le sien pourrait servir en guise de commémoration pour les générations futures) ainsi que les participants et les stratégies employées, le second où elle dépose des plantes séchées aux propriétés intéressantes (qu'elle prend le soin de décrire), qu'elles soient toxiques ou au contraire bénéfiques. Elle avait commencé ce dernier à un jeune âge, étant plus à l'aise dans un environnement naturel que cosmopolite. La botanique était d'ailleurs un de ses points forts à Poudlard laissant envisager une carrière prometteuse dans ce domaine. C'était sans compter le contexte social qui précipita ses décisions hâtives. Tous sont des petites choses qui l'occupent lorsqu'il n'y a résolument aucune nouvelle importante à transmettre. Ils font partie d'elle et l'accompagnent au quotidien, mettant en relief des aspects que l'on ne soupçonnait pas de sa personne. Ou au contraire soulignant ceux que l'on connaissait déjà, comme son goût pour un esthétisme particulier. En effet, la première chose que l'on remarque chez elle est indubitablement son style vestimentaire mêlant tendances actuelles et propres inventions...les hivers par exemple, porte-t-elle toujours les pulls colorés tricotés par sa grand-mère. Ridicules pour certains, à rayures farfelues ou points éclatants, comme totalement neutres pour d'autres. Souvent est-elle aussi habillée d'une salopette dont elle cache la misère avec des bouts de tissus à motifs ou unis. Quant bien même porte-t-elle une jupe (souvent de tartan, jean ou simplement en daim beige), elle sera toujours par-dessus des bas bleus et collants en laine afin de cacher ses vilains hématomes. Ses vieilles godasses en cuir brun foncé l'ont suivies toutes sa scolarité et elle n'a jamais songé à en avoir une autre pair...le manque d'argent est une raison à cela, mais le simple attachement en est une autre. De même en va de sa casquette "marin" bleue foncée piquée à son grand-père lors d'une de leurs séances de pêche, ou son ciré et bottes jaunes. Outre cela, sa coupe au carré est une de ses signature, ainsi que son odeur de forêt (pins, pluie et myrtilles particulièrement) et de mer, de café et de cigarettes s'étant agrippée à toutes ses affaires. Rarement porte-t-elle de maquillage, laissant transparaître ses cernes bleutées causées par une insomnie souhaitée et ses tâches de rousseur constellant le haut de ses pommettes ainsi que l'arête de son nez. no take me home, home where i belong ≈ la tête renversée, noyée d'eau d'un bain savonneux, d'un bleu grisonnant de blancheur, les paupières fermées comme des poings de nouveaux-nés, le nez laissant échapper quelques bulles d'air vers la lumière argentée de la lampe. Milly s'était souvent amusée à vivre sous l'eau, retenant sa respiration autant qu'elle le pouvait, pas aussi longtemps qu'elle l'aurait voulu, sentant la pression écraser sa poitrine, son corps et crâne gonfler prêts à exploser et d'un voile ensanglanté colorer d'un cramoisi la pureté de la baignoire. Dans ces jeux dangereux, s'imaginait-elle sous l'océan, cherchant les trésors enfouis d'une quelconque cité antique, nageant avec les poissons, chantant avec les sirènes aux cheveux roux pailletés d'or. Milly avait toujours rêvé d'aventure. Toujours avait-elle songé à piétiner sa routine banale, voir les morceaux éclater sous ses chaussures...elle ne l'aimait pas, la vie tranquille. Aussi avalait-elle un bol de céréales ou de porridge chaque matin et s'en allait, attrapant son sac de cours, pour se perdre dans les paysages reclus d'une angleterre rustique. Saccadée de vert et de gris, d'infini et d'éphémère...Elle n'allait pas souvent à l'école et on ne lui en voulait pas véritablement, grand-mère connaissait sa nature, elle savait que l'éducation moldue ne lui serait pas utile et qu'elle apprendrait plus à vivre dehors qu'enfermée dans une salle en compagnie d'enfants avec qui elle n'arrivait manifestement pas à se lier. On n'avait pas peur de la laisser vagabonder, de la perdre derrière des arbres ou sous les hautes herbes. On n'avait pas peur de la voir s'envoler avec les oiseaux, fabriquant des avions en papier, communiquant avec ce ciel qui l'intriguait tant. Emmeline pensait être discrète, elle pensait que sa bêtise n'était connue que d'elle...grand-mère souriait alors, derrière sa fenêtre, la regardant courir, partir et s'éloigner hors des sentiers battus, se retournant de temps à autre pour voir si ses grands-parents la surveillaient. Elle avait appris à lire et écrire en se plongeant dans des histoires fantastiques, nourrissant son imagination frétillante comme des poissons hors de l'eau. C'était l'école à la maison jusqu'à ses onze ans. Elle avait appris à réparer des objets et l'histoire humaine grâce à son "papy", à s'occuper d’œufs sur la poêle, du thé sur le feu ou d'une tarte à la pomme grâce à sa "mamie", à recoudre des vêtements, à utiliser une boussole et une carte, à se retrouver dans la nature grâce à des indices ambiants comme les étoiles ou la verdure, à lire, à écrire, à jardiner et à s'occuper d'un potager, à différencier les bonnes plantes des mauvaises, à marchander et reconnaître les bons produits et tout ce qui lui permettrait de pouvoir se débrouiller toute seule. Il n'en fallait pas plus. Elle savait compter, additionner, soustraire, multiplier et avec un peu d'hésitations diviser. C'était en vivant que l'on apprenait à vivre, disait grand-maman, avalant une gorgée de sa tisane à la camomille qu'elles avaient toutes les deux cueillies et séchées dans le grenier au préalable. Aussi la petite Vance avait toujours suivi ce conseil, même en grandissant, elle se plaçait dans des situations nouvelles, des expériences différentes pour s'instruire et dompter les craintes. C'était à Staithes qu'elle avait connu la plupart des choses. Dans ce village baisant l'écume de la Manche, dévalant ses falaises dans les bras de la mer. Et souvent, Milly se disait-elle qu'une fois tout ceci terminé, elle y retournerait...retapant une petite maison abandonnée qu'elle avait tant de fois visité avec l'espoir d'y rencontrer des êtres féeriques. C'était là qu'elle finirait ses jours, là où elle se pensait les avoir commencé réellement. Dans ces lieux qu'elle magnifia de son imaginaire magique, cherchant les domiciles des lutins dans tous les gros champignons ou aux racines des arbres, arrachant les ailes du cadavre d'une libellule pour les coller dans son carnet "d'études scientifiques" sur les fées, confectionnant des potions farfelues pour devenir sirène ou des bateaux avec des branches pour être pirate. Voilà qu'en grandissant, elle avait pu avoir la chance de remplir les sots de ses rêves gamins. Il est notamment intéressant de noter que sa baguette possède en son cœur des ailes de fées.


feel the fear and do it anyway


› thinking the world
Que pensez-vous de la valeur du sang ? Un poison ruisselant jusqu'à la moelle de ses ossements. Ils s'entrechoquaient, furieux, battant le rythme, la cadence d'une guerre d'idéaux. Des tambours secouant son cœur, le faisant fendre sa carcasse brûlante...il y avait une tempête en elle, se faufilant hors de ses fissures, léchant sa peau d'un sel acide, rongeant ses affreuses plaies qu'elle faisait échouer sur ses membres fatigués. Milly avait grandi dans l'autre monde. Celui auquel elle se devait d'appartenir malgré elle, cet autre côté du miroir là où tout est impossible sans un semblant de génie et d'ambition. Mais Milly avait un autre pied dans un univers bien différent...plus fragile semblait-il derrière les magnificences magiques. C'était ainsi, une funambule dont l'être était possédé par l'ordinaire, dont l'âme volait avec l'extraordinaire. La Vance connaissait les histoires de guerre, elle savait où la haine pouvait conduire...des combats avaient commencé pour bien peu auparavant, il suffisait simplement d'une étincelle pour incendier les esprits gazeux. Ceux qui n'avaient connu que leur propre bien, leurs propres murs...leur huit-clos psychique. Elle riait à leurs provocations, à leur colère sans fond, au fait même que son existence pouvait irriter des visages et démanger des mains. Emmeline se jouait même de leur rage, se pavanant, s'ouvrant les veines devant eux, menaçant d'aimer leur fils et de donner une progéniture "pourrie". Emmeline se jouait des sentiments, de la peur qu'ils pouvaient éprouver à son égard...car c'était ainsi qu'elle le voyait : une simple crainte, une incompréhension...Ils marchaient comme tous les animaux de cette Terre, par instinct de survie...et lorsqu'une interrogation embrouillait leur cervelle, ils se fâchaient, comme des enfants. Non, le sang n'avait aucune valeur pour elle. Pouvait-elle être plus humaine qu'elle ne l'aurait pas plus mal vécu. Elle détestait jusqu'à la consonance vomitive du mot "moldu" lorsqu'ils avaient tous la carrure humaine. Puis elle balançait sa sucette d'un côté de la bouche à l'autre, pensant que finalement, face à la mort, nous étions tous égaux.

Que pensez-vous des Mangemorts et de l'Ordre du Phénix ? Une résistance. Sa résistance. Milly, l'incapable qui ne savait user de sa magie. Milly, la stupide qui pouvait rester des heures, le minois collé sur un bouquin, sans jamais pouvoir faire marcher sa baguette. Milly, l'inutile qui restait les nuits dehors à se cacher de la somnolence. Milly avait eu bien des surnoms durant ses premières années de scolarité à Poudlard, certains originaux, d'autres simplement mesquins. Elle avait grandi de travers, comme une plante que l'on aurait laissé sans surveillance, par soi-même. Une mauvaise graine tirant ses branches vers des cieux abrupts, plus durs que ceux dont on rêve habituellement. On disait que certaines personnes ne se sentaient mieux que dans le chaos...peut-être était-ce son cas à elle ? Au milieu de l'ouragan, elle volait des sourires aux visages affolés, les cheveux tirés par les astres, la gorge déployant son sang sur une lame argentée...ça n'était que dans ses plaies qu'elle reconnaissait sa vie. Que dans les cris qu'elle s'entendait exister...que dans les rires, le bonheur à l'état brut, qu'elle flottait. Elle n'avait jamais souhaité de dentelle recouvrant ses bleus, jamais de rubans satinés entachant la noirceur de son épaisse chevelure. Elle souhaitait simplement vivre...se cogner aux recoins cruels, être projetée contre des rochers, le crâne entrouvert elle verrait peut-être ainsi les étoiles explosant dans son cerveau. L'ordre du Phoenix était une énième et ultime provocation, un de ses doigts d'honneur qu'elle lançait à chacune de ses victoires assassines, une de ses langues capricieuses qu'elle tirait à la gueule de la Faucheuse. C'était sa révolution, personnelle et universelle. Milly, l'incapable qui avait monté de son ingéniosité et de ses mains une radio pirate. Milly, l'inutile qui protégeait et se dévouait à la cause des victimes croissantes de cette guerre...la maternité ruisselant de ses attentions et de ses soins étonnement doux. Milly, la stupide qui passait ses nuits et ses journées à travailler sans relâche pour l'ordre comme pour les humains dans la boutique de vinyles. Milly s'était construit une petite galaxie, et c'était autour de ses croyances qu'elle gravitait...autour de ce jeu malsain avec le danger, cette adrénaline qui sifflait dans ses oreilles.


Seriez-vous prêts à mourir pour vos idées ? La petite Vance aurait pu mourir pour tout. La fois où son frère se transforma en un brouillon d'enfant noir et obscur, détruisant tout sur son passage...La fois où elle fugua de chez elle, le sac-à-dos empli de sucreries et de crayons, afin de vivre sa vie de pirate. La fois encore où elle fut prises par les mains de la mer, l'eau s'infiltrant dans son corps avec la violence d'une armée entière. Celle où, allongée sous une voiture, elle tentait de réparer la mécanique complexe et salissante, la stabilité douteuse effrayant le cœur fragile de son grand-père. Cette autre où elle s'était perdue dans la forêt interdite, récoltant à son retour sain et sauf de bonnes heures de colles auprès d'Hagrid s'étouffant souvent de ses bêtises insensées. Oui, Milly était connue pour converser avec la mort, la caresser de ses doigts sans jamais l'étreindre complètement et pleinement. Elle se disait parfois que c'était dans le sommeil éternel qu'elle reboucherait le trou béant présent, juste là, à la croisée de son cœur et de ses côtes. Ce chemin tortueux, vilain, qui avait réussi à creuser un fossé énorme. On ne le voyait pas, lorsqu'elle se couvrait de vêtements, de sourires et de malice. On ne le voyait pas non plus, lorsqu'elle se faisait tabasser dans un coin de l'école pour ses manigances et ses vols à répétition lors de ses paris de Quidditch. On ne le voyait pas encore quand elle réfléchissait les nuits, les sourcils froncés, le parfum du café embaumant son cou, s'incrustant sur ses lèvres mâchouillées, la fumée de ses cigarettes (elle avait bien tenté d'arrêter de fumer plusieurs fois) s'accrochant à ses cheveux et ses salopettes en denim délavé. Il y avait une manière de chasser cet autre genre d'obscurus battant dans ses artères...cette autre maladie périlleuse qui tirait toujours vers la mort. Mais elle ne l'avait jamais trouvé. Et mourir pour ses idéaux, n'était-ce pas la plus belle des morts ? La plus héroïque ? Les Grecs, souhaitaient tomber en guerre, sachant qu'ainsi, ils seraient rappelés...à jamais, éternels à travers les mémoires et les âges. Emmeline Blue Vance, dite Milly, s'étant retrouvée dans le visage paisible de Thanatos.

Le climat de la guerre à venir vous fait-il peur ? les sourires ensanglantés, le liquide carmin venant salir le menton à chacun de ses soupirs las...Milly avait déjà connu une guerre. Elle avait vu la destruction d'un être, une guerre contre soi-même et sa véritable nature. Elle avait vu la haine que l'on pouvait porter dans les yeux, comme deux flambeaux menaçants, deux incendies abominables, une guerre contre un autre et soi-même. Milly n'avait pas peur...elle ne craignait ni les blessures, ni la mort. Elle ne craignait ni le danger, ni le destin. L'effroi était le pire des sentiments, le plus nuisible que lui avait répété son grand-père. C'était la peur qui poussait l'humanité à la folie et à l'incompréhensible. Celle-ci qui nous obligeait à ployer le genou et baisser la tête plus bas que terre. C'était cette terrible démone qui façonnait les chaines de la servitude absurde. L'abandon total des pensées à une pseudo-autorité. La survie égoïste qui créait l’imprononçable. Alors non, Milly ne clignait pas des yeux à la projection de sorts, elle ne tournait pas la tête aux coups meurtriers sur des corps étrangers...par insouciance ou enfantillage, elle s'était construite une mécanique spécifique...tournant ses violentes émotions en bombes cruelles explosant à la gueule du monde. C'était la seule arme qu'ils ne pourraient jamais tourner contre elle...la seule et l'unique que les Mangemorts utilisaient : la terreur. Puisque la peur pouvait blesser plus profondément encore que n'importe quelle artillerie.



› behind the wizard
PSEUDO : bramble heart (laura). ÂGE : dix-neuf ans. FRÉQUENCE DE CONNEXION : variable mais pour le moment quasi-quotidienne. AVATAR : lydia graham.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 22:28


- path of life -
"I will be wild. I will be brutal. I will encircle you and conquer you. I will be more powerful than your boats and your swords and your blood lust. I will be inevitable."



i will storm the gods and shake the 
universe



› Postcard from far away

La carte postale, jaunie par le temps et écorchée par sa brutalité, reposait entre la pâleur de ses mains. Il n'y avait rien écrit à son dos, comme dépourvue de sa fonction principale, elle n'était qu'un message fantôme envoyé à des êtres hasardeux. Qu'un jeu du destin, qu'une fantaisie perdue. On aurait bien pu se demander pourquoi avait-elle été inutilisée, laissée pour abandon de la sorte ? Peut-être avait-on réellement voulu y rédiger des phrases condensant le roman de nos pensées volages, et puis l'envoyer à des personnes lointaines demeurant muettes sans encre ou électricité ? Peut-être l'avait-on simplement achetée par prévision...puis l'avait-on oublié, ou avait-on trouvé quelque-chose de mieux, plus joli, plus nouveau que cette carte qui sentait à présent la poussière et l'humidité des greniers surmontés de brumes. Milly l'avait adopté, lorsque sa grand-mère la lui offrit en souvenir de leur maison à son embarcation pour le Poudlard Express. Elle se souvenait encore de l'odeur des sablés qu'elle lui avait préparé très tôt le matin, le parfum du thé vert submergeant la noirceur de la petite maison, titillant son nez et sa gourmandise. Des sablés qu'elle avait retrouvé par la suite en miettes dans leur sachet, une fois assise dans le train. Elle se souvenait aussi des bruits, des sifflements, des cris et des pleurs...ses grands yeux bleus ouverts à l'immensité des émotions brouillonnes des gens l'entourant, la bousculant de tous les côtés avant de s'en excuser ou pas. Puis de ses chaussures qui, à peine cirées par grand-maman, s'était déjà retrouvées piétinées. Elle ne savait pas où elle allait, n'écoutant pas véritablement les dires de sa "mamie". Emmeline l'appelait ainsi, dans un français mielleux qui soulevait des sourcils et des coins de bouches à sa consonance. Petite française aux cheveux noirs coupés au carré par ses soins, manteau cramoisi, robe en laine grise et collants plus sombres rappelant le pelage d'une souris, bottines de cuir noir, béret vert reflétant la couleur des forêts, se mouvant dans une masse étouffante, précédant sa seule accompagnatrice qui, une main posée sur son dos, la guidait vers sa nouvelle vie. Elle y était, à vrai dire, un pied encore là-bas, dans le sable froid de la plage de son village, dans la logique et le rationnel, l'autre dans l'imaginaire qui avait constellé son crâne depuis tant de temps. Elle ne savait rien de tout cela, n'écoutait pas les recommandations ou les consolations...Son attention était captée par l'énorme train et l'atmosphère régnant dans le lieu. Cette sorte d'anticipation et de crainte se mélangeant dans le chaudron de son corps, cette folie excitatrice qu'elle ressentait en chaleur abondante dans ses artères, électrisante...parfois Emmeline souhaitait y retourner...ressentir encore et encore, sans fin, ce sentiment de renouveau et d'au revoir, de début et de suspension. Il semblait qu'on voulait y arrêter les minutes tout en les laissant filer sur un toboggan beurré, les rattraper, le ventre glissant sur le métal froid, les doigts crispés vers le vide, vers là où le temps devait atterrir. Dans des mains, qu'on puisse le contrôler, se sentir en sécurité...Elle se souvenait aussi de ses valises encombrantes pour ses bras, tapant contre ses jambes à chacun de ses pas dans un mouvement agaçant. Auparavant elle avait su soulever des bouteilles de lait frais, des paniers de carottes terreuses ou de pommes de terre, des livres du haut d'une étagère ou le pot de gourmandises que "mamie" cachait derrière ses pelotes de laine. Mais c'était différent, étrangement plus lourd, plus gênant aussi, traçant des sillons rouges sur ses paumes d'albâtres. Puis Milly revoyait vaguement, sous la fumée, la silhouette de sa grand-mère se hâtant de suivre la vitre par laquelle elle la voyait s'éloigner malgré sa course. Secouant son mouchoir blanc, son manteau noir tranchant avec la monotonie de la pâleur. Elle n'avait pas pleuré l'enfant...elle se doutait que l'âge rendait les personnes plus fatiguées, et plus émotives. A force de tout perdre, on ne voulait plus jamais sentir un déchirement. Alors elle savait que la vieille femme avait pleuré, quelques larmes s'accrochant à ses fosses altérant son visage autrefois juvénile et gorgé, comme un fruit, du jus de la vie. Elle l'avait simplement observé comme elle avait pu observer sa mère, la quittant en compagnie de son père pour ce qu'elle allait longuement considérer comme sa véritable maison. Ce jour-là, elle avait sangloté. Beaucoup, sous les chuchotements de son paternel tentant de la rassurer...de la protéger de mots cajolés, attendrissants...de mots qui ne ricochaient pas contre son cœur, perdu dans les méandres de la poitrine de maman. Les adultes oubliaient souvent leur propre enfant, celui qu'ils ont laissé dans leur enfance, enfoui dans leur mémoire, pour grandir et quitter ce qu'ils pensaient déjà savoir. Les adultes oubliaient leur sensibilité d'antan, la conscience aussi fraîche que l'eau d'un ruisseau...mais le ruisseau se jetait dans les rivières, puis dans la mer...le ruisseau menait à de grandes choses. Le ruisseau savait, sentait, accrochant à la terre qui l'entourait, aux cailloux roulant dans son bassin, aux insectes qu'il transportait pour morts sur son dos. Ils oubliaient à quel point ils étaient intelligents malgré des mots barbouillés et des phrases raccommodées, usées encore et toujours à l'infini. On pensait que Milly ne saurait pas pourquoi on partait loin de la maman, de l'île qui l'avait vu naître, elle et son frère aîné. Emmeline savait que quelque-part, dans l'espace qui la séparait de sa maternelle, il y avait les disputes d'un couple meurtri par une disparition subite, les tempêtes déchaînées de deux battants féroces. Dans ce vide décharné, il y avait pourtant quelque-chose de charnel. Des bribes de réminiscences, une mère qui était persuadée qu'une part d'elle lui manquait sans jamais pouvoir la retrouver...une part qu'elle avait pourtant tant aimée, tant couvée. Une part plus précieuse que son entièreté. D'autres morceaux s'entrechoquant, la violence des crises de son frère alertant des forces aveugles de compassion, séparant le problème d'un noyau stérile. Il y avait eu les erreurs d'un paternel cracmol...la Vance ne lui en avait jamais voulu. Il avait eu peur, la réaction la plus naturelle de survie : retenir ce qui lui était cher en cachant la vérité. Et on écrasait la magie, la sorcellerie s’épanchant dans les membres des enfants, on oubliait son enfant...son propre enfant. On oubliait comment on était sensible à un tel âge aux vibrations...On oubliait comment le psychisme affectait et modifiait la matière, les cervelles étrangères. On oubliait que l'on avait arrosé cette branche de notre arbre...celle qui avait donné les fruits que l'on tentait de maintenir. Un fruit tomba. L'autre, il le retenait dans sa main. Maman n'avait pas compris. N'avait rien vu. La souffrance assourdie de son fils...elle pensait y voir une dépression, elle n'y vit au final que le reflet de l'avenir de sa famille. Les adultes oubliaient l'enfant. Ils avaient fait oublier à maman son fils lorsqu'ils l'arrachèrent de la maisonnée. Mais une mère n'oubliait jamais véritablement. Alors elle continua de vivre, dans ce vide, ce néant qui secouait son corps les nuits, soulevait ses cheveux comme des fantômes joueurs. C'était une folie à deux...un huit-clos où grandissait un autre type de mal, un autre obscurus plus rationnel, plus chimique cette fois-ci. Une dépression stridente résonnant dans la poitrine de la femme, vibrant dans celle du mari par le même lien qui les avait unis. Milly savait qu'ils s'aimaient toujours...mais l'amour ne faisait rien, pour le meilleur ou pour le pire. Une étoile s'était éteinte en eux pour faire place à l'ébène nocturne.

Emmeline observait sa carte postale. Elle reconnaissait ces tâches de couleur se complémentant d'odeurs et de sentiments dans sa mémoire encrassée. Dans les tréfonds reposaient les récits de guerre de son "papy"...ceux qu'elle connaissait par cœur à force de les réclamer au vieil homme. Il avait connu la terreur humaine...croulant sous des effluves de sang et de feu, il avait vu les cadavres parsemer son chemin jusqu'aux bras de sa bien-aimée, tenant dans sa main la colombe blanche de la paix et de la liberté. Il avait volé dans le ciel, tué des gens...des histoires et des familles, coupés des branches, détruits des noms. Il avait piétiné des faces dont on ne se rappellerait plus rien, défiguré des êtres...il avait suivi l'apocalypse humaine, la désolation faisant tomber son ombre sur des têtes voilées de deuil. Aviateur fut-il, bombardier de mai jusqu'à l'annonce de leur victoire. Le crâne lourd, il avait porté les siens hors de la furie d'une soumission terrible. Et ce pourquoi ? Parce qu'on le lui avait demandé, tout simplement. Il ne fallait pas plus. Parce qu'on l'avait formaté pour écouter les règles et les suivre sans se questionner...parce qu'on les éduquait tous ainsi. Dans l'approbation d'une politique venimeuse. Grand-père répétait souvent ces mots...le ton grave flottant avec la fumée qu'il expirait de sa pipe en bois. La gamine assise à ses pieds l'écoutait attentivement...s'abreuvant de ses expériences, s'imaginant elle-même soldat aux fusils échauffés. Il s'était battu pour la patrie en écrasant une autre. Pour des femmes, des enfants, pour l'espoir et l'avenir, en supprimant d'autres. Puis il s'endormait, dans son fauteuil, le cœur battant encore au rythme des explosions et des tirs. Les tripes se frayant un chemin à sa gorge asséchée. Milly l'avait toujours admiré...remplaçant son propre père par ce héros de guerre sans même en ressentir une once de culpabilité. C'était lui qui lui avait appris à pêcher et à construire des choses, usant de son esprit et ses dix petits doigts. C'était à lui qu'elle pensa lorsqu'elle mit au point une radio indépendante grésillant dans l'enceinte du château. C'était à lui qu'elle pensa lorsqu'elle se faisait tabasser au détour d'un couloir parce qu'elle avait trompé des sorciers qui se sentaient plus intelligents qu'elle. Oh elle devait bien de l'argent, beaucoup même, mais elle s'en fichait bien...les coups en valaient la peine, au final, un filet de sang ruisselant de son nez, imbibant son sourire, elle gagnait toujours le combat. Elle se montrait plus maligne que leur magie. Plus forte que leur agressivité. Plus terrifiante que leurs injures et leurs crachats. "Moldue" qu'ils lui criaient à la face, "Bâtard" qu'elle répondait, l'adrénaline électrifiant ses nerfs...faisant frissonner ses atomes. Pendant plusieurs années, Milly avait eu peur d'une seule chose : sa propre magie...s'auto-censurant inconsciemment par une éducation purement humaine. Purement sacrificielle. Elle se dénaturait tout en se trouvant elle-même...mi-non mage mi-sorcière, son sang s'entremêlait lui même, se tordant comme un vers de terre que l'on aurait coupé en deux. On l'avait fait redoubler...pour son bien, sans même penser aux moqueries qui en résulteraient. On l'avait reculé sur l'échiquier, lui demandant de patienter pour son tour. Car on ne savait que faire d'une telle chose, se demandant même si elle n'était pas cracmol...pourtant réussissait-elle quelques tours et alors redevenait-elle un animal curieux...sauvage. Une bête que l'on n'arrivait pas à dompter, qui courrait librement et brisait les conventions.
Grand-père aurait été fier de la chose qu'elle était...de cet amas confus de passions et de peurs. Cette chose à la silhouette enfantine qui grandissait se nourrissant de bêtises et de souvenirs...de rêves et d'étoiles, elles les engloutissaient comme Cronos avalait sa progéniture. Elle attendait seulement qu'on lui tranche le ventre et fasse ressortir les astres turbulents secouant toute sa personne.

Elle se souvenait des caresses du vent nocturne embrassant ses larmes et les écorchures de son cœur. Emportant avec lui la cendre de ses mots morts. Le silence qui tranchait sa langue. Et lorsqu'il se levait, c'était comme un appel s'engouffrant dans ses oreilles, faisant frémir toutes ses artères de pulsations nouvelles...elle se transformait, changeante semblable à la face de la lune, en furie. De la poussière d'étoiles imbibant ses cils, des paupières frémissantes sous des yeux-phares, projetant la lumière de ses pensées agitées. Se bousculant comme des insectes, s'écrasant sur son regard maladif, il y avait ces démences qui la menaient à des réprimandes, ces phrases qu'elle sortait avec l'espièglerie dont elle seule maîtrisait l'acidité. Milly était une enfant fauve, une gamine des hurlements des torrents, des rugissements du tonnerre, des éclairs veinant sa peau, de la brutalité des tempêtes océaniques, de la pluie grisonnant l’horizon. Un étrange mélange...elle n'était ni mi-humaine mi-sorcière, elle était mi-chaos, mi-céleste. Mi-rien, mi-tout. Mi-solaire, mi-lunaire. Mi-astrale, mi-poussière. Elle était le gamin, voleur d'enfants, sommeillant chez toutes les personnes, le Peter Pan perdant son ombre entre les ténèbres de la nuit. Et comme le destin, on ne pouvait l'éviter.

Son regard coulant de la clairière verte à la mer bleue, elle souriait au cadre idyllique qu'ils avaient décidé de représenter à l'aide de douces aquarelles. Milly se souvenait surtout du brouillard qui répandait son manteau sur tous les toits, les couvrant d'une froideur menaçante, tirant les nuages vers le sommet des têtes. Et c'était comme si l'on pouvait porter le ciel et converser avec le soleil caché. Comme si on pouvait lui envoyer des avions en papier et qu'il y répondrait par des lettres sentant la cheminée désenflammée. On lui avait envoyé une lettre, une fois...grand-mère s'était forcée à écrire les syllabes, la réalité tranchant le papier usé. On lui avait annoncé simplement la mort de son frère ("ils n'ont rien pu faire") et lui disait qu'on n'arrivait plus à joindre sa mère...on n'y arriva plus jamais.

Milly s'était plongée entière, comme dans sa baignoire, imaginant des mondes fantasques. Elle se noyait volontairement dans un combat...dans une idéologie pour oublier...ou se rappeler. Pour traîner sa carcasse, et son béret vert. Pour se remémorer la volatilité des vies, et la mélancolie des décès...pour embourber ses bottines fraîchement cirées de douleur et de misère...de destruction et de fatalité. Pour reteindre son manteau d'une couleur de rouge plus sombre. Pour l'ivresse de la course, le vertige des passions, la violence de la fin. Pour elle. Parce qu'elle peut faire quelque-chose, elle.

it is both a blessing and a curse to 
feel everything so deeply

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 22:29

bonsoir bonsoir comme vous pouvez le voir, je suis encore sans tête, ce qui est un peu gênant forcément

du coup, je viens quémander votre aide, j'hésite entre plusieurs célébrités et ben...je m'en remets à vous quoi :plore: s'il-vous-plait ? :snif:

voici une petite ébauche brouillon de mon perso si ça peut aider :han:
Spoiler:
 

donc voilà, j'hésite entre astrid bergès-frisbey, millie brady, lydia graham, misha hart et la petite dernière taylor lashea

merci d'avance pour votre vote :pink:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
They say we're crazy
APARECIUM : 28/07/2017
HIBOUX : 239
CREDITS : dark dreams.
AVATAR : Sebastian Stan
DOUBLE COMPTE : Amelia Reist
PSEUDO : Volodymyr
AGE : Trente-deux ans
SANG : Sang-pur de Russie, mais au nom de mauvaise réputation
ANCIENNE MAISON : Durmstrang
SITUATION : Fiancé à Jade Selwyn
IDÉOLOGIE : Il croit en la victoire du mal et de la puissance, en rien d'autre
MÉTIER : Mangemort dévoué
ROLE PLAY : Nevena | Cheslav | Lily


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 22:35

Bienvenue à toi ! :bril:
Moi je suis fan d'Astrid, elle est sublime. Du coup, je vote pour elle

_________________


We eradicate the impurity
We serve the Lord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1025-this-world-is-not-dark-enough-antonin

avatar
Vers les sommets par des chemins étroits
APARECIUM : 19/06/2017
HIBOUX : 638
CREDITS : Blake. (av), anaëlle (sign), .wing (gif)
AVATAR : adam gallagher
DOUBLE COMPTE : fenrir
PSEUDO : orion
AGE : 25 ans, sûrement mieux dépensés que la plupart de ceux qui en ont le triple.
SANG : pur, mais celui des autres ne lui importe que peu.
ANCIENNE MAISON : Serdaigle a su récompenser sa soif de connaissances et sa propension à la recherche.
SITUATION : fiancé à Charlotte d'Aubigny, il n'a toutefois pas encore rencontré sa douce.
IDÉOLOGIE : il n'y a pas lieu pour les hommes de s'abaisser à un tel conflit. Antarès est du côté des innocents.
MÉTIER : médecin médicomage sur l'Allée des Embrumes, alliant médecine moldue rudimentaire et médicomagie.
ROLE PLAY : #993333 ⊹ libre. (linda, kingsley, nate, intrigue 1, charlotte.)


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 22:57

Sois officiellement la bienvenue, j'étais impatiente de te voir arriver J'espère que tu te plairas parmi nous :coeur:
J'adoooore le début de ta fiche et les images que tu as choisies, je vais tellement aimer ton perso I love you
Comme tu le sais déjà, je vote pour Taylor

_________________
A FLEETING DREAM

Tu réclamais le soir ; il descend, le voici : une atmosphère obscure enveloppe la ville, aux uns portant la paix, aux autres le souci. © anaëlle + baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t702-antares-rosier-science-is-the-poetry-of-reality

avatar
APARECIUM : 30/06/2017
HIBOUX : 154
CREDITS : shellhead.
AVATAR : Armie Hammer
PSEUDO : Lou
AGE : 29 ans
SANG : Pur. Très pratique pour passer inaperçu, en ces temps troublés.
ANCIENNE MAISON : Ancien Blaireau (il l'est toujours un peu) (mais peut-être pas dans le bon sens du terme)
SITUATION : Il paraît qu'il a un fils.
IDÉOLOGIE : Il soutient l'Ordre du Phénix, mais joue les espions auprès des Mangemorts. Il n'a peut-être pas la tête de l'emploi, mais sa sociabilité naturelle lui permet de se fondre dans les rangs des mages noirs sans passer pour un mammouth perdu dans un magasin de porcelaine.
MÉTIER : Médicomage raté ; il sert des verres au Chaudron Baveur et fait du trafic par-ci par-là pour arrondir les fins de mois.
ROLE PLAY : Indisponible. [Couleur de dialogue : #4E8AB0]


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 23:22

Ce titre de fiche, ou comment me faire chanter toute seule devant mon ordi

J'aime beaucoup le début, j'ai hâte de te voir en jeu !!
Pour la tête de ta bonhomme, Astrid est parfaite I love you mais je dois dire que j'aime beaucoup Lydia aussi ! :indeed:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t848-nate-doesn-t-matter-if-we-ve-gone-too-far

avatar
Why is a raven like a writing desk?
APARECIUM : 03/07/2017
HIBOUX : 143
CREDITS : balaclava (av) ; indochine (sign)
AVATAR : jack falahee
DOUBLE COMPTE : bb vic
PSEUDO : pupu
AGE : 28 ans (17.03.53)
SANG : la pureté des karkaroff n'est un secret pour personne
ANCIENNE MAISON : il n'a jamais connu poudlard, ayant fait ses études à durmstrang ; serpentard l'aurait très certainement accueilli, même s'il ne manquait pas de qualités plaisant à serdaigle
SITUATION : éternel célibataire, il dit qu'il se fiche de trouver chaussure à son pied mais il a surtout peur d'être déçu ; il collectionne les relations sans lendemain
IDÉOLOGIE : mangemort, aujourd'hui et à jamais, il a infiltré l'odp sur l'injonction du maître ; il fait croire à ses collègues phénix qu'il a été déçu par igor, son frère, ce qui l'a poussé à renier les idéaux de sa famille
MÉTIER : romancier sans le sou ni trop de succès, il arrondit les fins de mois difficiles avec des services au chaudron baveur ; ce n'est pas tellement qu'il n'a pas de talent, c'est surtout qu'il a du mal à toucher un public assez large pour gagner convenablement sa vie
ROLE PLAY : libre (illimité)


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mer 16 Aoû 2017 - 23:45

Bienvenue ! Hâte de lire la suite :bril:
J'aime beaucoup Astrid mais je me range à l'avis d'Anta, je vote pour Taylor :coeur:

_________________
Les assassins
Le parti des météores
Les orphelins dans la poussière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t988-the-world-is-my-runway-cheslav#20588

avatar
dancing in the dark
En ligne
APARECIUM : 01/07/2017
HIBOUX : 1364
CREDITS : avatar : ARΛBELLA signa : dailydeutch
AVATAR : Zoey Deutch
PSEUDO : Biscuit
AGE : 21 ans
SANG : Sang-pure
ANCIENNE MAISON : Ancienne vert et argent, se demandant encore comment elle a pu s'y sentir chez elle
SITUATION : célibataire, peut-être bientôt fiancée contre son gré
IDÉOLOGIE : neutre... pour le moment ?
MÉTIER : en introspection à ce sujet.
ROLE PLAY : ▲ #AF3D60 [2/3]


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Jeu 17 Aoû 2017 - 1:02

Hello et bienvenue avec ce magnifique début de fiche *.*

Comme les autres j'aime beaucoup Astrid mais je trouve que pour ton perso, Astrid à moins la tête qui reflète sa personnalité, moi je vote pour lydia graham, je sais pas pourquoi, elle a ce je-ne-sais-quoi de parfait pour Emmeline *.*

_________________
Through your eyes
There's a firefly

© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t856-ruby-9650-she-burns-like-petrol-soak-paper-and-fireworks

avatar
kill 'em with kindness
APARECIUM : 03/12/2015
HIBOUX : 414
CREDITS : Class Whore (avatar) - Sugar Slaughter (icons)
AVATAR : Leighton Meester
PSEUDO : Sun Showers (Marie)
AGE : Vingt-cinq ans.
SANG : Mêlé, ses racines moldues remontent à sa grand-mère maternelle.
ANCIENNE MAISON : Pouffsouffle, reflet de sa loyauté et son sens de la justice.
SITUATION : Célibataire.
IDÉOLOGIE : Neutre, en réalité, mais Andrea a rejoint les mangemorts pour se venger de la mort de son père.
MÉTIER : Anciennement salariée au ministère de la magie, département de régulation et contrôle des créatures magiques, elle a récemment démissionné.


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Jeu 17 Aoû 2017 - 8:22

Bienvenuuue I love you
Je vote Taylor aussi :bril: :bril:

_________________

In the art of war, if you know the enemy and know yourself, you need not fear the approaching battles. But if you know only yourself and not the enemy, for every victory, there will also be defeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Jeu 17 Aoû 2017 - 9:12

merci à vous pour vos gentils messages et votre aide précieuse :plore: :plore: :plore:

antonin merci :han: et sebastian

antarès vraiment ? oh wow, ça me touche :snif: j'espère ne pas te décevoir par la suite :plore:
merci pour tes compliments et ton vote

nate tu n'es pas la seule je te rassure ! merci beaucoup pour les compliments ! en espérant ne pas te décevoir

cheslav jack :specialgabe: merci beaucoup ! je prends en compte ton vote :love:

ruby merci ma belle pour ton compliment :han: et pour ton aide indéniablement précieuse

andrea wow leighton, ça fait depuis longtemps que je ne l'ai pas croisé sur des forums, elle m'avait manqué (la douce gossip girl era à jamais dans ma mémoire) :plore: merci !

si j'ai bien compris ça se jouerait donc entre Lydia Graham et Taylor Lashae :han:

_________________
All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
APARECIUM : 25/07/2017
HIBOUX : 39
CREDITS : @faust/av, @Beerus/sign.
AVATAR : Portman.
DOUBLE COMPTE : James Potter.
PSEUDO : January Blues/Cass.
AGE : La trentaine.
SANG : Pureté affirmée, la supériorité prônée.
ANCIENNE MAISON : Un aigle majestueux sous les traits d'une vipère ; un Choixpeauflou qui opte à sa demande pour Serpentard, malgré l'attrait du bleu et bronze.
SITUATION : Mariée, coincée dans une union qui fête sa douzaine, perdue entre la fierté et les souvenirs d'un amour et d'une mère.
IDÉOLOGIE : Elle suit Jedusor par commodité, sa véritable allégeance ne lui est pas destinée.
MÉTIER : Département de la coopération internationale. On lui refuse encore le poste de sous-directrice ; l'impatience se mêle à l'agacement.


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Jeu 17 Aoû 2017 - 13:03

BIENVENUE I love you Il va nous falloir un lien avec James Et je vote Lydia :bril: :bril: :bril:

_________________
Will you still love me when i'm
no longer young and beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Jeu 17 Aoû 2017 - 13:39

Bienvenue officiellement
Pour l'avatar je ne les connais pas, et je trouve qu'elles sont du même style, donc je n'ai pas d'avis En revanche tu peux essayer les deux avatars le temps de la fiche, parfois ça aide à se rendre compte si ça va ou pas le fait de le mettre
Bon courage pour ta fiche, et garde-moi un lien bien au chaud

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Jeu 17 Aoû 2017 - 13:56

cersei oh mon dieu portman :bril: et ce prénom avec plaisir pour le lien avec James et merci, je prends en compte ton vote :han:

miles encore merci pour ton aide sur la partie invités je pense finalement porter mon choix sur Lydia, elle semble remporter les votes et avec plaisir pour un lien :pink:


_________________
All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
though she be but little, she is fierce
APARECIUM : 16/07/2017
HIBOUX : 436
CREDITS : faust + ☆☆☆ Beerus
AVATAR : alicia vikander
DOUBLE COMPTE : silas
PSEUDO : electralungs
AGE : vingt-quatre ans.
SANG : d’une pureté irréprochable, les karkaroff n’aiment que trop chanter à qui veut l’entendre que, jamais, ô grand jamais, un moldu n’est venu souiller leurs veines. même elle, malgré ses batifolages douteux, n’a pas encore osé l’affront de mettre un bâtard au monde.
ANCIENNE MAISON : le choixpeau lui a trouvé nombre de qualités que l’on retrouve chez les serdaigle, mais son tempérament de feu et son esprit rebelle l’ont menée tout droit chez gryffondor, un comble pour la famille qui se veut proche du seigneur des ténèbres.
SITUATION : fiancée contre son gré, fidélité tout le temps bafouée
IDÉOLOGIE : l'insolence suprême de la neutralité
MÉTIER : elle travaille au ministère de la magie, département de la coopération magique internationale
ROLE PLAY : antonin, priam, cheslav, beylon, garrick, intrigue


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Sam 19 Aoû 2017 - 19:40

le titreee
trop bon choix de personnage, j'aime vraiment beaucoup ce que tu en as fait, avec les orphelins et tout. :bril: Et vive la team lions

Bon courage pour ta fiche, et surtout bienvenue parmi nous I love you puis je suis contente de voir que tu as mis un avatar de lydia, c'est celle pour qui j'allais voter. :indeed:

_________________
i got new rules i count them
Are you lost enough? Have another drink, get lost in us, This is how we get notorious, Cause I don't know If they keep tellin' me where to go I'll blow my brains out to the radio ▬ Cause we are young and we're ashamed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Dim 20 Aoû 2017 - 18:18

ooooh alicia, ma princesse je l'ai tellement adoré dans a royal affair et testament of youth :bril: merci pour tous tes compliments, ça fait tout bonnement plaisir

_________________
All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
APARECIUM : 14/08/2017
HIBOUX : 89
CREDITS : money honey (avatar).
AVATAR : bob morley.
PSEUDO : sweet poison (anaïs).
AGE : trente ans, déjà et si peu de choses accomplies diraient ses parents.
SANG : sang-pur, et c'est pas un truc dont il est particulièrement fier lui.
ANCIENNE MAISON : poufsouffle, la première grande déception qu'il a apporté à sa famille.
SITUATION : marié pour une histoire de pureté de sang, celle qu'il aime n'était pas assez bien pour les siens et il n'était pas assez bien pour sa famille à elle.
IDÉOLOGIE : avant, il était l'ordre du phénix, maintenant, il est un traître à leurs yeux, on le croit facilement mangemort, alors qu'en vrai, il s'en fiche juste.
MÉTIER : barman, la grande classe évidemment, et puis mercenaire aussi, ça paie mieux, c'est moins légal cela-dit.


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Dim 20 Aoû 2017 - 22:33

bienvenuuuuue sur le forum :coeur:

_________________
she is the sunlight And the sun is gone.
if holding her means That I have to bleed, Then I am the martyr. Love is to blame Cause she is the healing, And I am the pain. She lives in a daydream Where I don't belong. And it will take this life of regret For my heart to learn to forget. tomorrow will be as it always has been And I will fall to her again For I know I have come too close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1140-aramis-someday-we-will-foresee-obstacles

avatar
see you in the dark side of the moon
APARECIUM : 13/08/2017
HIBOUX : 775
CREDITS : avatar: vinyles idylles, profil : bb8s
AVATAR : Maisie Williams.
DOUBLE COMPTE : none.
PSEUDO : aladinsane. (julie)
AGE : dix-neuf ans.
SANG : sang-mêlé sur le papier, sang de louve en vérité.
ANCIENNE MAISON : pas de lions ni d'aigles pour l'accueillir, pas même de serpents. élevée parmi les loups.
SITUATION : sa meute lui suffit, elle ne veut rien d'autre, jamais.
IDÉOLOGIE : que les plus forts règnent, que les loups dominent enfin, et tant mieux si elle n'est plus là le jour de l'avènement, elle s'est faite témoin d'assez d'horreur.
MÉTIER : yeux, oreilles et crocs de Greyback, louveteau à l'écoute des murmures londoniens.
ROLE PLAY : later on.


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Dim 20 Aoû 2017 - 23:53

Ahlala Bowie j'aurai voté pour Lydia aussi, bienvenue miss I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Lun 21 Aoû 2017 - 9:55

ton personnage je zieute ta fiche depuis mon inscription parce que maisie + loup-garou, n'est-ce pas une idée de génie ?
merci :pink:

_________________
All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

avatar
OLLIVANDER'S ❖ WAND MASTER
APARECIUM : 07/08/2017
HIBOUX : 56
AVATAR : ben whishaw.
PSEUDO : alex.
AGE : celui que tous appellent mr. ollivander n'est encore âgé que de trente-six ans.
SANG : pur, comme ses ancêtres. il ne reste pourtant que lui.
ANCIENNE MAISON : les bleu et bronze l'ont accueilli à poudlard.
SITUATION : une flèche serbe s'est plantée dans son coeur, tandis que sa main est promise à celle qui portera sa descendance.
IDÉOLOGIE : s'il s'agit encore d'un secret, garrick appartient à l'ordre du phénix.
MÉTIER : illustre fabricant de baguettes. ses baguettes sont souvent imitées, mais jamais égalées.
ROLE PLAY : #996633


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mar 29 Aoû 2017 - 14:12

non mais ta fiche, tu m'as tuée. et puis bowie en titre. tranquille.
rebienvenue sur wow de façon officielle baby milly. I love you

_________________

here's to fine wand making,
i remember every wand i've ever sold. the wand chooses the wizard. it's not always clear why, but I think it is clear that we can expect great things from you (mr ollivander).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1106-the-wand-chooses-the-wizard-mr-ollivander

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mar 29 Aoû 2017 - 14:31

Fiche validée.
Je n'arrive pas à trouver le terme exact que je voudrais poser sur Emmeline, mais je la trouve à la fois touchante et très réelle. J'ai peur de passer pour une folle mais je trouve qu'il y a des personnages qui existent à part entière, elle en fait partie, donc bon courage pour la dompter en rp
(petit + pour la relation avec son papy que j'adore; et son redoublement qui va être symatoche à jouer :indeed: )

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

avatar
storm with skin
APARECIUM : 16/08/2017
HIBOUX : 52
CREDITS : BONNIE
AVATAR : lydia graham
DOUBLE COMPTE : .
PSEUDO : bramble heart.
AGE : she's 21 now // ...
SANG : a terrible weakness in my blood, in my veins // ...
ANCIENNE MAISON : a lionhearted girl // ...
SITUATION : wild heart // ...
IDÉOLOGIE : lost boys and girls club // ...
MÉTIER : in the back of that lovely vinyls store hides a tiny pirate radio station for the phoenixes. there you will find her, surrounded by coffee smell and smoke, she will laugh her head off at the very thought of death and danger. she also helps refugees and orphans from this crawling chaos.
ROLE PLAY : .


MessageSujet: Re: (we could be heroes) Mar 29 Aoû 2017 - 16:29

garrick oooooooohhhhhhhhh t'es adorable bowie tmtc tjs chill tkt pas :dents: merci beaucoup pour tes compliments comme je te l'ai dit mais ton perso + cet avatar : oui/20

miles je vous jure vous m'avez fait peur, je croyais vous m'aimiez pas franchement tu passes pas pour une folle, c'est vraiment le plus beau compliment qu'on puisse faire à un personnage : dire qu'il existe à part entière donc je te remercie énormément de tes mots grave touchants et merci encore pour la validation et le "bon courage" qui m'a fait rire go dompter la bête :fouet2:

_________________
All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t1156-6528865367653491228865347653596536565356653481228865346653491228865352653496536265359653496536365289

(we could be heroes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (we could be heroes)
» Je pue peut-être mais pas mes persos ☆~(ゝ。∂)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: what we want :: introduce yourself :: Sorciers validés-