AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (phanès), dress me up and watch me die.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
turn the pain into power
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 441
SANG : de sang-pur, d'la pire espèce selon certains.
IDÉOLOGIE : ordre du phénix, comme tous les membres de sa famille ou comparses avant elle ; pourtant, depuis la supposée trahison d'Andromeda, son besoin de faire cavalier seul afin de la ramener au bercail se fait cruellement sentir.


MessageSujet: (phanès), dress me up and watch me die.   Mar 18 Juil 2017 - 12:03



dress me up and watch me die
Welcome to the end of eras, Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence, Dress me up and watch me die. If it feels good, tastes good It must be mine. Dynasty decapitated, You just might see a ghost tonight And if you don't know now you know. I'm taking back the crown, I'm all dressed up and naked, I see what's mine and take it (Finders keepers, losers weepers) Oh yeah The crown... So close I can taste it. I see what's mine and take it (Finders keepers, losers weepers) Oh yeah, Sycophants on velvet sofas, Lavish mansions, vintage wine. I am so much more than Royal, Snatch your chain and mace your eyes. If it feels good, tastes good, It must be mine. ~ the emperor's new clothers, panic! at the disco.


« Miss Weasley, please, just wait. » le ton se fait plus sec, moins compréhensif.
« I have been waiting for ages already » rouspète Daisy en essayant de se donner plus de hauteur maintenant que le gobelin, depuis son piédestal, la domine d'au moins deux têtes.
« I know, indeed. You can reschedule an appointment if you like, or maybe you will find yourself happy to wait. » le gobelin se baisse légèrement, son nez pointu dirigé vers le sol, et Daisy le fixe. Yeux plissés et moue défaite. Avant de laisser tomber, un grognement en signe de mécontentement et la voilà qui disparaît, se traînant jusqu'aux sièges, non loin des portes d'entrée, où quelques sorciers attendent déjà. Daisy s'affale, recommence à bougonner.

Puis ses doigts viennent chercher l'étui à cigarette qui déforme la poche de son pantalon, effleure les deux lettres filigranées qui l'enjolivent. PP. Ces initiales la font frissonner. Quelques nuits plutôt, elle aurait aimé en finir avec ce PP. Elle aurait voulu lui tordre le cou, le laisser froid là où il était entré chaud, confiant comme un Roi. Weasley secoue la tête, murmure un whatever qui attire le regard de l'un de ses voisins, et remet l'objet délicat en place. Elle devrait le jeter, le brûler, le faire devenir cendre ; mais elle ne veut pas oublier, et cet étui est très certainement le seul cordon qui la lie à son présumé agresseur. Peut-être y tient-il, peut-être que cet objet arbore un constat mélancolique, délicieusement attrayant. Et si les souvenirs sont suffisamment bons, peut-être reviendra-t-il vers elle afin de le récupérer. Car force est de constater que Daisy serait bien incapable de retrouver le propriétaire, ses yeux flanqués de ténèbres lui ayant joué des tours et ayant progressivement effacé les traits de Phanès Parkinson.

De Phanès Parkinson, il n'y a plus rien – hormis sa carrure qu'elle a violemment embrassée. Mais ses traits sont sombres, chiffonnés, facilement effaçables, facilement remplaçables.

Ses prunelles accrochent la grande horloge. Une heure passée à patienter. Le gobelin en question, Scarpa – si elle le recale correctement, lui a déjà expliqué deux fois que les rails servant à se rendre aux coffres ont rencontré quelques problèmes. Des problèmes qui sont présentement réglés au rythme des sorts des sorciers ; mais la lenteur est maîtresse, et personne ne semble s'en soucier. Daisy voudrait se relever, et revenir auprès de Scarpa – mais elle craint que celui-ci ne lui tombe sur le coin du bec comme la misère sur le monde, et lui demande purement et simplement de débarrasser le plancher. Alors, elle se la ferme et elle attend. Puis un corps étranger tombe sur le fauteuil à côté du sien, et Daisy se penche sur le flanc droit, ses commérages venant titiller son nouveau compagnon d'infortune, médisante et secrète.

« I hope you love losing your time. » elle sourit franchement, et jette un coup d'oeil à son voisin. Son cœur s'arrête. Reprend. La sensation est étrange, mais pas méconnue ; comme une impression de déjà vu. Elle baisse les yeux, se tasse dans son siège et elle en oublie de respirer. Mécanisme qui s'envole sous les pensées qui l'accablent. Elle essaie de ne pas le fixer, de ne pas le scruter ; elle ne voudrait pas lui donner de mauvaises idées, à ce type. Elle ne peut cependant ignorer ce picotement dans son estomac, comme une colère latente qui attend dans l'ombre.

_________________

"and the freedom of falling" ; there is a swelling storm and I’m caught up in the middle of it all, and it takes control of the person that I thought I was, the girl I used to know. but there is a light in the dark and I feel its warmth in my hands, in my heart but why can’t I hold on ? 'cause it comes and goes in waves, it always does. we watch as our young hearts fade into the flood, and the freedom of falling and the feeling I thought was set in stone, it slips through my fingers and I'm trying hard to let go but it comes and goes in waves. @dean lewis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warofwands.goodforum.net/t692-weasley-unbroken

avatar
Uneasy lies the head That wears a crown
APARECIUM : 18/06/2017
HIBOUX : 963
SANG : The greatest blood of all.
IDÉOLOGIE : Death to impurity.


MessageSujet: Re: (phanès), dress me up and watch me die.   Mar 18 Juil 2017 - 14:12

proinsias & phanès
Les voûtes de la banque, les voûtes de la patience. Le hall est large sous ses pas, et l'allure si flegmatique qu'on ne se doute pas des inquiétudes qui l'ont bordées chaque soir – entre les chaudes effluves d'un amant tant aimé. Toute sa crainte s'axe sur sa couverture qui s'effrite, qui le laisse froid à chacun de ses mouvements. La faute du parfait serviteur le tourmente bien plus que toute autre chose – il s'imagine parfois dans le détour d'une glace l'allure de son visage entre les murs froids d'Azkaban. Les détraqueurs se penchent parfois sur lui dans le secret de son lit aux draps de soie, aspirant la joie d'un homme pour ne laisser que l'enveloppe grise et morne du mangemort. Ne le laissant que ce qu'il est réellement sous cette passion découverte et son amour pour le travail : le moins vivant des hommes, le plus saccadé des cœurs. Alors il soupire à longueur de temps, croit voir venir son heure. Caresse plus tendrement que d'habitude les cahiers. Car même s'il est un Parkinson, même si le procès traînera, il n'y a aucun doute que cette marque sera sa perte – tôt ou tard.

Les clés de son coffre patientent entre ses doigts, quand l'homme perd patience. Longue est l'attente, désagréable sont les gens autour de lui. Les gobelins et leurs visages de disgrâce, mais qui pourtant produisent de leurs arts les plus précieux artefacts : comme l’œuf récupéré quelques temps plus tôt. Celui-ci repose entre les murs sécurisés de la banque, attendant son heure pour servir – comme nous tous au sein de cette guerre qui n'éclate pas encore. Phanès rechigne à rejoindre les autres sur les bancs, déteste se mêler aux autres sorciers – le risque de croiser d'anciens collègues du ministère, comme de tout simplement côtoyer le sang dégoûtants de certains. De loin, il est incapable de voir l'objet perdu entre les doigts qui se sont acharnés sur lui, le reflet brillant de l'ivoire et la menace que représentent ses initiales. Il ne remarque rien, car voilà qu'un gobelin s'est approché de lui pour lui signaler qu'il sera possible d'exécuter sa demande en priorité – et ça c'est le pouvoir de l'or qui gonfle les coffres familiaux. « Oh, a delight. » La voix est lasse, bien loin des mots prononcés. La marche est reprise, jusqu'à ce qu'il prenne place auprès d'une femme qu'il ne regarde pas encore. Le siège manque de confort, et son inconfort n'est que renforcé par la voix qui s'élève. Les paroles badines des lieux de foule. Peut être aurait-il pu reconnaître la voix. « I don't. A man like me has no time to waste. » C'est un mensonge : l'héritier n'a pour lui que des moments de tendresse égarées et des recherches poussées à l'extrême ; le monde n'a pas besoin de lui pour continuer à tourner. Il ne la regarde pas encore non plus : on est pendu aux yeux de la jeune femme, de la femme de l'autre jour. Car elle, elle le reconnaît – peut être avec des doutes qui subsistent. L'homme ne remarque rien, trop occupé à extraire de la poche intérieure de son manteau un paquet de cigarette sorcière – elles ne sont pas rangées dans un étui. Le paquet souple se plie entre ses doigts et cette imagine ne va pas au personnage. Filtre entre ses lèvres, lippes serrées. Dans sa recherche d'un briquet ou bien simplement d'une baguette, il se tourne vers sa voisine. Des cheveux roux. Un souvenir qu'il réprime avec la flamme, avec peu de succès. Car il se tourne de nouveau pour regarder la chevelure qui lui est si familière. La chevelure qui s'est emmêlée à leurs coups dans la lutte sauvage pour la victoire et la survie. Un coup d’œil, et Phanès comprend enfin. C'est elle. C'est l'image qu'il garde de cette soirée. La furie. « How's your nose ? » Sont les simples mots qu'il lâche, pour lui faire comprendre qu'il sait. La fumée s'échappe, les cendres tombent. Il n'est pas nerveux. Pas encore, pas vraiment.
"And the man sat down upon the rock, and leaned his head upon his hand, and looked out upon the desolation.(@poe // beerus)
watch me die

_________________
or, being lied about, don't deal in lies, or being hated don't give way to hating, and yet don't look too good, nor talk too wise;If you can dream- -and not make dreams your master; if you can think- -and not make thoughts your aim, if you can meet with Triumph and Disaster and treat those two impostors just the same:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(phanès), dress me up and watch me die.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Watch Dogs
» LITTLE BLACK DRESS - RPG
» rpg :: little black dress
» One Piece 573
» Elvis Presley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of wands :: discovering london :: diagon alley-