AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 nearly a family (millie/nate/cari/jonas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Uneasy lies the head That wears a crown
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 968
SANG : The greatest blood of all.
IDÉOLOGIE : Death to impurity.


MessageSujet: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Mar 4 Juil 2017 - 17:03


(millie, nate, carina et phanès)
He had often told the girl whom he had lured to love him that he was poor, and she had believed him. He had told her once that he was wicked, and she had laughed at him and answered that wicked people were always very old and very ugly. What a laugh she had!--just like a thrush singing. And how pretty she had been in her cotton dresses and her large hats! She knew nothing, but she had everything that he had lost.
nearly a family

Les roses et les pensées : Ce n'est pas tout à fait Noël, pas encore. Mais Hestia a voulu qu'on le fête avant pour que Carina puisse être là, et qu'elle-même puisse se joindre aux Rosier quelques jours plus tard.

Les fêtes sont une excuse aux merveilleuses décorations, aux drapés clairs sur les murs et aux douces odeurs de nourriture. Des millions de fleurs se sont invitées, trônent sur la large table du salon dans des vases précieux - les simples consoles en ont été aussi affublées. La rampe d'escalier est entrelacées de roses et de pensées. Les couleurs sont pâles, de toute beauté. Les lustres brillent dans la douce lumière des bougies, et les tableaux des ancêtres ont le regard léger - rieur parfois, sur la scène qui se déroulent sous leurs yeux. Les elfs s'affairent, tandis que la benjamine de la famille dresse les décorations d'une baguette experte. Ce n'est pas un Noël comme les autres. Il y a une petite Parkinson, pas plus haute qu'une poupée ni vraiment différente. C'est peut être à cause d'elle que tout est plus grandiose cette année, peut être à cause d'elle qu'on a le cœur un peu plus léger en temps de guerre.

Peut être à cause de cette petite innocente que Phanès avait eu l'idée d'inviter un collègue à lui, pour changer des autres années. Il est encore trop tôt pour que les festivités commencent, pour que le luxe du dîner de ce soir les emportent totalement."Ta robe est atroce. Tu devrais aller te changer." C'est le premier mot qu'il adresse à sa petite sœur, sans réellement le penser. "Un collègue va se joindre à nous, ce soir." Il se venge sur elle, d'avoir à descendre, d'avoir à quitter le calme de son bureau d'étude. Il n'a pas l'humeur du jour, pas l'humeur des fêtes et de célébrer avec les autres. Il ne l'a jamais vraiment. Ce soir aurait dû se dédier au retourneur de temps de la taille d'une horloge qu'il garde là haut. Il aurait pu être capable de le faire fonctionner ce soir, plutôt que d'avoir à refuser chaque coupe de champagne tendue et manger des plats qui ne lui plaisent pas. Mais est-ce vraiment tout ce qu'il va retirer de cette soirée ? N'aura-t-il pas un soupçon de bonheur à table, entouré les quelques membres de sa famille qui ont daigné venir, et les autres invités ? Jusqu'où se ment-il ? Il abandonne sur le meuble posté devant l'escalier le livre dont il s'est lassé. Avant de s'engouffrer dans l'entrée, il cherche du regard Carina. Il n'a pas eu le temps de la voir aujourd'hui, et se contente de lui adresser un demi sourire. Ce qui est de sa part une marque inespérée de sympathie. Une fois dans la large entrée du manoir, Phanès s'allume une cigarette. Il trouve préférable d'attendre son invité de cette manière, pour ne pas avoir à se mêler aux autres en attendant. La fumée est douce entre ses lèvres.

_________________
or, being lied about, don't deal in lies, or being hated don't give way to hating, and yet don't look too good, nor talk too wise;If you can dream- -and not make dreams your master; if you can think- -and not make thoughts your aim, if you can meet with Triumph and Disaster and treat those two impostors just the same:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bloody rose
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 442
SANG : Plus pur que le cristal.
IDÉOLOGIE : Neutre par obligation familiale ; elle voudrait pouvoir rejoindre les Mangemort afin de rappeler au monde entier que les Rosier sont supérieurs à tous.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Jeu 6 Juil 2017 - 18:17


gifts of time and love are surely the basic ingredients of a truly merry christmas
nearly a family


Le sourire aux lèvres, la jeune femme chantonne des cantiques de Noël en même temps qu'elle aide à décorer le grand sapin du salon. Hestia a absolument tenu à ce qu'elle vienne plus tôt cette année encore et Carina a accepté l'invitation avec grand plaisir ; rien ne lui plait plus que passer ces quelques jours privilégiés avec sa meilleure amie et le reste de sa famille. Elle sera la seule Rosier cette année, avec cinq Parkinson : Hestia, Phanès, Jonas, Millie, sa femme et la petite Pansy, leur fille. Depuis qu'elle a posé les yeux sur le bambin, Carina en est complètement gaga et s'éclipse dès qu'elle le peut pour jouer avec elle, Hestia se joignant à elles la plupart du temps. L'idée qu'elle n'aurait sûrement jamais son propre enfant l'effleure parfois, quand elle écoute la petite babiller, mais elle l'efface aussitôt pour inventer un nouveau jeu ou une nouvelle histoire ; rien ne sert de s'apitoyer sur la question alors qu'elle n'a même pas encore de mari.

Elle entend distraitement Phanès commenter la robe de son amie et fronce légèrement les sourcils, elle ne se fera jamais à la manière dont il la traite et ce point sera très certainement leur seul sujet de désaccord. Ne peut-il pas prendre exemple sur Antarès, lui qui a toujours un mot gentil pour sa benjamine ? Une fois l'aîné Parkinson éloigné, elle se rapproche d'Hestia et lui serre brièvement la main gauche. « N'écoute pas ce goujat, ta tenue est magnifique. » Le ton est suffisamment élevé pour que le concerné puisse entendre le compliment sans pour autant déranger la quiétude de la pièce et quand il lui glisse un demi-sourire avant de s'éclipser dans le hall, elle lui tire la langue en retour, comme elle en avait l'habitude enfant.

La mention d'un "collègue" l'intrigue, cependant. De ce qu'elle sait, il travaille seul sur ses recherches et les seuls "collègues" qu'il peut avoir sont donc des mangemorts... Mais il ne va tout de même pas en ramener un sous le nez d'Hestia et de Millie, n'est-ce pas ? Pas alors qu'ils fêtent Noël ? Ainsi, tandis que les deux jeunes filles terminent d'accrocher les boules, Carina jette des coups d'oeil intrigués à la grande porte derrière laquelle Phanès s'est retranché, jusqu'à ce qu'elle ne se rouvre pour laisser entrer la dernière personne qu'elle aurait pensé voir ici pour de telles raisons. « Nathan ?! »

_________________

royal
I feel that if I let go of you
I will collapse into myself
like a dying star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t700-boulevard-of-broken-dreams-carina#13800

avatar
APARECIUM : 30/06/2017
HIBOUX : 86
SANG : Pur. Très pratique pour passer inaperçu, en ces temps troublés.
IDÉOLOGIE : Il soutient l'Ordre du Phénix, mais joue les espions auprès des Mangemorts. Il n'a peut-être pas la tête de l'emploi, mais sa sociabilité naturelle lui permet de se fondre dans les rangs des mages noirs sans passer pour un mammouth perdu dans un magasin de porcelaine.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Ven 7 Juil 2017 - 0:02



NEARLY A FAMILY
Phanès & Carina & Millie & Nate.

Alors que Nate s’était imaginé passer les fêtes de fin d’année en tête à tête avec une bouteille de Firewhisky (l’avantage, avec le Firewhisky, c’était qu’on n’était jamais déçu de sa conversation), une curieuse invitation avait subitement illuminé sa semaine : passer une soirée de Noël (avant Noël) en compagnie des Parkinson, sous les lumières bariolées des sapins et les innombrables décorations hivernales.
Certes, dans le monde de Nate, avoir été invité par un Mangemort n’était pas quelque chose qui méritait qu’on fasse des bonds de cabri en poussant des hurlements de joie. Mais un détail, dans l’invitation, l’avait poussé à accepté de bon coeur, un sourire affleurant sur ses lèvres : Carina serait là. Et vu que depuis qu’il avait claqué la porte de son appartement, abandonnant sans vergogne femme et enfant, les Rosier étaient la seule famille qu’il possédait… Et puis cette soirée serait l'occasion idéale de mettre les pieds CHEZ l'ennemi ; cela ne pourrait qu'être utile pour l'Ordre du Phénix...

Nate avait donc revêtu un costume qu’il avait exhumé des tréfonds de son placard, avait passé un coup de peigne dans ses mèches châtain et s’était rendu en direction de la majestueuse demeure de son hôte. Il ne tarda pas à apercevoir la silhouette de celui-ci, se découpant au milieu de volutes argentées (provenant de la cigarette logée entre ses doigts) au milieu du hall d’entrée.

Toujours aussi glauque. Ceci dit, il ne s'était pas attendu à le voir l'accueillir avec une guirlande autour du cou et des cotillons au bout de la baguette.

Mais Phanès avait beau être un Mangemort, Nate le salua chaleureusement, n’hésitant pas à empoigner sa main et à la secouer vigoureusement, comme s'il essayait de l’arracher de son poignet. (D’ailleurs, il essayait peut-être un tout petit peu de l’arracher de là.) Finalement, sourire et faire semblant d’être heureux de retrouver un Mangemort pour fêter Noël, ce n’est pas si compliqué… Pas si compliqué, mais une curieuse appréhension lui tordait néanmoins le coeur. « J’espère que je ne suis pas en retard ! » s’excusa-t-il en emboîtant le pas de son collègue à l’intérieur du manoir, se délestant du manteau qui lui recouvrait les épaules.

Ses yeux tombèrent presque aussitôt sur les deux jeunes dames présentes. Elles semblaient parfaitement à leur place dans cet univers éclaboussé par les lumières de Noël et saupoudré de pétales de fleurs, et Nate se demanda comment d’aussi jeunes femmes, à l’aspect pourtant si pur -sans que cela ait quelque chose à voir avec leur sang- et aux mines si angéliques pouvaient se complaire dans ce monde que lui-même excécrait.

Un franc amusement étira ses lèvres face à l’étonnement qui se refléta sur le visage de Carina lorsqu’elle l’aperçut. « Nathan ?! » « C’est moi. Mais tu peux encore m’appeler Nate » répondit-il d’un ton léger, la gratifiant d’un clin d’oeil, comme s’ils s’étaient quitté la veille en excellents termes. « Moi aussi, je suis heureux de te voir » ajouta-t-il, moqueur, se penchant vers elle pour lui embrasser (avec délicatesse, on n'est pas chez les trolls !) le front, pour le simple plaisir d'empiéter un peu sur son espace vital.

Puis il se tourna vers Hestia. « Mademoiselle. » Il lui prit délicatement la main avant de l’effleurer d’un baiser léger. Au moins, certaines choses ne s’oubliaient pas : il savait encore à peu près comment exécuter un baisemain, merci les leçons de papa et maman. « Phanès m’a aimablement proposé de me joindre à vous, ce soir, et j’ai été ravi d’accepter sa proposition. J’espère que ça ne vous dérange pas ? »
En sous-titre : même si ça vous dérangeait, je ne bougerai pas d’un pouce d’ici.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t848-nate-doesn-t-matter-if-we-ve-gone-too-far

avatar
Uneasy lies the head That wears a crown
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 968
SANG : The greatest blood of all.
IDÉOLOGIE : Death to impurity.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Ven 7 Juil 2017 - 1:35


(millie, nate, carina et phanès)
He had often told the girl whom he had lured to love him that he was poor, and she had believed him. He had told her once that he was wicked, and she had laughed at him and answered that wicked people were always very old and very ugly. What a laugh she had!--just like a thrush singing. And how pretty she had been in her cotton dresses and her large hats! She knew nothing, but she had everything that he had lost.
nearly a family

Les roses et les pensées : La chaleur de l'invité est indéniable,  elle vous saute au visage. Ce n'est pas au réel déplaisir de Phanès - il y a un dépaysement certain à côtoyer ceux qui ne nous ressemblent pas, c'est en effet un vaste monde qu'il est merveilleux de découvrir. "J'ai aucune idée de l'heure, à vrai dire." Le ton reste calme malgré la main broyée et secouée dans tous les sens. N'a-t-il jamais appris à saluer ? Est-ce réellement sa manière de faire ? Il se poste en retrait avec sa cigarette, laissant Nate prendre ses aises et saluer les deux brins de jeunes filles qui sont dans le salon. Elles sont à elles deux de bien plus beaux joyaux que tout ce qui a pu passer l'entrée du manoir - deux délices de beauté.

Le début de tendresse qu'il a pu avoir pour cette scène de retrouvailles entre cousin s'est évanouie au baiser laissée sur le front de Carina. Ce n'est pas tant une offense à la politesse, mais c'est bien là une pointe de jalousie. Ce n'est rien, ce n'est rien. Ses sourcils sont néanmoins froncés. La cigarette pend à ses lèvres quand il continue d'observer les règles de bienséances qui ne semblent pas être tout à fait rouillées. Pas la peine d'en faire tant pour Hestia, ce n'est qu'elle. Si cette dernière a commencé à répondre de sa jolie voix, personne n'a le loisir d'entendre plus que quelques mots. Phanès l'interrompt, comme mille fois par jour, et sans jamais un complexe. "Non, bien sûr que non : Carina et ma sœur seront bien heureuses d'avoir quelqu'un d'autre que moi comme compagnie. Ma belle-sœur aussi, je crois." Il tente de s'en sortir avec les convenances, avec les phrases qu'il faut dire. Il n'a jamais été doué à naviguer en de telles eaux et ne le sera certainement jamais. Il n'est pas non plus très habile d'interrompre et de répondre à la place des autres, parler en leurs noms. "Se libérer n'a pas été trop dur ?" Même si à ses yeux, aucune invitation ne peut être plus importante que celle des Parkinson. Les autres prestigieuses familles se sont éclipsées de son esprit, ne laissant que la seule qu'il porte dans son cœur. Il a accompagné sa phrase d'une légère tape dans le dos de Nate. Un peu trop forte, pour sa simple familiarité pourtant innocente et normale envers Carina.

Si derrière le visage un brin morose - qu'il tente sans succès d'égayer par des mots au ton léger, se cache une gêne palpable, il tente tout pour la faire partir. Ce n'est pas facile quand on ne comprend rien aux autres. "Partager un dîner entre personnes d'une même famille - ou plus ou moins dans notre cas, et ayant les mêmes idées... C'est merveilleux." Les formules toutes prêtes dégoulinent. Il dit ça sans se douter de la fidélité de l'autre mangemort, sans même simplement l'envisager.

_________________
or, being lied about, don't deal in lies, or being hated don't give way to hating, and yet don't look too good, nor talk too wise;If you can dream- -and not make dreams your master; if you can think- -and not make thoughts your aim, if you can meet with Triumph and Disaster and treat those two impostors just the same:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bloody rose
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 442
SANG : Plus pur que le cristal.
IDÉOLOGIE : Neutre par obligation familiale ; elle voudrait pouvoir rejoindre les Mangemort afin de rappeler au monde entier que les Rosier sont supérieurs à tous.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Ven 7 Juil 2017 - 23:52


gifts of time and love are surely the basic ingredients of a truly merry christmas
nearly a family


S'il y a bien une personne qu'elle n'aurait jamais pensée voir entrer dans le manoir Parkinson de son plein gré, c'est bien Nathan - Nate McMillan. Un de ses cousins par alliance (ils partagent une tante), elle a passé la plupart de ses jeunes années à le fuir, quand elle n'essayait pas de le plier à ses caprices ; sa volonté de l'aider et la protéger l'étouffait un tout petit peu trop. Dans son souvenir, c'était un grand benêt pas méchant, toujours prêt à aider son prochain - clairement pas le type à devenir mangemort. Dans quoi s'est donc engagé Phanès ? La jeune fille grimace quand il lui embrasse le front et se retient de le frotter dans un geste puéril de dégoût ; elle essaie de lancer un regard d'avertissement à Phanès pendant que le nouveau venu salue Hestia mais les sourcils froncés du Parkinson montrent qu'il est concentré sur ses pensées et elle abandonne, ne souhaitant pas que son cousin remarque ses doutes naissants. Un sourire parfaitement hypocrite ourle ses lèvres en réponse à ses inquiétudes concernant sa venue, sourire qui s'efface quand l'aîné coupe sa benjamine en pleine phrase et elle lui envoie un regard assassin tandis qu'elle glisse ses doigts entre ceux de sa meilleure amie ; s'ils n'avaient été que tous les trois, elle ne se serait pas retenue de lui répondre vertement.

Les jeunes filles restent silencieuses, les mains toujours liées, tandis que les deux hommes discutent ; Carina ne peut s'empêcher de tiquer quand Phanès mentionne leurs "idées" soit disant communes. Si elle-même et l'aîné Parkinson les partagent, ces idées, elle n'est pas sûre pour Hestia et encore moins pour son cousin ; elle tente de croiser le regard de l'hôte mais celui-ci semble le fuir, ce qui la surprend, même si elle n'en laisse rien transparaître. Voilà qui est nouveau. A-t-elle fait ou dit quelque chose qui ne lui a pas convenu ? « Eh bien, que deviens-tu, Nate ? » Elle n'a jamais aimé l'appeler par son surnom, qu'elle trouve trop vulgaire pour le rang qu'il occupe. « As-tu obtenu ton diplôme de médicomagie ? Cela fait quelques temps que nous nous sommes vus, après tout. » Ses prunelles brillent d'un air faussement innocent tandis qu'elle lance la conversation sur un sujet qu'elle juge et espère sans danger, afin de soulager Phanès de cette corvée et lui permettre de comprendre que Nathan McMillan n'est pas celui pour lequel il se fait passer. Comment un homme comme lui pourrait être mangemort ?

_________________

royal
I feel that if I let go of you
I will collapse into myself
like a dying star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t700-boulevard-of-broken-dreams-carina#13800

avatar
APARECIUM : 30/06/2017
HIBOUX : 86
SANG : Pur. Très pratique pour passer inaperçu, en ces temps troublés.
IDÉOLOGIE : Il soutient l'Ordre du Phénix, mais joue les espions auprès des Mangemorts. Il n'a peut-être pas la tête de l'emploi, mais sa sociabilité naturelle lui permet de se fondre dans les rangs des mages noirs sans passer pour un mammouth perdu dans un magasin de porcelaine.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Lun 10 Juil 2017 - 0:13



NEARLY A FAMILY
Phanès & Carina & Millie & Nate.

Il aurait voulu avoir un appareil photo sur lui pour garder un souvenir indélébile de la tête qu’avait fait Carina lorsqu’il s’était permis d’effleurer son délicat front d’un baiser. Je suis sûr que des couronnes de pierre précieuses ne te dérangeraient pas, mais celles de mes lèvres, si ? ~ 

La main de Phanès s’abattit subitement sur son dos, dans une bourrade qui lui rappela ces catcheurs moldus qu’il avait vu un jour en essayant de trafiquer une télévision moldue. Reprenant son souffle après cette bourrade amicale (n'est-ce pas ?), il adressa un sourire légèrement crispé à son collègue, frottant du plat de la main son pauvre épiderme malmené. « Ahem. Sacrée coup de main. Héhé. » Puis il secoua la tête pour répondre à l’interrogation du Mangemort, qui lui demandait s’il n’avait pas été trop dur de se libérer. « Non. On trouve facilement des serveurs de secours, au Chaudron Baveur. » Ses yeux se retournèrent vers le visage de Carina. Elle lui souriait, et il lui semblait que des gouttes de miel empoisonné empoissaient ses jolies lèvres roses. « Et non, je n’ai pas eu ce diplôme de Médicomagie. Mais, uuuh… j’y travaille. » (Si on ne pouvait même plus mentir à une soirée d’infiltration au milieu de pro-Mangemorts en puissance, quand pouvait-on le faire ?) « Et toi ? Tu as trouvé du travail ? » demanda-t-il ensuite, histoire de lui renvoyer l’ascenseur. En vérité, il se doutait que les parents de la demoiselle auraient préféré s’arracher une jambe plutôt que de la laisser embrasser la moindre carrière professionnelle, mais il avait une folle envie de ne pas la laisser avoir le dernier mot.
On était mature ou on ne l'était pas.  

« Quand arrivera notre dernière invitée ? » ajouta-t-il en faisant quelques pas au milieu de la demeure, scrutant les alentours d'un air faussement dégagé, l’éclat d’une fleur attirant de temps à autre son regard. « Comme ça, nous serions tous réunis, nous qui, uh… » Qu’avait dit Phanès, déjà ? « Nous qui partageons la même idéologie. »

Avec un peu de chance, les Parkinson avaient prévu beaucoup d’alcool au menu. Il lui faudrait au moins ça pour pouvoir prononcer ces mots sans avoir l’impression qu’on lui avait versé du jus de citron dans la bouche.

Il chercha un endroit où poser ses fesses en attendant que la soirée commence. Il avait pris le soin d'emporter avec lui l'une des meilleures bouteilles du Chaudron Baveur (payée par ses soins), mais il attendait la dernière invitée pour la déboucher. (Et essayer de s'y noyer.)

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t848-nate-doesn-t-matter-if-we-ve-gone-too-far

avatar
porcelain skin
En ligne
APARECIUM : 02/07/2017
HIBOUX : 170
SANG : pur, toujours et c'est une éternelle tradition
IDÉOLOGIE : pas vraiment du côté du Lord, pas vraiment de l'Ordre, neutre, pour son enfant


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Lun 10 Juil 2017 - 18:07

- NEARLY A FAMILY -
cari, nate, phanès, jonas
Une soirée pour noël. Voilà une raison qui te donne envie de rester enfermée dans ta chambre. Pas que tu n'aimes pas cette fête, mais te retrouver autour de tous ces Parkinson te donne envie de te pendre. Si tu pouvais, tu resterais avec Pansy toute la soirée. Tu tournes les yeux vers son lit, ou elle joue tranquillement avec sa peluche. C'est un des nombreux cadeaux qu'on lui a offert. Ta fille est largement gâtée et tu en es ravi, elle en vaut totalement le coup. Mais tu n'as pas envie de la descendre, de l'exposer à tout le monde. Sauf que tu n'as pas le choix, Jonas ne t'a pas laissé la liberté de passer outre ce soir. Tu soupires et caresses la joue de ta fille. Elle est belle dans sa petite robe rose. Un vrai poupon, elle te ressemble énormément. Finalement, tu pars te préparer. Oui, tout le monde est presque arrivé que toi, tu ne t'es toujours pas habillée correctement. C'est la flemme et le manque d'envie qui bloque la motivation. Pourtant, tu te lèves enfin et part faire ta toilette. L'eau sur ta peau te fait momentanément oublier le monde. Tu ressors quelques minutes plus tard, et enfile une robe. Un conseil d'Hestia, tu le suis même s'il te rend septique. Puis tu appliques sur ta peau le maquillage qui construit ton masque. Un dernier trait sur tes lèvres, te voilà enfin prête pour supporter cette longue soirée.

Tu prends finalement ta fille entre tes bras et te décides à descendre rejoindre les autres. Tu la coucheras plus tard, de toute manière, tu sais qu'elle va s'endormir peu importe le lieu où elle se trouve. Ta fille, est extrêmement facile à vivre pour toi, peut-être parce que tu es sa mère, que tu le vois ainsi. Tu peux les entendre dans le salon, et tu figes sur ton visage ton expression neutre. Alors que tu passes la porte, tu t'exprimes « Veuillez m'excuser pour ce retard. » Tu es poli, c'est la moindre des choses. Pourtant, ça ne veut pas du tout dire que tu penses ce que tu dis. Tu t'approches de Carina et d'Hestia, qui comme d'habitude sont collés l'une à l'autre « Vous êtes très belles ce soir les filles. » Ça, par contre tu le penses. Autant l'une que l'autre est de belles jeunes filles et tu le sens, promises à finir comme toi. C'est malheureux, mais ainsi que marche le monde des Sang-Purs. Tu te tournes ensuite vers ton beau-frère, le seul Parkinson qui a vraiment de la valeur à tes yeux, et tu remarques un invité, que tu ne connais absolument pas « Qui est donc notre invité ? » Tu es méfiante, comme toujours et sent le danger partout. C'est pour cela que tu poses Pansy dans son parc avant de t'approcher.

_________________
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t859-poupee-de-cire-poupee-de-son-mp

avatar
APARECIUM : 09/07/2017
HIBOUX : 30
SANG : pureté proclamée.
IDÉOLOGIE : mangemort, la marque des ténèbres est imprimée sur sa peau diaphane.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Mar 11 Juil 2017 - 13:36



nearly a family

Planté devant une surface miroitante, Jonas entendait des brides de conversation par la porte entrouverte de sa chambre. Fêter Noël avant Noël. C’était là l’idée derrière cette réunion de famille. La stupidité d’une telle initiative n’échappait pas à Jonas. Lui qui aimait à mener une vie soigneusement millimétrée répugnait toujours à se plier à ce genre d’inepties. Outre ce problème technique, Jonas n’aspirait guère particulièrement à se joindre aux autres membres constituant le clan Parkinson. La simple présence de son frère aîné suffisait à le rendre incroyablement irritable et avec les années, il avait pris l’habitude de le fuir comme la peste. Le fait de s’asseoir à la même table que lui, un sourire teinté d’hypocrisie étirant leurs visages respectifs l’enthousiasmait autant que l’idée de se planter un morceau de verre dans l’œil. Pourtant, il allait le faire, Jonas. Il ne pouvait se résoudre à faire l’impasse sur ce repas, son désir de reconnaissance doublé de son besoin viscéral d’attention le poussant à se plier à ce genre d’exercices. Il ne se laissait pas de répit comme toujours, s'imposant la discipline froide qu'il ne pouvait s'empêcher d'exiger aussi des autres.

Il n’était pas sans avoir senti que son manque d’enthousiasme vis-à-vis de ce repas de famille était largement partagé par sa femme, Millie. Ils avaient beau avoir la relation de deux inconnus s’étant retrouvés mariés par un étrange concours de circonstances, Jonas n’en était pas moins capable de décortiquer vaguement ses expressions. Elle n’avait de cesse de le fuir, menant sa vie de son côté, ce qu’il ne lui reprochait nullement, ne ressentant lui-même pas le besoin de demeurer collé à elle à chaque minute de chaque journée. Il s’appliquait à lui laisser de l’espace tout en savourant amplement le sien. Après un dernier regard approbateur en direction de son reflet, Jonas se détourna, résigné à se joindre aux autres. Il avait délibérément pris son temps et rejoignit la pièce à vivre soigneusement décorée pour l’occasion quelques instants après sa femme, elle-même en retard. « Qui est donc notre invité ? » Il y avait de la méfiance dans le ton employé par Millie. Jonas avait pour sa part revêtu le plus beau (et soigneusement travaillé) de ses sourires. Une lueur artificielle s’était allumée dans son regard, lui conférant presque l’air d’être heureux d’être là. Poursuivant son imitation du frère, de l’époux et du père idéal, il s’approcha de sa fille. La petite Pansy, qui irradiait véritablement l’innocence. Comme elle faisait tâche, la petite poupée, ainsi entourée de noirceur. Jonas lui-même trimballait à chacun de ses pas un amas de ténèbres, comme en témoignait la marque imprimée sur son avant bras. Il s’agenouilla gracieusement auprès de sa fille et planta un tendre baiser sur ses quelques boucles brunes, rare effusion de sentiment qui n’était pas sans être liée à tous les regards qu’il sentait peser sur lui. Il alla ensuite rejoindre sa femme qui s’était approché de l’inconnu au bataillon qui n’avait vraisemblablement pas grand chose à faire là. Ignorant toutes les autres personnes rassemblées, Jonas se tourna vers son frère aîné. « Tu ramènes du travail pour Noël ? Enfin, façon de parler. » Il ne pouvait s’empêcher de le souligner encore une fois. Noël n’était pas encore arrivé. Sans attendre de réponse à sa question, il se tourna ensuite vers l’homme qu’il savait être un serviteur du Lord pour l’avoir déjà croisé dans ce cadre-là. « Nathan. »  Il s’exprimait sur le ton qu’il adoptait avec tout le monde, une voix volontairement froide, dénuée de véritable émotion, tout juste courtoise. Il ne pris pas la peine d’éclairer sa femme. Après tout, il aimait à penser qu’il n’avait pas épousé une idiote et qu’elle était par conséquent suffisamment intelligente pour lire un minimum entre les lignes.

_________________


The gods rule us still. They have come down from the stars. And they are no longer kind.

A mechanical, a machine, soulless and lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Uneasy lies the head That wears a crown
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 968
SANG : The greatest blood of all.
IDÉOLOGIE : Death to impurity.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Mar 11 Juil 2017 - 15:41

Les roses et les pensées : "C'est une délicate attention, d'avoir pensé à ramener une bouteille." Phanès rattrape sa maladresse avec de la politesse. Des idées similaires - c'est un mensonge qu'il ignore. Il n'y a que peu de personnes qui au sein de cette famille étendue se réunissent autour d'une idéologie commune, mais on se garde de le dire. On se contente d'y croire aussi simplement que cela, on ne relève pas les regards gênés d'Hestia quand viennent les discours enflammés sur le sang, pas plus que la manière dont certaines voix se taisent. Il est évident que Nate ne rejoint pas les extrémistes pensées des deux frères, mais pour une raison que l'on ignore encore - personne ne l'a remarqué.

L'air change quand la petite Pansy est présente dans les bras de sa mère, tout est plus doux. Même Phanès ne se complait plus dans sa soudaine inimité pour l'invité - condamné pour sa familiarité à l'égard de la précieuse Carina. Dans ses yeux on peut lire la très surprenante sympathie et tendresse dont on l'a toujours cru dénué. Pour l'innocence, il a les plus grands égards : c'est un tableau bien plus estimable que tous ceux la famille Parkinson a aimé collectionné durant les siècles derniers. Cette naissance a été une bénédiction pour la famille entière, pour ce triste climat de guerre que l'enfant sait soulager d'un battement de cil et de quelques babillages. "Nathan MacMillan." qu'il répond à la voix méfiante de sa belle-sœur, étant le seul à ne pas avoir remarqué que la présence de Nate ne va pas de paire avec un dîner de famille. Ni qu'il aurait pu faire un choix plus judicieux en décidant d'inviter Evan, plutôt qu'un MacMillan. "Certaines de ses idées m'aident pour mon prochain livre." Le mensonge est malhabile entre ses lèvres, la voix est fausse. Jamais il ne penserait à laisser le moindre sorcier s'immiscer dans ses recherches - mais il vaut mieux dire cela que de révéler l'origine de leur rencontre. On le sait tous, que la Gloire est le seul partenaire qu'il peut s'offrir. Et si l'atmosphère et la nature mécontente de Phanès se sont adoucies à la venue de la douce enfant et de sa mère, voilà qu'il se tend de nouveau à la vue du frère. Jonas, le cadet. Il est impossible de se souvenir à quand remonte cette mésentente spectaculaire entre eux, mais son origine est certaine. C'est la place dans la fratrie qui a éloigné ces deux hommes pourtant si similaires et aux facultés si grandes. Que serait le monde d'aujourd'hui si ces deux esprits avaient pu travailler ensemble, plutôt que de se haïr dans le bruit d'un manoir, ou dans le silence d'une pièce partagée ? Les regards froids se rencontrent. "En ce qui concerne le travail ni les efforts, ni le succès n'attendent. Mais peut-être que tu connais aucun de ces deux mots, Jonas." Le ton est acerbe, et les mots sont balancés sans la moindre pensée pour la petite foule autour d'eux. "Tout se passe bien au Ministère ? J'imagine que tu dois t'être habitué au rythme depuis le temps." La question lui a brûlé la langue, tant il a lui-même la plus grande jalousie pour le métier que son frère exerce. Un poste qu'il a lui-même quitté il y a de cela sept ans - et qu'il regrette chaque jour.

Un des elf de maison porte entre ses petites mains un plateau couvert de coupes de champagne - et dans sa galanterie exclusive, il tend un des délicates couples à Carina.

_________________
or, being lied about, don't deal in lies, or being hated don't give way to hating, and yet don't look too good, nor talk too wise;If you can dream- -and not make dreams your master; if you can think- -and not make thoughts your aim, if you can meet with Triumph and Disaster and treat those two impostors just the same:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
bloody rose
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 442
SANG : Plus pur que le cristal.
IDÉOLOGIE : Neutre par obligation familiale ; elle voudrait pouvoir rejoindre les Mangemort afin de rappeler au monde entier que les Rosier sont supérieurs à tous.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Mar 11 Juil 2017 - 18:12


gifts of time and love are surely the basic ingredients of a truly merry christmas
nearly a family


Elle doit serrer les dents pour ne pas lui vomir un flot d'insanités quand il lui demande si elle a trouvé du travail. Comment ose-t-il ? Il sait parfaitement que ses parents ne la laisseront jamais embrasser la moindre carrière, avait-il besoin de remuer le couteau dans la plaie ? La jeune femme s'astreint au calme et son sourire auparavant mielleux se crispe. « Pas encore, cela ne fait que quelques mois que je suis sortie de Poudlard, mais j'envisage de devenir potionniste, un jour. » Sûrement jamais mais ça, il n'a pas besoin de le savoir. Tant qu'il croit que ses parents la laisseront faire, au final, c'est le plus important.

Son attention se détourne toutefois bien vite de son cousin pour se reporter sur Hestia, avec qui elle échange quelques mots chuchotés qui leur tirent à toutes les deux un petit rire ; les jeunes filles ne font absolument pas attention à ce qui les entoure jusqu'à ce qu'arrivent Millie et la petite Pansy.  Les yeux de la petite Rosier brillent à la vue du bambin et toute velléité de dispute avec son cousin s'envole ; un sourire ravi ourle ses lèvres quand Millie la complimente et elle promet silencieusement à la petite fille qu'elle viendra vite jouer avec elle, dès qu'elle le pourra. La question de l'ancienne Greengrass résonne dans la pièce et la réponse maladroite de Phanès lui donne envie de lever les yeux au ciel, ce qu'elle se retient de faire au cas où Hestia la surprendrait ; à la place, elle détourne l'attention des filles de l'énième échauffement entre les frères, Jonas étant arrivé entre temps. « Nathan McMillan ou Nate, comme il préfère qu'on l'appelle, est un de mes cousins éloignés ; nous partageons une tante, l'épouse de mon oncle Marcus. » En même temps qu'elle a parlé, elle a tiré Hestia à sa suite aux côtés de Millie et les trois jeunes femmes discutent en attendant que la soirée ne commence vraiment ; Nathan, quant à lui, s'est installé dans un des canapés, sa propre bouteille à la main. A croire qu'il ne sait pas se tenir en société. Les elfes de maison font leur arrivée et la galanterie de Phanès à son égard ravit Carina autant qu'elle la surprend ; les joues légèrement rosées, elle donne toutefois sa flûte à Hestia. « Je suis désolée, je ne bois pas d'alcool... » explique-t-elle sur un ton d'excuse avant de se tourner vers l'elfe, à qui elle s'adresse d'un ton dédaigneux. « Apporte moi un verre de jus de litchi très frais. » La créature se fend d'une révérence maladroite et s'en va chercher ce que la jeune femme lui a exigé, pour revenir quelques minutes après avec un grand verre, qu'elle accepte sans un mot ni un regard. Et puis quoi encore ?

Son attention se reporte vers Millie et Hestia, qui discutent leur coupe à la main et après avoir lancé un regard aux deux Parkinson, ses prunelles s'attardant sur l'aîné, elle se joint à leur conversation. « Comment va Pansy, aujourd'hui ? J'aime beaucoup la robe que tu lui as mise, elle s'accorde parfaitement avec ses cheveux. »  Un grand sourire étire son visage et elle est presque détendue, bien qu'elle sente que cela ne va pas durer. Entre les tensions entre Phanès et Jonas, les tensions entre Jonas et Millie, le rejet d'Hestia par ses aînés et le fait que Nathan n'ait strictement rien à faire ici... Ce Noël risque d'être le plus délicat de tous ceux qu'elle a pu passer ici - soit presque tous. Heureusement que Pansy est là.

_________________

royal
I feel that if I let go of you
I will collapse into myself
like a dying star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t700-boulevard-of-broken-dreams-carina#13800

avatar
APARECIUM : 09/07/2017
HIBOUX : 30
SANG : pureté proclamée.
IDÉOLOGIE : mangemort, la marque des ténèbres est imprimée sur sa peau diaphane.


MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   Mar 11 Juil 2017 - 19:14



nearly a family

Toute l’attention de Jonas est focalisée sur son frère. Ce grand-frère en qui il aurait pu voir un allié, un réconfort et en lequel il avait au contraire toujours perçu un ennemi. Aussi loin qu’il s’en souvienne, sa jalousie à l’égard de son aîné avait toujours été présente et ce déjà dès les prémices de leur enfance. Avec les années, le spectre verdâtre et morbide du ressentiment du cadet pour son aîné avait pris de l’ampleur, jusqu’à rendre la présence des deux frères dans une même pièce tout juste supportable. Moins Jonas voyait Phanès, mieux il se sentait. La présence de ce dernier avait le don de le ramener au coeur de leur enfance, laissant ressurgir le gamin insécure que Jonas n’avait jamais cessé d’être quand bien même il s’évertuait à le dissimuler. Se tenir à côté de Phanès avait le don de lui conférer le sentiment d’être relégué au second plan, coincé dans son ombre et tous ses efforts pour s’en extirper n’y changeait rien. Jonas demeurait prisonnier, enfermé au cœur de son obsession dirigée contre son grand-frère, son besoin viscéral de le détrôner du piédestal où il s’était toujours trouvé. L’échange fut sanglant, brulant et glacé tout à la fois. « En ce qui concerne le travail ni les efforts, ni le succès n'attendent. Mais peut-être que tu connais aucun de ces deux mots, Jonas. » Jonas serra doucement les poings. Son frère avait le don d’appuyer avec précision sur sa corde sensible, mettant à l’épreuve son self-control. Le pire tenait dans le fait que Jonas ne pouvait pas répliquer sans s’enfoncer dans son image de frère cadet jaloux et opprimé. Cette image demeurait présente, accrochée dans son dos en dépit de tous ses efforts pour l’en retirer. Il ne détestait que davantage Phanès de jouer ainsi de cette faiblesse au dessus de laquelle il ne parvenait pas à passer. Heureusement, son frère aîné ne s’arrêta pas sur sa répartie victorieuse et rouvrit la bouche, donnant à Jonas (qui faisait alors totalement abstraction des autres personnes réunies dans la pièce) l’occasion de redorer son blason déjà trop encrassé. « Tout se passe bien au Ministère ? J'imagine que tu dois t'être habitué au rythme depuis le temps. » Les lèvres de Jonas s’étirèrent en un sourire mauvais. Son frère lui offrait là une belle ouverture dans laquelle il n’allait sûrement pas manquer de se glisser. « Très bien. C’est agréable d’occuper un poste comme le mien, ça donne un sens à la vie. » Parmi tant d’autres choses, bien sûr, dont Pansy. Bien sûr. « Si je devais passer mon temps à me tourner les pouces entre ses quatre murs… » Regard appuyé en direction de son frère. Sous-entendu : ce que tu fais, toi. « Je crois que je deviendrais fou. »

Alors que Jonas se délectait d’avoir remis provisoirement son frère à sa place, un elfe se dressa de toute sa misérable hauteur à côté d’eux, tenant au dessus de sa petite tête décharnée un plateau. Sans accorder un seul regard à la créature grotesque, Jonas attrapa une coupe, ne se préoccupant guère d'en offrir une à sa femme par la même occasion.  Lorsque son frère en tendit une à Carina, seule sa bonne éducation l’empêcha de lever les yeux au ciel. Ils étaient vraiment ridicules tous les deux. « Je suis désolée, je ne bois pas d'alcool... Apporte moi un verre de jus de litchi très frais. » Cette fois, Jonas arbora une expression ouvertement dédaigneuse. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir profondément excédé par chacune des personnes présentes dans cette pièce. « Je te reconnais bien là, Carina. Toujours aussi raffinée. » La petite pique lui échappa (façon de parler, rien n’échappant jamais à Jonas, chaque mot sortant de sa bouche était toujours minutieusement choisi) alors qu’il la revoyait mentalement au lit avec son frère. Enfin, pas dans le sens d’une relation physique, mais la scène ne lui en avait pas parue moins explicite pour autant.

Jonas était d’humeur piquante ce qui n’était pas franchement en adéquation avec un quelconque esprit de Noël, mais n’était-ce pas le cas de toutes les personnes réunies dans cette pièce ? Cette famille n’était rien d’autre qu’une mascarade et ce repas avait des airs de pièce de théâtre mal jouée et indigeste. Dans l’espoir que cela lui rende cette assommante soirée un peu plus supportable, Jonas descendit une bonne gorgée de champagne. Bien sûr, il n’allait pas trop boire pour autant. En bon obsédé du contrôle qu’il était, il se refusait à faire quoi que ce soit qui puisse l’amener à se sentir vulnérable. Il était bien décidé à garder l’intégralité de ses facultés mentales ce soir-là comme durant tous les autres de son existence.

_________________


The gods rule us still. They have come down from the stars. And they are no longer kind.

A mechanical, a machine, soulless and lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: nearly a family (millie/nate/cari/jonas)   

Revenir en haut Aller en bas
 

nearly a family (millie/nate/cari/jonas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DivizyonDepite lavalas Jonas Kofi trete pwochen gouv. Michelle P. Lwi ZAGO LORAY
» Prolongation de contrat - Jonas Hiller
» Jonas Mitsgun / Nerozias
» Escorte et diplomatie [Jonas, Laksh, Otanaki]
» Nate Yassine Taylor || Finished

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: walking around the world :: great britain and the world-