AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (peter), mad world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
turn the pain into power
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 441
SANG : de sang-pur, d'la pire espèce selon certains.
IDÉOLOGIE : ordre du phénix, comme tous les membres de sa famille ou comparses avant elle ; pourtant, depuis la supposée trahison d'Andromeda, son besoin de faire cavalier seul afin de la ramener au bercail se fait cruellement sentir.


MessageSujet: (peter), mad world.   Ven 23 Juin 2017 - 15:38



it's a very very mad world
All around me are familiar faces Worn out places, worn out faces Bright and early for their daily races Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses No expression, no expression. Hide my head I want to drown my sorrow, No tomorrow, no tomorrow. And I find it kinda funny, I find it kinda sad, The dreams in which I'm dying are the best I've ever had. I find it hard to tell you, I find it hard to take When people run in circles it's a very very mad world mad world. Children waiting for the day they feel good Happy birthday, happy birthday, Made to feel the way that every child should Sit and listen, sit and listen. ~ mad world, tears for fears (jasmine thompson cover).


Ses doigts se crispent imperceptiblement autour du parchemin qu'elle replace d'ors et déjà dans la poche de son épais manteau cramoisi, considérant de ses yeux suspicieux le pub moldu dont elle s'apprête à franchir le seuil. Daisy est inévitablement attifée de la pire des façons ; indiscutablement sorcière dans un monde vivant juste à côté du sien. Mais la Weasley n'en a cure ; les regards peuvent s'arrêter sur son improbable tenue, elle n'est pas ici pour donner aux moldus une bonne raison de se plaindre. Enfonçant ses paumes dans ses poches après avoir soulevé le col de son manteau, Daisy commence à parcourir les quelques mètres qui la séparent de l'établissement. Elle se souvient être déjà allée dans des pubs moldus, notamment avec Ted Tonks qui connaissait tout sur le bout des doigts, ayant été élevé dans cette culture qui lui est tellement floue ; mais ces escapades remontent à si loin qu'elle peine à s'en souvenir. Pénétrer dans un pub tel que celui-ci comble son estomac d'un poids lourd difficile à supporter, une sensation étrange la darde, comme si elle s'apprêtait à se jeter dans le vide sans le moindre cordon de sécurité. Elle se répète que c'est pour la bonne cause, qu'elle va y retrouver Peter Pettigrow, avoir des réponses à ses questions. L'idée de régler ses comptes dans l'atmosphère étouffante d'un pub anglais la fatigue rien qu'd'y penser, mais elle s'accroche aux branches avec la vivacité que l'on prête aux plus désespérés ; c'est certainement vain, voué à mourir dans l’œuf et à se disloquer lentement sous le poids de la triste réalité. De l'autre côté de la barrière, Peter arbore les traits d'un diable en fuite, d'un traître, d'une vermine tout juste bonne à jeter aux chiens – ce qui n'est résolument pas l'image à laquelle Daisy pense encore avec tendresse.

Ce gamin-là, elle s'y voyait, elle s'y retrouvait. Elle qui, d'ordinaire, tranche avec la férocité d'un juge persuadé de connaître la signification précise du bien et mal ne parvient pas à définir ses sentiments à l'égard de Pettigrow ; elle l'a toujours apprécié, allant même jusqu'à le considérer avec les lourdes affinités qu'elle ressent à l'égard de ses petits frangins et frangines, et le poids de cette trahison s'est considérablement amplifié avec la lettre que Peter lui a envoyée avant la fameuse trahison qui emporta dans son sillage le petit Potter. A la pensée de cette lettre, qu'elle a soigneusement conservée, son ventre se tord sous ce spasme de répulsion. Non pas à l'égard de Peter, mais face à toute cette situation qu'elle n'est pas capable de cerner comme elle le devrait. Enfin, tout pourrait être plus simple. Daisy n'a qu'à agir comme à son habitude, comme ce qu'elle sait faire ; mais c'est dur, c'est tellement dur quand elle est persuadée de connaître la personne sur le bout des doigts et que, de toute évidence, ce n'est guère le cas. Sa propre bulle entre en collision avec une différente perception des faits, quelque chose de tangible et d'inquiétant ; et puis vient la peur qui fait marteler son cœur dans sa cage thoracique, le faisant résonner jusque dans ses tempes. Elle a le tournis, ne sait plus de quel pied danser – elle a la désagréable impression que tout le monde commence à l'abandonner. Andromeda, Alastor qui n'a pas la tête à écouter ses histoires, pas après la perte de sa jambe, et Ted qui s'occupe bien normalement de Nymphadora. Personne n'est là pour qu'elle puisse confier, parler de Peter ; mais qui l'écouterait ? Elle connaît déjà les réponses de ses plus proches comparses, Andromeda exceptée, puisqu'elle a préféré s'enfuir du domicile conjugal sans plus de cérémonie. Daisy n'a pas eu l'occasion de vider son sac, d'expliciter clairement ses sentiments et, maintenant qu'elle pénètre dans le pub et se fait violemment agresser par un nuage de fumée, elle a le cœur lourd et les idées fanées.

Du regard, elle cherche Peter et, lorsqu'elle le voit, son cœur s'effrite un peu plus. Ce garçon n'a jamais eu bonne mine – mais l'a-t-elle déjà vu aussi dépité ? Elle serre les poings, Daisy, ne se laisse pas aller à ses élans émotionnels qui, elle le sait, ne lui apportent jamais rien de bon. Elle sait toutefois que, si elle peut l'aider – peu importe la manière dont il a pu agir, elle le ferait. Alors, Weasley lève légèrement la main, agite ses doigts, et se dirige vers la table éloignée du centre qu'il leur a réservée tout en enlevant son manteau. Elle cale son habit criard sur le dossier de sa chaise, s'installe. Ses mains tremblent, et elle ne sait pas si elle peut se permettre de scruter les traits tirés de son cadet. Malgré tout, elle continue à lui vouer une certaine affection ; alors elle tend le bras, et lui tapote brièvement la main du bout des doigts. Signe de reconnaissance, un salut qui mêle rapprochement et distance nécessaire. Il est jeune, il a fait une bêtise – et elle ne parvient pas à croire qu'elle est capable de lui trouver des excuses. « Tu voudrais pas commander pour moi ? Je n'ai aucune idée de ce qui est tendance chez les moldus » elle renifle bruyamment et darde son regard vers les grosses chopes remplies de bière. Elle fait un mouvement du menton « ça a l'air pas mal, ça. » puis Daisy reporte son regard vers Peter, son visage maussade fardé d'un petit sourire gentillet. Ce n'est pas très sincère mais qu'importe ; elle ne veut pas le faire fuir. « Tout va bien, je suis seule, tu peux tout me dire. » et dans l'fond de ses yeux, on peut voir qu'elle aimerait tout entendre – tout entendre sauf la vérité. Qu'il lui mente, qu'il la fasse tourner en bourrique, qu'il lui mette des idées plein la tête. Mais qu'il ne lui dise pas la vérité, alors que c'est très précisément pour cela qu'elle est ici.

_________________

"and the freedom of falling" ; there is a swelling storm and I’m caught up in the middle of it all, and it takes control of the person that I thought I was, the girl I used to know. but there is a light in the dark and I feel its warmth in my hands, in my heart but why can’t I hold on ? 'cause it comes and goes in waves, it always does. we watch as our young hearts fade into the flood, and the freedom of falling and the feeling I thought was set in stone, it slips through my fingers and I'm trying hard to let go but it comes and goes in waves. @dean lewis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t692-weasley-unbroken
 

(peter), mad world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: walking around the world :: great britain and the world-