AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez| .

the power of habit (Amon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Horrible Sanity
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 152
CREDITS : (c) persephone (c)daisyridlies (c) LAZARE
AVATAR : Michael Fassbender
DOUBLE COMPTE : Corban Yaxley
PSEUDO : Odin
AGE : too tired to keep going. thirty-six jewels to a stolen crown.
SANG : half blood, rotten and proud.
ANCIENNE MAISON : cold blooded snakes, house of green and silver.
SITUATION : nobility swallows his kiss
IDÉOLOGIE : gold worths more than blood.
MÉTIER : selling stolen items, prostituting his magic.
ROLE PLAY : phanes ; amon


MessageSujet: the power of habit (Amon) Mer 12 Juil 2017 - 18:36

Once upon a midnight dreary, while I pondered, weak and weary,
Over many a quaint and curious volume of forgotten lore,
While I nodded, nearly napping, suddenly there came a tapping,
As of some one gently rapping, rapping at my chamber door.
Tis some visitor," I muttered, "tapping at my chamber door —
Only this, and nothing more. (@edgar allan poe // beerus)
power of habit
☆ Proinsias & Amon ☆

Amon,

Come and have a drink with me. 6pm, the usual.
I also need a favor.

Yours truly,
Proinsias.


La lettre est envoyée par hibou. Le volatile connait le chemin, habitué aux échanges commerciaux entre les deux concernés. La boisson n’est qu’une excuse, un code pour un nouveau chargement. Des bocaux remplis d’ingrédients qu’il a récupérés à idiot en échange d’une babiole en valant la moitié. Il n’est pas un marchant honnête, Proinsias, mais il n’a jamais clamé l’être. Il vole, arrache, arnaque. Revend pour un prix ridicule et garanti la qualité à ses habitués. Amon Shafiq est l’un d’entre eux. Un sang-pur, une famille qui inspire un certain respect. Il semblerait que sa clientèle se définisse parmi les bons, les purs, les saints. Une simple question d’héritage et une idée qu’il méprise ; pourtant, l’argent est lourde dans leurs poches. Proinsias est attiré par la teinte dorée qui décore leurs coffres.

Aujourd’hui n’est pas une journée qui lui sourit. Peut-être que les vents ont changé, que ses offrandes ne suffisent plus. Le lait est toujours au bord de sa fenêtre, étrenne refusée, même par les animaux errants du quartier. Un simple accident a brisé sa baguette, plus fragile qu’une brindille et usée par le temps. Son premier catalyseur, vendue par un marchant dont il a oublié le nom alors qu’il n’était qu’un enfant. Elle n’était pas d’une qualité phénoménale, mais elle faisait l’affaire. Proinsias n’est pas triste d’avoir vu la magie s’échapper de l’outil ; simplement nostalgique. Il a remercié l’objet, a trouvé un boitier en velours pour l’y déposer.

Il ne connait pas beaucoup de monde au Chemin de Traverse, malgré son arrivée il y a plusieurs années. Il a ses habitudes, fréquente les personnes qui font parti de son quotidien mais ne s’impose pas dans leurs vies comme certains peuvent le faire. Les nouvelles rencontres sont souvent accidentelles, ou liées à des raisons commerciales. Des partenariats comme celui qu’il partage avec Amon. Ils ne sont pas amis, du moins pas encore. Leur relation est cordiale et polie, mais il ne lui offre pas plus qu’un sourire cordial et un honnête échange. Pourtant, il est le premier à qui il pense en tenant sa baguette brisée entre ses doigts. Un espoir l’habite ; Maybe he can fix it. Maybe i can count on him. Il repense à leur collaboration qui commence à prendre de l’âge et se dit que le Shafiq lui doit bien ça. Pour sa discrétion, pour son assurance de qualité. L’horloge qui décore le mur de sa boutique indique cinq heures cinquante-huit. Il attend et espère, le boîtier en velours contenant sa baguette posé sur le comptoir. La porte est décorée d’un panneau « closed », mais Amon a suffisamment l’habitude pour savoir que la boutique n’est jamais vraiment fermée aux clients fidèles.

La porte s'ouvre, la clochette résonne dans le hall vide. Il reconnait les pas qui s'approchent. Il s'orne de son plus beau sourire, celui qu'il réserve aux clients. Une expression fausse, qui lui contorsionne le visage.

"Right on time, as always. Ye know I'm always impressed by yer punctuality." Il avale les surnoms qui suivent habituellement ses interactions. "Remember those phoenix feathers and thestral tail-hair ye needed? I got them. Some idiot thought they weren't that valuable and gave them away for almost nothin'."

Il n'hésite pas à dénigrer les autres clients ; Amon est au dessus de ses escroqueries habituelles. Il a besoin de sa confiance pour plus tard. Il pose son regard sur son client, plante ses yeux dans les siens. Ses doigts trouvent la boite où repose sa défunte baguette.

"I've got a new deal fer ye."


Traduction:
 

_________________
full, full of scorpions is my mind
some say he’s mad, others that lesser hate him do call it valiant fury. but, for certain, he cannot buckle his distempered cause within the belt of rule. ©lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t701-waste-my-time-proinsias

the power of habit (Amon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (Galerie Amon Barad) Osgiliath // Mordor
» Nocturnal Habit (NS)
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» Après l'Amon Hen...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: discovering london :: diagon alley :: Allée des embrumes-