AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Sang foi ni loi [Antarès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
APARECIUM : 30/06/2017
HIBOUX : 86
SANG : Pur. Très pratique pour passer inaperçu, en ces temps troublés.
IDÉOLOGIE : Il soutient l'Ordre du Phénix, mais joue les espions auprès des Mangemorts. Il n'a peut-être pas la tête de l'emploi, mais sa sociabilité naturelle lui permet de se fondre dans les rangs des mages noirs sans passer pour un mammouth perdu dans un magasin de porcelaine.


MessageSujet: Sang foi ni loi [Antarès]   Mer 5 Juil 2017 - 22:44



SANG FOI NI LOI
Antarès & Nate.

*Crrrouiiitch, crrrouiiitch !!!*

Les plaques de verglas gémissaient sous ses chaussures, annonçant son arrivée avec une discrétion de troll qui donnait des coups de gourdin contre un mur.

Les mains disparaissant dans les innombrables plis de son manteau trop large, Nate Macmillan s’enfonçait dans les rues sinueuses de l’Allée des Embrumes, ignorant le vacarme que produisait chacun de ses pas. Autour de lui, tout semblait gris, comme si une lumière argentée émanait des trottoirs, des murs de pierre et des lampadaires qui truffaient le paysage, déposant dans la neige des flaques de lumière qui lui agressaient les rétines.

L’ancien Poufsouffle n’avait jamais particulièrement apprécié ces lieux, mais il s’y sentait relativement à l’aise. A force d’y vagabonder à la recherche de choses et d’autres -en particulier d’ingrédients illicites et d’informations classées top-secrètes, et donc particulièrement alléchantes-, il avait fini par en connaître chaque ruelle, chaque artère et chaque chat errant (surtout Bruce -il l'avait surnommé ainsi en hommage au héros moldu Batman-, un félin roublard et efflanqué qui venait toujours frotter sa tête contre son mollet en ronronnant comme un tracteur, la queue frétillant à l’idée d’avoir une friandise à se mettre sous les dents).
Mais en cette froide fin d’après-midi, Nate n’était pas venu ici pour faire des affaires ou câliner des chats affamés. Non : aujourd’hui, le Sang Pur se dirigeait droit chez l'un de ses cousins au nom de famille bardé d'épines, prêt à lui rendre un grand service dont il espérait être remercié comme il se devait.

Il savait exactement où se trouvait le cabinet où son cousin officiait en tant que Médicomage et il ne tarda pas à en tambouriner la porte. *BAM BAM BAM* !!! Ses poings martelaient joyeusement le panneau de bois, ignorant les grincements de celui-ci. S'il n’avait pas fini par s’entrebâiller sous les assauts de ses phalanges, Nate aurait probablement fini par défoncer quelque chose.

(Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher d’arriver par surprise en transplanant dans le salon des gens. Si on ne l'avait pas entendu arriver, c'est qu'on avait les conduits auditifs sacrément bouchés !)

Après s'être engouffré chez son cousin, Nate enroba immédiatement celui-ci d’un sourire, les prunelles pétillantes. Antarès avait beau avoir un nom de famille qui lui piquait désagréablement la langue -tout le monde savait de quoi étaient capables les Rosier, et en particulier un certain Evan dont le patronyme suffisait à hérisser l’échine du Macmillan-, il l'avait toujours apprécié. Nate aimait sa façon de raisonner, de ne pas se croire supérieur en raison du sang qui bouillonnait dans ses veines et de faire preuve d’une sagesse à toute épreuve. Même s’il était parfois un peu, ugghh… coincé ? Mmh, plutôt trop sérieux. Voilà. C’était un bon terme, trop sérieux.  « Hey. Ça va ? » s’enquit Nate en faisant quelques pas chez Antarès, jetant des regards fouineurs curieux autour de lui.

Il enfonça sa main gauche dans la poche de son manteau pour rechercher ce que lui avait demandé son cousin. Ses doigts ne tardèrent pas à se refermer autour d'une petite fiole ; il s’en empara et la fit négligemment rouler dans la paume de sa main, ses sourcils se fronçant légèrement.  « J’ai un truc pour toi. Mais avant de te le donner… qu’est-ce que tu comptes en faire ? » Dans l’écrin de verre étincelait un liquide pourpre, presque noir, qui déposait des paillettes macabres sur les parois cristallines de la fiole.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t848-nate-doesn-t-matter-if-we-ve-gone-too-far

avatar
Vers les sommets par des chemins étroits
APARECIUM : 19/06/2017
HIBOUX : 397
SANG : pur, mais celui des autres ne lui importe que peu.
IDÉOLOGIE : il n'y a pas lieu pour les hommes de s'abaisser à un tel conflit. Antarès est du côté des innocents.


MessageSujet: Re: Sang foi ni loi [Antarès]   Hier à 1:32

Spoiler:
 

Sang foi ni loi

 
 macmillan ⊹ rosier
 

 


Profitant de ce qui semblait être une courte accalmie d’estropiés et autres victimes de Beuglantes emplies de fluide explosif, Antarès avait délaissé son cabinet, ordinairement fermé l’après-midi (mais dont la porte était, en réalité, toujours déverrouillée pour prévenir les urgences) pour se consacrer à ses recherches sur la magie : il n’avait pas pu avancer sur son essai depuis de trop longues semaines et il lui fallut tant de concentration pour retrouver son hypothèse que le soleil avait déjà décliné – quoique, l’astre diurne n’osait jamais se montrer bien longtemps lorsque le solstice d’hiver approchait.

Antarès perdit encore le fil de ses idées lorsque son applique clignota avant de rendre l’âme dans un claquement irritant, comme chaque semaine – il devait vraiment vérifier ce problème d’ampérage, d’autant plus qu’ensorceler l’ampoule pour la réparer et la replacer, bien que la démarche soit écologique, ne devait pas particulièrement contribuer à la durée de vie de sa lanterne. Il soupira puis prépara deux boîtes cylindriques en verre en y versant dans chacune une épaisse substance puis une goutte de sang, prélevés d’une fiole étiquetée Moldu et d’une autre portant la mention SP - le sien, en réalité.

Alors qu’il manipulait précautionneusement ses deux cultures de gélose, Antarès sursauta – quelqu’un venait de frapper à sa porte, et plutôt que frapper, on aurait dit qu’un marteau ébranlait son cabinet. Manquant de renverser les liquides, il scella rapidement ses boîtes de Petri puis s’extirpa discrètement de son repaire bien dissimulé avant de se rendre tout naturellement vers son bureau. Avant qu’il ne puisse réagir, son cousin MacMillan s’annonça avec un large sourire.

« Bonjour, Nate , lui répondit Antarès avec une joie non feinte. Ça va bien ; c’était calme, aujourd’hui. Tu tombes bien. Assieds-toi, je t’en prie. Un peu frisquet, à part ça – oh, d’ailleurs ! »

Alors que le Rosier retournait la question à son cousin éloigné, il alimenta le foyer de la cheminée avec le Sorcière Hebdo de la semaine dernière – oui, Antarès était abonné à toutes sortes de journaux pour pouvoir fournir de la lecture à ses patients ; non, il n’avouerait jamais qu’il les lisait tous –, du petit bois et une grosse bûche, puis enflamma le tout. La chaleur se répandit comme une vague salvatrice dans tout le cabinet, en même temps que la lumière et les ombres qui allaient avec, triste métaphore de ce qui manquait à ce monde. Dans le foyer, le sourire niais de Gilderoy Lockhart se flétrit puis partit en cendres.

« J’étais à l’étage tout l’aprèm, c’est pour ça qu’il fait frais, mais ça devrait vite se réchauffer. Tu veux du thé ? »

En vérité, dans la cachette d’Antarès, il ne faisait jamais froid ; tous ses appareils produisaient suffisamment de chaleur pour qu’il ne se rende pas compte qu’elle était bien isolée du reste de son cabinet. Il rougit légèrement – Antarès n’aimait pas mentir. Il agita sa baguette d'un mouvement sec et un tintement de métal se fit entendre – signe que là-haut, chez lui, sa bouilloire chauffait sur sa gazinière.

« Rien de bien intéressant, ma foi ; j’ai plus de potion de régénération sanguine et le sang de vampire fait partie des ingrédients. Comme tu peux l’imaginer, des blessés arrivent ici en ayant attendu trop longtemps avant de se décider, et s’ils n’ont plus assez de sang, eh bien, ils meurent sans que je puisse faire quoi que ce soit. Sauf leur donner cette potion. Il faut aussi de la corne de bicorne en poudre, mais j’en ai encore de la dernière fois. Et des ongles de niffleur, mais ils sont faciles à trouver dans le commerce puisqu'il faut leur faire leurs griffes souvent. »

A mesure qu’Antarès énonçait les ingrédients qui composaient cette potion d’un niveau très avancé, il les invoquait sur son bureau, entre Nate et lui.

« Bon, comme tu le sais, les potions, c’est pas mal mon truc, mais… je suis pas Slughorn, quoi. Ça te dirait de m’aider ? Je te laisserai repartir avec la moitié, marchanda Antarès avec un clin d’œil. Tu l’as bien mérité, j’ose pas imaginer comment tu t’es procuré ça. Enfin, tu me diras, il y a des trucs très bizarres qui circulent au Chaudron Baveur, parfois. Quoi qu’il en soit, ça pourra toujours t’être utile. Qu’en dis-tu ? »

Un sifflement aigu et étouffé, presque lointain, signala à Antarès que le thé était prêt.
 
code by lizzou

 

_________________
A FLEETING DREAM
Tu réclamais le soir ; il descend, le voici : une atmosphère obscure enveloppe la ville, aux uns portant la paix, aux autres le souci.

© Frimelda

Absence totale du 1er au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t702-antares-rosier-science-is-the-poetry-of-reality
 

Sang foi ni loi [Antarès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: discovering london :: diagon alley :: Allée des embrumes-