AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez| .

à cause de toi mon cœur saigne (miles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
kill 'em with kindness
APARECIUM : 03/12/2015
HIBOUX : 414
CREDITS : Class Whore (avatar) - Sugar Slaughter (icons)
AVATAR : Leighton Meester
PSEUDO : Sun Showers (Marie)
AGE : Vingt-cinq ans.
SANG : Mêlé, ses racines moldues remontent à sa grand-mère maternelle.
ANCIENNE MAISON : Pouffsouffle, reflet de sa loyauté et son sens de la justice.
SITUATION : Célibataire.
IDÉOLOGIE : Neutre, en réalité, mais Andrea a rejoint les mangemorts pour se venger de la mort de son père.
MÉTIER : Anciennement salariée au ministère de la magie, département de régulation et contrôle des créatures magiques, elle a récemment démissionné.


MessageSujet: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Ven 23 Juin 2017 - 21:22

Elle la sent. Jour et nuit. Cette rage, celle qui la bouffe, qui la tient éveillée, l’empêche de manger, de respirer. Sa mère l’observe, inquiète. Elle a les traits tirés, des cernes violacées, ne sourit plus jamais. Elle l’aimait son père, bien sûr, mais elle ne savait pas qu’elle l’aimait autant. Longtemps, il avait été sa bouée de sauvetage, son ancre. Celui qui la protégeait, d’un regard, d’un geste. Et, surtout, elle savait, que s’il était mort naturellement, elle n’aurait jamais réagi ainsi. Sa mort était son déclencheur, ce qui l’avait forcé à prendre part à la guerre, à jouer un rôle. Mais pas du bon côté, pas du bon côté. Elle se demandait, parfois, si elle n’aurait pas mieux fait de rejoindre l’Ordre, de se battre au grand jour. Mais elle avait choisi la vengeance froide, celle qui se glisse lentement sous les draps, qui pénètre les foyers sans même qu’on ne la voie. Celle qui tue, d’un regard, d’un geste. Ce n’était pas facile, pas du tout. Elle les voyait évoluer autour d’elle, leur sourire avide de tuerie sur les lèvres. Ils ne vivaient que pour assassiner. Elle ne comprenait pas, ne pouvait pas comprendre, refusait de comprendre. Ils riaient aux éclats, se mordillaient les lèvres d’un air mauvais et elle avait envie de vomir. Vomir sa haine, sa rage. Souvent, elle se surprenait à serrer sa baguette contre elle, à deux doigts de murmurer des sorts impardonnables. Mais elle se ressaisissait. Pas ici, pas comme ça.

Il était tard, ou tôt. Trois heures du matin. La pleine lune illuminait les ruelles de Pré-au-lard, et le vent de nord rafraichissait les alentours. Andrea frissonne, passe une main dans ses cheveux, et réprime un bâillement. Elle ne sait pas trop ce qu’elle fait là, ne comprend pas l’intérêt, mission secrète, espionnage, que des mots qui ne veulent rien dire, n’ont aucune signification. On m’occupe, songe-t-elle, on m’éloigne, peut-être. Elle a les yeux fixés sur une petite maison, aux lumières éteintes, aux fenêtres fermées. Tout le monde dort, ici, ou est absent. Elle doit observer, surveiller, qui, déjà ? Elle ne sait plus bien. On ne lui a donné que la moitié des informations, parce qu’on ne lui fait pas encore entièrement confiance. Elle est novice, la petite. On ne sait pas encore qui elle est vraiment. Une ancienne Pouffsouffle, qui n’a jamais fait parler d’elle. Toujours le sourire aux lèvres, jamais, jamais une parole, un mot de travers. C’est étrange, elle peut presque entendre leurs murmures, deviner leurs mots, quand elle passe à côté d’eux. « C’est une enfant », elle n’est pas la plus jeune, mais elle a encore l’air si innocente. Elle n’est pas crédible, elle le sait. Et pourtant, elle s’en donne les moyens. Elle adopte leur posture, leur mot. Elle a le regard noir, les lèvres pincées, et aboie, presque, quand on lui parle trop sèchement.

Elle soupire, s’ennuie mortellement. Elle croise les bras, essaie de se réchauffer. Si elle avait su, elle aurait emporté bien plus que son petit gilet de coton blanc. Elle s’adosse contre le mur quand elle entend un petit « plop », elle tourne le visage et le voit apparaître, lui, dans un tourbillon magique. « Tu es en retard, » elle grommelle sans aucune autre salutation. Elle est de mauvaise humeur. Elle attend depuis une demi-heure, seulement, mais les minutes sont longues, et il lui semble être là depuis des heures. Il s’approche d’elle, son visage d’enfant éclairé par l’astre de nuit. Elle est contente, au fond, de le voir, de passer un moment avec lui. Elle devrait le détester, le haïr, comme tous les autres. Elle essaie. Quand elle reste éveillée la nuit, elle pense à lui, et se répète, « je te déteste, aussi, Miles », mais elle ne convainc personne. Surtout pas elle. Il est le seul pour lequel elle ressent un minimum d’empathie, de bienveillance. Il semble différent. Du haut de ses vingt-deux ans, il n’a l’air que d’un petit enfant qui se demande encore ce qu’il fait là. Parfois, elle se demande quelles sont ses motivations, mais jamais elle n’a osé lui poser la question. Ce sont des non-dits chez les mangemorts. On en fait partie parce qu’on déteste les sang-mêlés, les moldus, ou parce qu’on aime tuer. Rien d’autre. Mais lui, lui, pourquoi ? Il a cet air angélique qu’il porte à merveille, ce sourire en coin qui pourrait en dévaster plus d’une, son regard qui parvient à vous émouvoir lorsque vous vous y plongez. Il est différent, mais, comme les autres, il a l’odeur du sang, l’odeur de la mort. Pour ça, seulement, elle devrait le détester. Elle chasse tout ça de son esprit, comme toujours. Elle se rappelle qu’elle n’est pas là pour s’attacher, pour chercher à comprendre. Mais pour trouver la vérité, et tuer, tuer. Même lui, s’il le faut. Même lui. « Pourquoi on est là ? » finit-elle par demander. Il ne répond pas tout de suite, l’observe, et elle l’observe aussi, comme si c’était un jeu, à celui qui détournera le regard en premier. Et c’est elle, bien sûr, qui perd, toujours troublée par son regard. « Il n’y rien à faire ici, » elle murmure, « rien. » Elle ferme les yeux, laisse le vent caresser son visage. « J’ai froid », ajoute-t-elle dans un souffle, mais elle semble se parler à elle-même. Elle rouvre les yeux, et jette un regard vers son binôme, concentré sur la maison. Et, comme toutes les fois précédentes, elle se demande alors, qui es-tu Miles, qui es-tu vraiment ?

_________________

In the art of war, if you know the enemy and know yourself, you need not fear the approaching battles. But if you know only yourself and not the enemy, for every victory, there will also be defeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Lun 26 Juin 2017 - 23:54

Miles soupira en enfilant sa cape de sorcier. Il était tard, plus de deux heures du matin, et une longue nuit l'attendait. Il ne s'était pas couché, préférant enchaîner les cafés pour rester éveillé après son travail à la boutique. L'activité de Mangemort n'était pas de tout repos. Si Miles n'adhérait pas forcément aux idées et se mêlait à eux plus pour son intérêt personnel, il avait conscience qu'il ne pouvait pas refuser les missions ingrates qu'on pouvait lui confier et qu'il devait encore faire ses preuves, malgré le temps déjà passé au sein de leurs rangs. Son manque d'implication devait se voir, se disait-il parfois, alors il fallait se rattraper de temps en temps en se montrant volontaire pour certaines choses. C'est lui qui s'était porté volontaire pour cette mission d'espionnage. L'idée de passer des heures dans le froid et à la nuit à attendre un évènement qui n'aurait peut être jamais lieu ne l’enchantait pas du tout. Mais ce serait au moins l'occasion de garder un œil sur son binôme. Pour ce qu'il en voyait, Andrea Northrop était digne de confiance, presque aussi innocente et manipulable qu'un nouveau né; mais il fallait mieux rester méfiant.

Miles avait rendez-vous avec Andrea à deux heures et demi; il s'y rendit quelques minutes en avance et fut agacé de constater qu'elle n'était toujours pas arrivée. Miles était du genre à être toujours un peu en avance et à estimer que les autres devaient en faire de même. Il fut tenté de l'attendre mais préféra finalement se lancer en avant pour faire du repérage. Il essaya de marcher le plus doucement possible, faisant ses pas légers sur le sol. Il lui semblait que passer inaperçu était réussit, qu'il était aussi silencieux qu'une ombre; mais une baguette pointée dans son dos lui indiqua le contraire. Bott, tu devrais être plus discret. Tu prends la relève ? C'était l'un de ses camarades Mangemorts, qui avait écopé du premier tour de surveillance. Miles acquiesça, et lui expliqua qu'il attendait son binôme. Après une rapide conversation pour prendre connaissance des informations (la cible était bien rentrée chez elle, aucune visite depuis), il fit demi-tour pour revenir à l'endroit prévu du rendez-vous.

Anrea l'attendait, emmitouflé dans un cardigan blanc, l'air impatiente. Son visage dégageait quelque chose de doux et d'innocent, mais était souvent habillé par une expression déterminée. Miles ne pouvait pas s'empêcher de se demander ce qui lui passait par la tête quand il la regardait... Andrea était sans conteste une belle femme, et dans d'autres circonstances il n'aurait pas eut la même attitude avec elle. C'était le genre de femme qu'il aimait séduire, pour mieux les manipuler et les délaisser. Mais dans le cadre du travail de Mangemort, cette attitude n'avait pas sa place. « Tu es en retard, » Elle semblait de mauvaise humeur, ce qui n'arracha aucune réaction à Miles. Il n'aimait pas qu'on lui dise qu'il était en retard, mais techniquement il n'était pas en retard... « Pourquoi on est là ? » Bien sûr, Andrea n'était pas au courant de toute l'affaire. En tant que nouvelle recrue, on ne lui disait que le strict nécessaire. Elle n'avait pas été jugée encore assez digne de confiance pour que tout lui soit révélé. Miles la regarda, se demandant quelles informations il pouvait lui transmettre sans compromettre la mission et sa place. Peut être valait-il mieux ne rien dire... « Il n’y rien à faire ici, rien. J’ai froid. » Évidemment qu'elle avait froid avec sa tenue légère.Il leva les yeux au ciel, un instant agacé par sa naïveté. Mais elle était toute jeune recrue et ce genre de mission était une nouveauté pour elle, il fallait se montrer patient. « J'ai fait du repérage, suis-moi. » Ils marchèrent en silence quelques minutes. Il la mena jusqu'à la planque qui avait été utilisée par l'autre Mangemort, sans doute l'endroit le plus adapté pour observer la petite maisonnée. C'était un petit ensemble de buisson, au milieu desquels on pouvait s'asseoir. Miles pris place au sol directement, conscient que les prochaines heures allaient être compliquées. « Il faut observer la maison, et les allées et venues. On surveille, on veut savoir si la personne est digne de confiance et peut être approchée. » C'était le minimum d'information qu'il pouvait lui donner. Il fallait qu'elle soit attentive comme lui. « Tu peux t'asseoir, ça risque d'être long. » C'était comme une invitation. Et en tant qu'homme galant, il alla même jusqu'à déboutonner sa cape de sorcier pour la lui tendre, un instant attendri par air frigorifié.

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

avatar
kill 'em with kindness
APARECIUM : 03/12/2015
HIBOUX : 414
CREDITS : Class Whore (avatar) - Sugar Slaughter (icons)
AVATAR : Leighton Meester
PSEUDO : Sun Showers (Marie)
AGE : Vingt-cinq ans.
SANG : Mêlé, ses racines moldues remontent à sa grand-mère maternelle.
ANCIENNE MAISON : Pouffsouffle, reflet de sa loyauté et son sens de la justice.
SITUATION : Célibataire.
IDÉOLOGIE : Neutre, en réalité, mais Andrea a rejoint les mangemorts pour se venger de la mort de son père.
MÉTIER : Anciennement salariée au ministère de la magie, département de régulation et contrôle des créatures magiques, elle a récemment démissionné.


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Mar 27 Juin 2017 - 15:26

Elle avait d’abord pensé que son arrivée au sein des mangemorts serait semée d’embuches. Elle avait été surprise quand elle s’était rendue compte qu’elle était déjà considérée comme une membre à part entière, après quelques semaines seulement. Elle avait déchanté quand on lui avait annoncé qu’elle aurait un partenaire pendant quelques mois, le temps qu’elle s’habitude à la façon de travailler. Elle avait compris alors qu’elle était surveillée, qu’on ne lui faisait pas encore entièrement confiance. C’était compréhensible. Son sang était mêlé et on savait certainement que Northrop était également le nom d’un des membres de l’Ordre. Elle ruminait intérieurement, pourtant, inquiète qu’un binôme puisse l’empêcher de mener sa mission à bien. Ce serait, en effet, plus difficile d’enquêter avec quelqu’un qui lui serait toujours collé aux basques. Et puis, on lui avait présenté Miles. Miles Bott. En un seul regard, elle avait compris. Il allait perturber sa quête de vérité, mais il perturberait sa vie, aussi. Elle n’avait jamais pris conscience de cela, elle n’avait jamais imaginé qu’un seul regard, un léger sourire, pourrait autant dévaster une vie. Elle se surprenait parfois à vouloir laisser glisser ses doigts sur le visage du jeune homme, le découvrir un peu plus, savoir qui il était vraiment. Elle espérait même qu’il soit comme elle, un espion, chargé de mettre à mal le groupe de Lord Voldemort. Pas un assassin, pas lui.

Malgré sa présence, elle n’avait aucune envie d’être là. Elle serait mieux, certainement, au coin d’un feu de cheminée, accompagnée d’une tasse de thé. Elle avait imaginé la vie des mangemorts bien plus palpitante que ça. Elle s’était trompée, apparemment, ce genre de mission d’espionnage était monnaie courante. Les choses étaient-elles plus vivantes du côté de l’Ordre ? Elle savait que depuis la mort du petit Potter, on s’agitait plus. L’horreur les avait frappé quand ils avaient compris qu’ils étaient même capables de tuer un bébé. Andrea en avait pleuré une nuit entière. Qu’est-ce qu’elle venait faire ici ? Elle aurait dû s’enfuir, loin, laisser la mort de son père impuni, mais vivre en paix. Cette possibilité aurait été dans sa véritable nature ; la fille discrète dont on ne parlait jamais. Belle, rayonnante et souriante, mais qui ne faisait jamais de vagues. L’assassinat avait déclenché un changement incompréhensible chez elle. Elle était déterminée. Et elle irait jusqu’au bout, même si des questions nouvelles venaient la tarauder tous les jours.

Miles l’invita à la suivre, la sortant de sa rêverie. Elle soupira, presqu’agacée. Marcher lui ferait du bien, pourtant. Elle sentit leurs corps se frôler, involontairement, et s’éloigna un peu de lui. Elle ne voulait pas ressentir ce genre de choses, elle ne pouvait pas. Il la mena à une planque, au milieu de buissons, où Miles s’installa rapidement. Andrea resta debout, elle n’allait pas quand même s’assoir à même le sol, froid et humide ? Instinctivement, elle se frotta les bras pour se réchauffer lorsqu’elle sentit l’air glacial lui caresser le visage. « Il faut observer la maison, et les allées et venues. On surveille, on veut savoir si la personne est digne de confiance et peut être approchée. » Elle se tourna vers la maison qui leur faisait face. Les rideaux tirées, aucune lumière ne transparaissait. Tout semblait tranquille. « C’est la maison de qui ? » elle demanda, sans pour autant attendre une quelconque réponse. Elle avait bien compris qu’il ne fallait pas trop lui en dire, pas encore, mais il était presque frustrant de devoir attendre des heures devant une habitation sans savoir pourquoi. Miles lui proposa de s’assoir, elle s’apprêtait à refuser quand elle le vit déboutonner sa cape et lui tendre. Elle en resta bouche bée quelques secondes, avant de l’accepter et de s’assoir à ses côtés. « Merci », elle murmura avant d’enfiler la cape sur ses épaules. Elle sentit l’odeur de Miles contre elle et en rougit presque.

lls passèrent quelques longues minutes en silence mais Andrea n’était pas capable de rester en place. Elle se mit à farfouiller dans le fond de son petit sac pour en sortir deux barres de céréales au chocolat. Elle en tendit une à Miles qui la regarda, incrédule, « mange, tu ne vas jamais tenir la nuit sinon. » Elle entama sa propre barre quand elle aperçut une lumière s’allumer dans la maisonnée. « Regarde, » elle souffla et posa instinctivement sa main sur le bras de Miles. Tous les deux fixèrent la maison, « ce n’est peut-être rien, » ajouta-t-elle presque déçue, quand elle ne vit qu’il ne se passait rien d’autre, « peut-être quelqu’un qui va aux toilettes », dit-elle en haussant les épaules. Elle se tourna vers lui et se rendit alors compte qu’elle n’était qu’à quelques centimètres de son visage. Dans l’excitation du moment, elle s’était approchée de lui, sa main toujours posée sur le bras du garçon, sans s’en rendre compte. Elle sursauta presque et se recula immédiatement, « e..excuse-moi », elle bégaya, reflétant alors la myriade de sentiments qui se déversaient en elle, la honte, la surprise, la colère envers elle-même, et puis, un autre sentiment étrange, qu’elle n’avait pas ressenti depuis des mois, des années, le désir. Le désir.

_________________

In the art of war, if you know the enemy and know yourself, you need not fear the approaching battles. But if you know only yourself and not the enemy, for every victory, there will also be defeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Lun 3 Juil 2017 - 0:09

Miles s'étonna lui-même de sa galanterie à l'égard d'Andrea. Il est vrai que son caractère était loin de celui du cliché du Mangemort rustre et violent mais faire preuve de tant de douceur à l'égard d'une quasi-inconnue n'était en général pas sans arrière-pensée. Il s'était déjà montré d'une gentillesse et d'une attention sans pareille avec les femmes; mais à chaque fois dans l'idée de les manipuler. En tant que sorcier rêvant de se sentir comme un dieu, l'idée de se jouer des autres confortait la sensation de pouvoir. Les femmes étaient une cible intéressante : elles étaient facilement sensibles à des attentions, tombaient facilement sous le charme lorsqu'on savait dans quel sens aller, et pouvaient être dévastés assez facilement. Miles adorait briser les cœurs. En regardant Andrea tandis qu'il lui tendait sa cape, il se demanda un instant si il ne pourrait pas en faire sa prochaine cible. Ils allaient être amenés à se fréquenter souvent dans les semaines à suivre, peut-être qu'il pouvait rendre cela intéressant... « Merci » Elle s'installa à coté de lui, et ils restèrent silencieux quelques minutes. Miles avait l'impression qu'ils étaient comme deux enfants timides et cette sensation le dérangea. Il n'aimait pas se sentir dépassé par une situation, ni gêné. Il voulait toujours avoir le contrôle sur tout. Il aurait pu répondre à sa précédente question pour mettre fin au malaise (qu'il avait d'abord préféré ignorer, car Andrea n'avait pas besoin de savoir qui ils surveillaient) mais préféra garder le silence un peu plus longtemps.

Ce fut finalement Andrea qui rompit cet instant gênant en lui tendant une... barre de chocolat. Miles fronça les sourcils d'un air interrogateur. En plus d'un an de planque pour les Mangemorts, c'est la première fois que quelqu'un lui faisait le coup. Le geste semblait si enfantin, si plein de bonté. Il en resta interdit. « Mange, tu ne vas jamais tenir la nuit sinon. » Il prit la barra dans sa main sans trop savoir pourquoi - l'étonnement l'empêchait sans doute de réagir correctement - et continua à la fixer d'un air qui aurait été absolument gênant si Andrea s'en était rendu compte. Mais elle avait reporté son regard et son attention sur la maison. « Regarde, ce n’est peut-être rien. » Dans le feu de l'action Miles en avait lâché sa barre au chocolat, et Andrea avait laissé sa main glisser sur son bras. Le devoir du Mangemort revenant au galop, le jeune homme garda son attention fixée sur la maison; mais il ne s'y passait rien. Simplement un peu de lumière. Il reposa son regard sur cette fine main posé sur son bras. Sa peau contre la sienne. Un contact aussi déroutant qu'agréable. Miles fronça les sourcils. « Peut-être quelqu’un qui va aux toilettes. » Il ne l'écoutait déjà plus, fixant son visage aux traits fins, sa chevelure qui semblait si douce, ses lèvres qui semblaient si tentatrices. Elle remarque leur proximité : « E..Excuse-moi. » Elle se recula, laissant un froid à côté de Miles. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce que Andrea déclenchait chez lui : le désir. Il y avait longtemps que Miles n'avait pas été intime avec une femme. Depuis plus d'un an ses préoccupations étaient autres, plus fortes, plus puissantes. Cela faisait plus d'un an qu'il n'avait pas joué à son jeu de manipulation car il s'était découvert deux nouveaux loisirs bien plus intéressants dans le meurtre et la torture. Et en dehors de son adolescence où la présence féminine déclenchait une montée d'hormones incontrôlables, il avait peu de fois ressenti un réel désir. Souvent le sexe avait été un moyen avec les femmes de mener son plan de manipulation à exécution. Rares étaient les femmes avec qui il avait été intime uniquement pour mener à son terme une attirance présente. Et pourtant quand il regardait Andrea il ne pouvait pas s'empêcher de se demander quel goût avaient ses lèvres, quelles formes avaient ses courbes, quelle odeur avait sa peau. Le désir n'était normalement pas une sensation désagréable pour le commun des mortels, mais elle était insupportable pour Miles. Il ne pouvait pas le contrôler, et il détestait ne pas avoir le contrôle sur quelque chose. Mais il pouvait toujours le réprimer; il baissa la tête, poussa un soupir agacé et afficha un visage froid et imperturbable. « Fais attention, je tiens à mon espace vital. » grogna t-il d'un air peu aimable. Prétendre que la proximité de Andrea le gênait était hypocrite. Mais c'est justement parce qu'il l'appréciait qu'il préférait la tenir éloignée. Jusqu'à ce qu'il sache quoi en faire et comment la maîtriser.

Il ne voulait pas que cet instant gênant perdure, et préféra donc changer de sujet immédiatement pour éviter de rester fixé là-dessus. « Je pense que ce n'est rien en effet. Ce sont deux personnes qui habitent ici. Ils sont sûrement... occupés. » C'était un couple qui habitait la maison, et à une heure si tardive, Miles imaginait bien quelle pouvait être leur activité actuelle, ou qui venait de se terminer. Cette pensée le fit rougir légèrement compte-tenu de ce qui venait de se passer une seconde avant. Heureusement que l'obscurité se faisait gardienne de sa gêne. Malheureusement elle était également plus propice à se laisser-aller à des pensées légères. Miles ne pu s'empêcher de faire revenir son regard vers Andrea et se demander ce qu'elle dirait si il laissait glisser sa main le long de son corps. Son dos semblait attirant; sa hanche également. Il déglutit, cherchant de nouveau une échappatoire. « J'ai perdu mon dîner. » Lana t-il en référence à la barre qu'elle lui avait donné quelques minutes plus tôt et qu'il avait laissé tomber. L'obscurité ne permettait pas de distinguer le sol et il était hors de question de prendre le risque de se faire repérer avec un Lumos. Alors il tâtonna de sa main droite, à la recherche de sa barre perdue.

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

avatar
kill 'em with kindness
APARECIUM : 03/12/2015
HIBOUX : 414
CREDITS : Class Whore (avatar) - Sugar Slaughter (icons)
AVATAR : Leighton Meester
PSEUDO : Sun Showers (Marie)
AGE : Vingt-cinq ans.
SANG : Mêlé, ses racines moldues remontent à sa grand-mère maternelle.
ANCIENNE MAISON : Pouffsouffle, reflet de sa loyauté et son sens de la justice.
SITUATION : Célibataire.
IDÉOLOGIE : Neutre, en réalité, mais Andrea a rejoint les mangemorts pour se venger de la mort de son père.
MÉTIER : Anciennement salariée au ministère de la magie, département de régulation et contrôle des créatures magiques, elle a récemment démissionné.


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Jeu 10 Aoû 2017 - 20:58

Le vent froid accélérait sa course, elle frissonna, et pourtant ses joues rougissaient, elle sentait que son corps se réchauffait, par une explication qu’elle ne pouvait nommer. Depuis des mois, son cœur lui semblait être froid, condamné à ne plus jamais aimer, son regard condamné à ne plus jamais étinceler, son sourire condamné à ne plus jamais rayonner. Elle portait ce poids en elle qui lui affaissait les épaules, le corps entier. Elle saignait de l’intérieur, jour et nuit, aucun répit. Une boule au ventre qui l’accompagnait, toujours. Elle se tuait, lentement, bercée par l’incompréhension et le désir de vengeance. Elle dormait à peine, s’étouffait presque dans cette quête de l’inconnu. Elle ne regardait plus le monde autour d’elle, mais cette nuit, elle le voyait, lui, ses yeux sombres, ce sourire narquois qui lui collait à la peau. Il avait cet aura tentatrice autour de lui qu’elle ne saurait expliquer. Elle avait envie, à la fois, de se coller à lui, sentir son odeur, peut-être même poser ses lèvres sur les siennes, et puis le fuir, ne plus jamais le voir, s’éloigner de ce monde qui n’était pas le sien. Elle entendait toujours cette voix, ce signal d’alarme, qui lui répétait « mangemort », rappelle-toi, il est un mangemort, le mal, mais elle ne pouvait nier que cette voix s’affaiblissait à chaque fois que leurs regards se croisaient. Le désir lui transperça l’estomac, atténuant alors la boule qui lui était maintenant trop familière. Ils s’étaient rapprochés, en silence, innocemment, inconsciemment, mais elle sentit la décharge électrique lui traverser le corps quand elle s’aperçut de leur promiscuité. Elle fut blessée, bien sûr, par son grognement, mais n’en montra rien, resta digne et s’éloigna à nouveau de lui. Le silence ne dura pas, et elle fut presque déçue de constater que, pour lui, cet instant hors du temps lui ne l’avait pas atteint, comme il l’avait fait pour elle. Elle aurait aimé qu’il dure encore, un peu, ne serait-ce que quelques secondes, toucher encore la chaleur de son corps.

Il fallait qu’elle se reprenne, se rappeler pourquoi elle était là. Pas pour Miles, non. Elle ne savait rien de lui, ou presque, elle avait entendu qu’il avait un frère mais il ne parlait jamais de lui. Elle ne connaissait pas sa famille, ne savait pas ce qui l’avait poussé à rejoindre le camp des mages noirs. Et, en réalité, elle ne voulait pas savoir. Elle ne voulait pas être … déçue. Elle se construisait une image, un idéal, qui devait, sûrement, être trop bien éloigné de la réalité. La mission reprenait le dessus de ces émotions mélangées. « Je pense que ce n'est rien en effet. Ce sont deux personnes qui habitent ici. Ils sont sûrement... occupés. » Elle leva un sourcil interrogateur, sans comprendre son sous-entendu. Puis, elle se tourna vers lui, vit qu’il regardait droit devant lui, comme s’il ne voulait, ne pouvait pas la regarder, et comprit. Elle écarquilla les yeux – comme si une telle activité lui semblait peu propice au milieu de cette froide nuit (quoi que, elle comprenait aussi que c’était un moyen efficace pour se réchauffer) – puis éclata d’un rire franc, provoqué autant par le sous-entendu de Miles que par sa propre incrédulité première. Elle se claqua la main sur la bouche afin d’étouffer son rire. Elle murmura un mot d’excuse entre deux pouffées avant de reprendre sa respiration et se calmer. Elle se mordit la lèvre lorsqu’elle se rendit compte qu’elle n’avait pas ri ainsi depuis des mois.

Andrea se sentit plus légère, jusqu’à ce que la culpabilité l’accabla avec force. Elle refoula les larmes qui lui montait aux yeux, elle ne pleurerait pas ici, pas devant lui. Il se poserait des questions, elle ne saurait y répondre. Elle déglutit, elle aussi, sans savoir que lui l’observait avec attention, avant de détourner son regard. Il lança « J'ai perdu mon dîner. » Elle regarda autour d’elle, sans grande conviction. Elle n’y voyait pas à deux centimètres. Elle se sentit même un peu coupable d’avoir englouti sa propre barre de céréales en quelques minutes. Elle le vit tâtonner à sa droite puis sur sa gauche, ses mains se rapprochèrent de son corps, et elle sursauta quand elle sentit l’une des mains de Miles frôler le bas de son dos. « Hmm, ça, ce sont mes fesses », elle murmura.  Elle se recula ostentatoirement, comme il l’avait fait quelques minutes plus tôt. Elle n’était pas vraiment offensée, en réalité. Mais elle savait plutôt bien jouer la comédie. Après tout, c’était comme ça qu’elle était rentrée chez les mangemorts. Elle fronça les sourcils, exagérant encore un peu son jeu, et grogna, en l’imitant presqu’à la perfection, « moi aussi, je tiens à mon espace vital. »

_________________

In the art of war, if you know the enemy and know yourself, you need not fear the approaching battles. But if you know only yourself and not the enemy, for every victory, there will also be defeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Sam 12 Aoû 2017 - 23:21

Sans s'en rendre compte, au gré des tâtonnements, Miles finit par frôler le corps de Andrea. Il rougit en se rendant compte de l'endroit où il l'avait touché - rougissement heureusement masqué par l'obscurité qui les entourait. Il avait honte de réagir ainsi, comme un adolescent de quinze ans qui n'avait jamais connu l'intimité d'une femme et se sentait impressionné face à cela. Malheureusement la réaction d'Andrea n'arrangea pas son malaise : Hmm, ça, ce sont mes fesses. Et comme si ça ne suffisait, pas elle rajouta en grognant : Moi aussi, je tiens à mon espace vital. Cette dernière remarque lui fit l'effet d'une douche froide. Sa gêne et son malaise laissèrent place à un goût d'amertume. Son désir fut stoppé net dans son élan, refroidi par le manque de réciprocité qu'elle venait de lui démontrer. Il n'était pas rare que des femmes soient insensibles à son charme - Miles était loin d'avoir un physique de tombeur - mais il se faisait rarement rembarrer aussi sèchement. Vexé, il lâcha un : J'ai pas fait exprès lancé sur un ton froid et sec. Il abandonna ses recherches de mauvaise humeur; il n'en voulait même plus de cette barre, il ne voulait rien lui devoir.

Drapé dans son reste de dignité, Miles garda le silence un moment, faisant mine d'être concentré sur l'observation pour éviter qu'elle ne vienne le déranger en lançant la conversation. Au moins la remarque de la jeune femme avait eu pour effet de lui rendre les idées claires et de chasser toute trace de ce désir qu'il avait du mal à supporter et contrôler. Mais la contemplation de cette maison redevenue sombre et vide d'activité avait un intérêt limité et Miles savait combien une planque pouvait être pénible lorsque aucune conversation n'était possible avec son binôme. Alors il décida de relâcher un peu la pression, et lança un regard en direction de Andrea. Qu'est-ce que tu fais là ? Sa question était plus agressive qu'il ne l'avait voulu. Et sans doute passez assez claire. Chez les Mangemorts je veux dire. Pourquoi t'impliquer ? Le nom d'Andrea ne lui évoquait rien; elle ne semblait pas être une de ces sang-pur qui se croit supérieure. Ses motivations restaient un mystère et cela lui semblait un bon moyen de faire la conversation; et également de mieux cerner Andrea, ce qui était la raison de l'existence de ce binôme en premier lieu.

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

avatar
kill 'em with kindness
APARECIUM : 03/12/2015
HIBOUX : 414
CREDITS : Class Whore (avatar) - Sugar Slaughter (icons)
AVATAR : Leighton Meester
PSEUDO : Sun Showers (Marie)
AGE : Vingt-cinq ans.
SANG : Mêlé, ses racines moldues remontent à sa grand-mère maternelle.
ANCIENNE MAISON : Pouffsouffle, reflet de sa loyauté et son sens de la justice.
SITUATION : Célibataire.
IDÉOLOGIE : Neutre, en réalité, mais Andrea a rejoint les mangemorts pour se venger de la mort de son père.
MÉTIER : Anciennement salariée au ministère de la magie, département de régulation et contrôle des créatures magiques, elle a récemment démissionné.


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Dim 13 Aoû 2017 - 21:42

Elle pensait qu’il aurait ri de son malencontreux mouvement, de son imitation désastreuse. Elle s’était trompée. Elle vit son visage se renfrogner et comprit qu’elle avait peut-être été trop loin. Elle soupira quand il lui lança qu’il n’avait pas fait exprès, et haussa les épaules. Elle s’en doutait bien – même si elle le connaissait peu, elle se doutait qu’il n’était pas le genre à tripoter une fille sans qu’elle n’en ait fait l’express demande auparavant – du moins pas en mission. « Je plaisantais, » elle murmure, d’une voix plus douce que la sienne, elle n’avait pas voulu le froisser, elle avait juste tenté une boutade qui, de toute évidence, était tombée à l’eau. Surtout, elle avait voulu détendre cette atmosphère étrange, qui les forçait à scruter d’un œil aguerri une maison aux lumières éteintes où rien ne se passe. Le silence s’installa entre eux, Miles gardait le regard fixé vers la maisonnée, et Andrea comprit qu’il ne serait pas bon d’entamer une quelconque discussion maintenant. Elle l’avait blessé, et pensa alors qu’il valait mieux marcher sur des œufs jusqu’à ce qu’ils aient plus l’habitude l’un de l’autre. Elle n’était pas sombre, Andrea, elle n’avait pas l’habitude des regards suspects, des sourires machiavéliques et des ordres aboyés avec force. Elle avait grandi dans ce qui lui semblait à présent être une bulle éloignée de tout problème que le monde pouvait connaître. Elle aimait la vie, les couleurs, les gens qui rayonnaient. Et, là, à ses côtés, Miles lui semblait être à des milliers de kilomètres de ce qu’elle aimait. Il avait le visage fermé et elle se reprocha d’avoir fait disparaitre cette lueur qui avait brillé au fond de ses yeux, quelques secondes, lorsque leurs regards s’étaient croisés plus tôt dans la nuit.

C’est lui qui brisa ce silence de plomb qui s’étirait entre eux. Elle tressaillit quand elle entendit sa voix : il l’avait prise de cours, et surtout le ton qu’il employait ne prônait pas un échange chaleureux. Elle fronça les sourcils face à l’étrangeté de sa question. Elle s’apprêtait à lui répliquer, non sans incompréhension, qu’elle était là, comme lui, à surveiller une maison, au cas où il aurait oublié. Aurait-il des pertes de mémoire soudaine ? Mais non, il reprit la parole avant elle afin d’expliciter son questionnement : « Chez les Mangemorts je veux dire. Pourquoi t'impliquer ? » Ah. La voilà donc la question qu’il n’avait toujours pas osé – ou pensé – poser. Elle détourne les yeux, il paraît plus simple de ne pas croiser le regard de celui à qui on s’apprête à mentir. Nerveusement, elle joue avec ses mains, réfléchit, forme les mots dans son esprit. Et se rend compte qu’elle ne peut pas lui mentir, pas complétement. Elle ne sait pas bien pourquoi – elle avait bien menti ouvertement à des tas de gens, dont ceux qu’elle considérait comme ses amis – mais elle sent au fond d’elle qu’elle ne veut pas. Il a cet emprise étrange sur elle, dont elle aimerait se dépêtrer, mais qui, en réalité, lui plaisait plus qu’elle ne voulait se l’avouer. « Pas pour tuer », elle répond dans un faible murmure, avant de se tourner à nouveau vers lui, « pas pour tuer des innocents. », elle insiste sur ce dernier terme (il y comprendra ce qu'il voudra) parce que c’était bien pour tuer qu’elle avait rejoint les mangemorts. « Pour comprendre, peut-être, et pour avoir un rôle à jouer. » Elle ne ment toujours pas ; elle veut comprendre pourquoi son père a été assassiné, et elle a bel et bien une part à jouer dans cette guerre sordide. Elle conclut « je ne pouvais pas rester sans rien faire. » Elle reporte son attention sur la maison, et sent que sa respiration s’est fait plus saccadée, les mouvements de son cœur se sont accélérés au fur et à mesure qu’elle se confiait. Pour la première fois, elle s’était éloignée de son histoire d’origine – je veux vous rejoindre parce que je déteste les moldus, blablabla. Pour la première fois, elle risquait de jouer sur le fil mais, étrangement, n’en ressent aucune culpabilité ou crainte. Etrangement, elle lui fait confiance. « Et toi ? » elle demande, estimant qu’elle aussi avait le droit d’en savoir plus sur ses motivations.


_________________

In the art of war, if you know the enemy and know yourself, you need not fear the approaching battles. But if you know only yourself and not the enemy, for every victory, there will also be defeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Dim 13 Aoû 2017 - 23:53

Au début de son intégration au sein des Mangemorts, Miles avait pour habitude de demander à ses camarades ce qui les avaient motivé à rejoindre ce groupe. Au fil du temps il avait finit par comprendre que cette question pouvait être mal perçue; on le regardait de travers parce qu'on estimait que tous devaient être là pour la même raison. Les Mangemorts devenaient Mangemorts par idéologie, parce qu'ils croyaient en une supériorité du sang, parce qu'ils rêvaient d'un monde magique dépourvu de tout gêne moldu. Foutaises. Miles n'y croyait pas. Le sang n'était pas une déterminante de la capacité magique d'après lui. Le seul intérêt était l'effet de groupe, cette impression de ne former qu'un et d'être invincible. Après Poudlard, Miles s'était senti un peu seul et perdu sans l'effet de groupe qu'il pouvait ressentir au sein des Gryffondor. Ce même effet il l'avait retrouvé au sein des Mangemorts. Avec eux il se sentait puissant, fort, invulnérable. Et si pour cela il devait faire semblant de croire à une supériorité du sang sorcier, ce n'était pas un prix élevé à payer. Jusque là, son mensonge avait plutôt bien marché. Mais dernièrement il sentait parfois que certains regards étaient plus appuyés, comme si on le soupçonnait de quelque chose. On cherchait les traîtres parmi ceux qui semblaient le moins impliqués idéologiquement dans la cause. En tant que sang-mêlé peu porté sur les propos racistes, il faisait une cible de choix. Il n'avait pourtant rien à se reprocher.... Poser la question à Andrea pouvait être risqué, elle pouvait lui répondre "comme tout le monde", et lui demander pourquoi chacun aurait une raison différente alors qu'ils étaient tous poussés par un idéal commun. Mais elle était nouvelle dans le groupe et Miles jugeait qu'elle ne représenterait pas un danger de ce point de vue là, qu'elle ne se poserait pas tant de question.

La jeune femme mis quelques secondes à répondre, comme si elle réfléchissait. Cherchait-elle un mensonge, ou bien trouver les mots était-il compliqué ? Il lui jeta un regard suspect et enfin elle répondit : Pas pour tuer, pas pour tuer des innocents. Elle sembla insister sur ce dernier mot, sans qu'il sache ce qu'elle voulait dire par là. Qui était encore innocent ? Miles avait passé assez de temps au sein du château pour savoir que même les plus jeunes adolescent n'étaient pas innocents. Dès la première année certains faisaient preuve d'une certaine cruauté, qui n'était plus liée à l'innocence enfantine. Tous les sorciers avaient leur côté sombre. Lui-même n'envisageait les autres comme des coupables ou des innocents. Ils étaient les autres, un vaste ensemble de sorciers avec leurs qualités et leurs défauts, leurs raisons de vivre et de mourir, toutes différentes. Pourquoi la mort de l'un semblerait-elle plus cruelle que celle d'un autre ? Comment pouvait-on quantifier la valeur d'une vie, la comparer à une autre ? Un simple mot déclencha un questionnement existentiel chez Miles, si bien qu'il faillit ne pas se concentrer sur le reste de sa réponse. Mais le rappel à la réalité fut plus fort. Pour comprendre, peut-être, et pour avoir un rôle à jouer. Je ne pouvais pas rester sans rien faire. La mesure de ses propos étonna Miles. Trop souvent il avait vu ses camarades s'enflammer, évoquer avec force et conviction cette haine de l'autre qui les animait, ou cet amour exclusif qu'il portait au cercle restreint de ce qu'ils nommaient "leurs semblables". Ils voulaient "exterminer les moldus", "cesser la souillure", "remettre le monde magique en état", "rendre le monde magique aux vrais sorciers"; les réponses variaient toujours sans changer véritablement de nature. Andrea semblait plus posée, moins habitée par des convictions absurdes. Cela l'étonna, sans qu'il puisse déterminer ce qui le chiffonnait tant là-dedans... Peut être car c'était une réponse que lui-même aurait pu formuler ? Andrea n'était peut être pas là en raison de convictions profondes elle non plus. Mais Miles ne pouvait pas lui en vouloir, ni la dénoncer. Ils étaient pareils après tout; même si elle s'était fixée une limite que lui-même ignorait.

Cette réponse lui fit plus plaisir qu'elle n'aurait dû. Il sentit qu'il aurait été déçu si elle avait semblé comme les autres, avec des idées limitées et dépassées. Elle n'était pas comme eux; elle était comme lui. Il eut un léger sourire à cette pensée. Peut être pas tout à fait comme lui - il n'aurait jamais précisé quoique ce soit sur des innocents. Et toi ? Qu'elle lui renvoie la question était légitime. Il aurait pu se contenter d'une réponse banale, brève, celle qu'il avait préparé dans sa tête et qu'il ressortait à l'occasion quand c'était nécessaire. Mais Andrea avait été honnête, alors il décida de l'être aussi; en partie. Il ne lui faisait pas assez confiance pour lui révéler tous ses secrets. Et il savait que certains Mangemorts n'hésitaient pas à écraser les autres pour avancer alors mieux valait se montrer prudent. Au début, par curiosité. Je voulais voir ce qui se passait vraiment, et comment ça se passait. Il avait entendu parler des Mangemorts un peu par hasard et ça ne l'avait pas immédiatement interpellé. Des sorciers à demi timbrés portant des masques et se revendiquant supérieurs ? Très peu pour lui. Et puis finalement il avait découvert que ces sorciers n'étaient pas si timbrés, qu'ils agissaient. Leurs actions étaient violentes, vives, pas toujours efficaces, mais avaient finit par présenter un certain intérêt à ses yeux. Il s'était dit qu'il pourrait en apprendre davantage à leur contact; sur la magie noire, sur le fonctionnement du monde magique, sur l'être humain en général. Et puis il s'était laissé entraîner; les tortures, les meurtriers, la sensation de tout maîtriser, la sensation de pouvoir; tout ça avait été si agréable. Sa réponse fut cependant plus mesurée. Et j'y suis restée, je m'y sentais bien. La suite de sa réponse, si elle n'était pas dangereuse, pouvait paraître ridicule. Rougissant une nouvelle fois - sans que cela soit visible, fort heureusement, il ajouta d'une petite voix : C'est comme les maisons à Poudlard, tu vois. Je m'y sens bien, comme à Gryffondor. On est tous ensemble, à se battre pour quelque chose. Il aurait pu rajouter quelque chose sur ce qui l'animait vraiment, sur ce goût qu'il avait pris à dominer les autres; mais il sentait que ça n'aurait pas été approprié. Andrea n'avait pas encore fait ses preuves de ce point de vue là et Miles savait que certaines recrues ne s'y faisaient pas. Il ne fallait pas l'effrayer avant qu'elle y soit confrontée. Elle aurait pu prendre peur et ne pas vouloir essayer. Hors, essayer, tout essayer, était essentiel pour lui. Il se racla la gorge, essayant de retrouver un peu plus de sérieux, conscient d'avoir pu paraître pour un adolescent en manque de reconnaissance l'espace de quelques secondes. On fait des choses qui n'ont pas d'égales ailleurs, tu verras. Et puis soudain, sa main qui tripotait l'herbe à côté de lui - un réflexe humain qui l'avait toujours intrigué - finit pas rencontrer un objet, petit et dur. Avec un léger sourire sur les lèvres il ramassa la barre qui était tombée en réalité juste à côté de lui. J'ai retrouvé mon dîner. Toute tension en présence de la jeune femme avait finalement disparu; maintenant il se sentait bien.

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

avatar
kill 'em with kindness
APARECIUM : 03/12/2015
HIBOUX : 414
CREDITS : Class Whore (avatar) - Sugar Slaughter (icons)
AVATAR : Leighton Meester
PSEUDO : Sun Showers (Marie)
AGE : Vingt-cinq ans.
SANG : Mêlé, ses racines moldues remontent à sa grand-mère maternelle.
ANCIENNE MAISON : Pouffsouffle, reflet de sa loyauté et son sens de la justice.
SITUATION : Célibataire.
IDÉOLOGIE : Neutre, en réalité, mais Andrea a rejoint les mangemorts pour se venger de la mort de son père.
MÉTIER : Anciennement salariée au ministère de la magie, département de régulation et contrôle des créatures magiques, elle a récemment démissionné.


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Mer 16 Aoû 2017 - 15:43

Elle s’était fait la promesse de taire ses motivations, de mentir à la moindre question. Elle n’avait pas prévu qu’on vienne lui briser ses barrières. Elle n’avait pas prévu que Miles apparaisse en plein milieu du chemin, elle n’avait pas imaginé que lui, son regard, son sourire en coin, perturberait ses plans. Elle se sentait légère, pourtant, ni coupable ni effrayée. Elle n’avait pas recraché le refrain habituel que tous les mangemorts connaissaient maintenant par cœur, comme une rengaine que l’on chante à tue-tête sans s’en rendre compte. Miles rendait les choses plus facile, elle ne savait pas pourquoi ni comment, mais elle remarquait que se livrer – en partie – à lui n’était pas si compliqué qu’elle aurait pu l’imaginer. Elle avait presque envie d’en dire plus, mais cela n’aurait pas été sage. Il fallait qu’elle se rappelle constamment qu’elle connaissait le jeune homme à peine, que ses airs aimables cachaient peut-être un destin plus sombre, mais elle ne pouvait taire la voix qui lui intimait de lui faire confiance, de le laisser rentrer dans sa vie. Il y était déjà, dans son esprit, dans son cœur. Il était tôt encore, mais elle le sentait, cette petite flamme qui ne s’était embrasée, pour elle, qu’une seule fois. Elle était là, à nouveau, et elle se ravivait dès qu’il posait le regard sur elle.

Elle espérait qu’il était comme elle. Quand elle lui demande ses propres motivations, elle a peur, et une boule au fond de son estomac lui confirme cette crainte. Elle a peur, peur qu’il se déchaîne contre les moldus, qu’il prône l’extermination et le meurtre de ceux qui n’ont pas la chance de savoir manier une baguette. Elle a peur de le voir cracher une haine qu’elle ne partage pas et qu’elle ne pourrait pas comprendre. Mais lui aussi adopte une attitude plus modérée, elle se sent rassurée quand elle entend le mot curiosité, et pourtant, avec le recul, elle se demandera pourquoi la curiosité ne l’a pas plutôt mené vers le bon côté ? Avait-il en lui une part sombre qui le poussait inconsciemment vers ceux qui détruisaient tout et tous sur leur passage, y compris mères et enfants ? Elle fronça légèrement les sourcils quand il lui avoua s’y sentir bien. Elle détourna légèrement le visage, quelque peu déçue, ne lui laissant pas voir les émotions se dessiner sur son visage. Il s’y sentait bien quand elle avait envie de vomir et d’hurler dès qu’elle se retrouvait en leur compagnie. Il compara ensuite le groupe des mages noirs à Poudlard et elle eut envie d’hausser les épaules mais se retint de justice. La violence environnante n’a rien à voir avec l’école de magie, selon elle, mais peut-être ont-ils vécu des histoires différentes ? Une qui pousse Miles à aller vers le mal, une autre qui la pousse, elle, à le combattre. Elle ne savait pas grand-chose de lui, de son enfance, de son adolescence passée dans l’enceinte du château, elle se souvient à peine l’avoir croisé, parfois, mais de trois ans son cadet, elle n’avait jamais prêté attention à lui. Gryffondor lui avait semblé une bonne maison, pourtant, une qui rassemble et unit ses élèves, solidaire contre l’affrontement. Elle se sentit soudain mal à l’aise, lui qui faisait l’éloge des mangemorts, comme s’ils l’avaient accepté parmi eux comme l’un des leurs. Elle n’oubliait pourtant pas les mots de Phanès Parkinson. Les sang-mêlés, même partisans du mage noir, seront tués, exterminés, sans aucune exception. Elle n’avait aucune confiance en cet homme mais elle ne doutait pas qu’il disait vrai. Si les mangemorts sortaient victorieux du conflit, ils veilleraient à ce qu’aucun sang-mêlé ne puisse vivre en paix dans le monde sorcier. « On fait des choses qui n'ont pas d'égales ailleurs, tu verras. » Andrea eut envie de lui répondre « oui, comme tuer mon père, par exemple » mais préféra garder cette remarque pour elle-même. A la place, elle murmura un simple « sûrement » peu convaincu. Elle n’y croyait pas, n’y a jamais cru.

Elle le sent s’agiter autour de lui et lui montrer la barre de céréales qu’il vient de retrouver. Elle lève les yeux vers lui et le sourire enfantin qui adoucit ses traits lui ferait presque oublier le discours qu’il vient de tenir. Elle le trouve beau, s’en veut de lui trouver des qualités, mais ne peut pas s’en empêcher. Elle se rend compte, soudainement, qu’elle aimerait se blottir contre lui, quelques instants, et lui confier tous ses secrets. Son envie étrange fut, heureusement, interrompu par un craquement à côté d’eux. D’un même geste, tous deux se retournèrent vers l’endroit d’où provenait le bruit. Vers eux, un autre mangemort s’avança. La relève. Andrea soupira, elle ne savait pas si elle était soulagée ou déçue que le moment partagé avec Miles se termine. Rapidement, le garçon se leva et lui tendit une maison. Elle hésita quelques secondes avant de l’attraper et se lever à son tour. Un léger frisson la parcourut lorsque leurs mains se touchèrent. Gênée, elle passa les mains sur ses cuisses pour chasser une poussière qui n’était pas là. L’autre mangemort – un homme plus âgé dont elle ne connaissait pas le nom – échangea avec Miles pour obtenir des informations sur la planque. Ils se saluèrent enfin et Miles et Andrea firent un bout de chemin ensemble, jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent d’un même pas, prêts à transplaner. « Bien… hum… », Andrea lâcha, gênée. Elle se rendit compte qu’elle ne savait même pas comment le saluer. Elle finit par lui tendre la main gauchement, ignorant les cris de son cœur qui la priait de s’approcher plus de lui, sentir son odeur, sentir son corps contre elle.

_________________

In the art of war, if you know the enemy and know yourself, you need not fear the approaching battles. But if you know only yourself and not the enemy, for every victory, there will also be defeat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ❖ hear me roar
APARECIUM : 29/08/2006
HIBOUX : 1510
CREDITS : (c) money honey; tumblr.
AVATAR : Grant Gustin.
PSEUDO : Narcisse (Elodie).
AGE : Vingt-deux ans.
SANG : Mêlé, avec un héritage purement sorcier sur plusieurs générations.
ANCIENNE MAISON : Gryffondor, un atout aujourd'hui puisque les gens se méfient rarement de lui. Comme si être une ancienn ancien Lion l'empêchait d'être un Mangemort aujourd'hui.
SITUATION : Célibataire, sans jamais eu de relation vraiment sérieuse.
IDÉOLOGIE : Servant du Seigneur des Ténèbres, mais ce n'est pas les idées qui l'y nt poussé, mais sa soif de pouvoir et de connaissance.
MÉTIER : Propriétaire d'une boutique d'apothicaire sur le Chemin de Traverse, potionniste à ses heures perdues puisqu'il y vend aussi ses potions.
ROLE PLAY : Indisponible (Andrea, Rowan, Flynn, Erin).


MessageSujet: Re: à cause de toi mon cœur saigne (miles) Jeu 17 Aoû 2017 - 21:54

Sûrement. Ce fut la seule réponse qu'elle lui souffla, dans un murmure, visiblement peu convaincue. Miles se demanda si c'étaient ses propres paroles qui avaient déclenchées chez la jeune femme un air si lointain, ou si elle était plongée dans ses réflexions pour une autre raison. Il se demanda ce qui pouvait bien se passer dans son esprit, ce à quoi elle pensait à cet instant. Il resta sans doute à la fixer un peu trop longtemps, laissant son regard glisser sur ses yeux perdus dans le vague, son nez légèrement retroussé et ses lèvres si tentatrices. Heureusement la barre de céréales le ramena à la réalité et chassa ce nouvel élan de désir avant qu'il n'ait réellement eu le temps de s'installer.

Soudain léger, plus confiant; se sentant aussi plus proche d'elle aussi, comme si ils partageaient une intimité nouvelle avec quelques confidences; il en oublia presque la mission qu'ils devaient remplir. L'instant devenait agréable. Mais l'arrivée d'un nouveau Mangemort fut un brusque rappel de qui ils étaient et de ce qu'ils faisaient ici. Il se leva un peu précipitamment et tendit une main galante à la jeune femme pour l'aider à se reveler. Son contact laissa une étrange sensation sur sa peau, comme si tout son épiderme s'était réveillé à ce contact, au seul endroit de ce contact. Alors ? demanda l'autre Mangemort en quête d'informations. Miles lui raconta brièvement les grandes lignes de la soirée - soit pas grand chose - et finit par quitter la plaque avec Andrea. Ils marchèrent en silence, pour ne pas se faire repérer. Mais ce silence avait quelque chose de doux. Bien… hum… A défaut de trouver les mots justes, elle lui tendit simplement la main. Miles ne pu s'empêcher d'afficher un léger sourire. Jamais une seule fois l'un de ses camarades n'avait fait preuve de cette attention à son égard. Ils se saluaient toujours tous avec une certaine distance. Il saisit la main, la serra rapidement avant de la relâcher. La peau d'Andrea lui semblait brûlante, alléchante. Tenir trop longtemps ce contact aurait été risqué. Bonne soirée, à bientôt. En un instant le ton était devenu froid, presque impersonnel. Il essayait de retrouver de la distance, dans son propre intérêt. Peu désireux de s'attarder davantage il transplana en direction de son appartement. Nul doute qu'une bonne nuit de sommeil et de réflexions l'attendait.

_________________

hello karness my old friend. I've come to talk with you again Because a vision softly creeping Left its seeds while I was sleeping today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t52-hear-me-roar-dorea

à cause de toi mon cœur saigne (miles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Saigne-crapaud le chien, Warg modifié.
» Cimetière de Kiri
» Rey Mysterio Vs The Rock
» Plante et foudre...bonne entente? [PV Rigu]
» Ce coeur qui saigne[PV-Pépite d'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: walking around the world :: Hogsmeade and around-